octobre 25, 2021

Le Tout Au Pluriel Magazine

Nous sommes vos yeux et vos oreilles

Le RNDDH attire l’attention du directeur de l’Administration Pénitentiaire sur la publication de photos d’Arnel Joseph incarcéré à la prison civile de la Croix-des-Bouquets

2 min read

Warning: Attempt to read property "post_excerpt" on null in /srv/disk5/3553831/www/letoutauplurielmagazine.com/wp-content/themes/newsphere/inc/hooks/hook-single-header.php on line 67
Partagez cet article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Alors qu’il rencontrait Arnel Joseph lors d’une visite de monitoring à la prison civile de la Croix-des-Bouquets le 21 août dernier, un militant du RNDDH a été photographié à son insu par un employé civil de ce centre carcéral. Les images auraient été publiées le même jour sur les réseaux sociaux, informe le Réseau National de Défense des Droits Humains. Un incident jugé grave par l’organisation et sur lequel elle a attiré l’attention de Charles Nazaire Noël, directeur de l’Administration Pénitentiaire (DAP).

Par cet acte, selon le RNDDH, le fautif viole non seulement les principes qui interdisent les appareils photos, les téléphones dans l’enceinte des prisons mais prend aussi le risque d’exposer la sécurité de l’espace. Ce en révélant au grand public des points stratégiques de la prison, précisément dans un contexte où circulent des rumeurs autour d’une éventuelle évasion du détenu Arnel Joseph.

A ce titre le RNDDH rappelle que ce détenu, évadé de prison en 2010 puis en 2017, a été transféré à la prison civile de la Croix-des-Bouquets le 16 août 2019. Depuis son transfert, avec la complicité de certains agents de la DAP, il a déjà communiqué à deux (2) reprises au moins avec les membres de son gang pour solliciter de l’argent en vue de préparer son évasion, croit savoir l’organisation.

Si le fautif a été identifié, le RNDDH recommande au titulaire de la DAP de prendre les mesures qui s’imposent afin, d’une part, d’éviter que pareil incident ne se reproduise, et, d’autre part, de prévenir toute complicité intérieure ou extérieure dans le cas d’une éventuelle évasion. Car, estime le RNDDH, les conséquences de cet incident peuvent s’avérer désastreuses tant pour la victime que pour l’institution.