octobre 27, 2021

Le Tout Au Pluriel Magazine

Nous sommes vos yeux et vos oreilles

Montréal : un ultimatum de 72 h au PM Trudeau pour se désolidariser de Jovenel Moïse

3 min read
Partagez cet article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

 L’organisation Solidarité Québec-Haïti #Petrochallenge 2019 a annoncé mardi qu’elle présentera un ultimatum de 72 heures au premier ministre canadien Justin Trudeau pour qu’il cesse de soutenir en Haïti « un régime fantoche, corrompu et répressif que les Haïtiens rejettent massivement ».

Dans une note signée de Frantz André et de Marie Dimanche, Solidarité Québec-Haïti a avisé qu’au cas où le premier ministre continue de soutenir le pouvoir en place à Port-au-Prince, l’organisation intensifiera son activisme en lançant une série d’actions qui vont révéler le vrai et embarrassant visage de la politique étrangère canadienne en Haïti.

Le groupe se propose de commencer la série d’actions par un rassemblement devant le bureau électoral de Trudeau le samedi 12 octobre prochain.

Solidarité Québec-Haïti menace également d’installer une pancarte électorale redessinée de Trudeau à la conférence de presse.

Le 30 septembre dernier, Solidarité Québec-Haiti a occupé le bureau électoral de Trudeau pendant plus de 3 heures pour exiger qu’il cesse de soutenir le régime néo-Duvalieriste de Jovenel Moïse en Haïti.

« Le Parti libéral du Canada nous a envoyé une représentante haïtienne, Marjorie Michel. Elle a livré notre message à Chrystia Freeland, qui a répondu le jour suivant en faisant un Tweet où elle reprend essentiellement la position du Core Group (États-Unis, Canada, France et autres), annoncée le même jour : un appel au dialogue avec un président criminel, faisant totalement fi du souhait du peuple haïtien ; et une condamnation de la violence provenant de toute part, qui place les manifestations sur un pied d’égalité avec les massacres commis contre la population par le régime Moïse », a indiqué l’organisation dans une note.

« Cette réponse était évidemment insatisfaisante », a expliqué Marie Dimanche, une membre du groupe. « Trudeau soutient un nouveau Papa Doc en Haiti. Jovenel Moise est un président imposé, corrompu et répressif qui humilie et tue les Haïtiens » a affirmé Turenne Joseph, également membre. « S’il ne retire pas son appui à Jovenel Moïse et ne dénonce pas son régime d’ici vendredi 14 h, nous nous verrons dans l’obligation d’intensifier notre action. »

Le groupe a multiplié les appels et les actions depuis le 15 juillet, mais ne reçoit toujours pas de réponse sérieuse. Les membres du groupe de solidarité ont interrompu deux conférences de presse de Mélanie Joly, ministre de la Francophonie, pour exiger du gouvernement fédéral qu’il cesse de soutenir Jovenel Moïse.

Le 18 août, une membre de Solidarité Québec-Haïti a interrompu Trudeau lors d’une conférence de presse.

L’organisation a organisé une manifestation bruyante devant un centre de boxe où Trudeau tenait une séance de photos avec les médias le 2 octobre.

Par ailleurs, elle a confronté directement le Chef du Nouveau parti démocrate Jagmeet Singh, le député Emmanuel Dubourg, le ministre Jean-Yves Duclos et l’ancienne ministre du Développement international, Marie-Claude Bibeau, au sujet de la politique antidémocratique du Canada en Haïti.

By Rezo Nodwes – 8 octobre 2019