octobre 27, 2021

Le Tout Au Pluriel Magazine

Nous sommes vos yeux et vos oreilles

POLITIQUE: Huit députés demandent à Gary Bodeau de surseoir aux activités relatives à la séance de ratification de Fritz William Michel

2 min read

Warning: Attempt to read property "post_excerpt" on null in /srv/disk5/3553831/www/letoutauplurielmagazine.com/wp-content/themes/newsphere/inc/hooks/hook-single-header.php on line 67
Partagez cet article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Programmée pour ce vendredi 23 août, la séance de ratification de l’énoncé de politique générale de Fritz William Michel pourrait ne pas avoir lieu. En cause, une correspondance adressée par 8 députés de l’opposition au président Gary Bodeau informant ce dernier d’un recours exercé par devant la Cour de Cassation contre la décharge accordée au Premier ministre nommé par la Cour des Comptes.

« Les députés signataires de la présente, s’empressent de vous informer qu’il y a eu un pourvoi en cassation exercé en date du 16 août 2019 contre l’arrêt de quitus rendu le 23 mai 2019 en faveur de Monsieur Fritz William Michel » lit-on dans cette correspondance en date du 20 août.

J. Manès Louis, Bertrand Sinal, Bélizaire Printemps, Déus Deronneth, Robert Bossé, Kettel Jean-Philippe, entre autres, demandent ainsi à Gary Bodeau de surseoir à toutes les activités relatives à la présentation du PM nommé et des membres de son cabinet au Palais législatif.

Il faut signaler que dans cette lettre, les députés révèlent aussi que Fritz W. Michel n’a pas de décharge pour la période (2009-2011) au cours de laquelle il a été comptable en chef de la Direction Générale du Budget au Ministère de l’Economie et des Finances. Ce qui, selon ces parlementaires, le rend inéligible pour le poste de premier ministre.

Après la révélation d’un ensemble d’irrégularités dans les dossiers de plusieurs ministres du nouveau gouvernement, c’est au tour du premier ministre nommé lui-même de donner à l’opposition les moyens pour mettre des bâtons dans les roues de l’Exécutif qui espérait, après plus de quatre mois, avoir un gouvernement légitime.