octobre 28, 2021

Le Tout Au Pluriel Magazine

Nous sommes vos yeux et vos oreilles

3 ans pour restaurer une robe de l’époque du roi Henry 1er, à voir au MUPANAH*

3 min read

Warning: Attempt to read property "post_excerpt" on null in /srv/disk5/3553831/www/letoutauplurielmagazine.com/wp-content/themes/newsphere/inc/hooks/hook-single-header.php on line 67
Partagez cet article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

MUSÉE DU PANTHÉON NATIONAL HAÏTIEN
Le MUPANAH fut Inauguré le 7 avril 1983, il est un musée public sur l’histoire d’Haïti. La construction du bâtiment qui l’abrite a duré de juin 1973 à décembre 1974 (6 mois), et il a été inauguré comme mausolée des pères de la Patrie le 18 mai 1975. Le MUPANAH a été créé par décret du 20 octobre 1982, dotant l’édifice de la vocation de « panthéon-musée ».
Ce panthéon conserve précieusement les restes des « pères de la Patrie » : Toussaint Louverture, Jean-Jacques Dessalines, Henry Christophe et Alexandre Pétion. Il dispose de deux salles d’exposition.

– La première, consacrée à l’exposition permanente, met en valeur des objets témoins et des documents historiques de la période précolombienne jusqu’à la période contemporaine, en passant par la période révolutionnaire pendant laquelle l’armée indigène a combattu le système colonial pour parvenir à l’abolition de l’esclavage et à la création d’Haïti, premier État noir indépendant.
– La deuxième salle est destinée aux expositions temporaires.

Sa mission est de perpétuer et diffuser le souvenir des « pères de la Patrie ». Sa collection présente des pièces archéologiques et ethnographiques, comme les objets Tainos, des artefacts des époques coloniales espagnole et française, comme l’ancre de la Santa-Maria ou des fers d’esclaves datés du XVIIe siècle, des documents historiques témoignant de la vente d’esclaves, une moule de pain de sucre, la cloche de la liberté sonnée lors de l’abolition de l’esclavage le 29 août 1793, des fusils à baïonnette des officiers de l’armée indigène et bien d’autres trésors. Il possède par ailleurs un riche répertoire d’œuvres d’art, qui réunit les toiles des grands maîtres de la peinture haïtienne.

Il offre tous les jours de la semaine des visites guidées à toute catégorie de public.
Ainsi, la semaine dernière ,le Musée du Panthéon National Haïtien (MUPANAH) expose dans sa collection au public, la « Robe longue en mousseline de coton blanc », ayant appartenu à, Mlle Eléonore Richeux de Laroche Asnière, demoiselle d’honneur à la cour du roi Henry 1er (1811- 1820). vv
Soucieux de garantir la pérennité de cet objet muséal, en raison des témoignages qu’il apporte, le Musée a investi dans sa restauration qui a duré de 2015 à 2018.
Il s’agit une robe finement froncée à la taille avec des manches mi-longues formées de deux ballons froncés. Elle se ferme au dos avec une rangée d’agrafes métalliques, renforcées par une baleine. Sa particularité est notamment au niveau de la partie inférieure de la jupe, qui est repliée pour former un large ourlet qui va jusqu’à la broderie. Cette broderie blanche, réalisée à partir de la technique de points de tige, œillets au point de cordonnet, jours ajourés, représente des branches fleuries qui s’épanouissent en guirlande sur toute la largeur de la jupe.
Le MUPANAH encourage les visiteurs à venir voir cette robe, ainsi que d’autres objets inédits présentés pendant la période.Souvons nos patrimoines

Auteur:Stael Jean

              Journaliste & Juriste