octobre 25, 2021

Le Tout Au Pluriel Magazine

Nous sommes vos yeux et vos oreilles

CE QUE JE PENSE,DECRYPTAGE

2 min read

Warning: Attempt to read property "post_excerpt" on null in /srv/disk5/3553831/www/letoutauplurielmagazine.com/wp-content/themes/newsphere/inc/hooks/hook-single-header.php on line 67
Partagez cet article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

*L’interview accordée à Amélie Baron de RFI  par Jovenel Moise révèle nettement le sentiment et l’état d’esprit du président.*  Essayons de les décrypter.
*Le président* :  » je ne suis pas accroché à un mandat… »  Il faut noter la forme passive de cette expression. Donc,c’est pas lui qui veut rester. *Mais qui?* Il est l’otage et le prisonnier de ses « accrocheurs »,précisément, de ses patrons,ses commanditaires,ceux qui lui avaient acheté le pouvoir. Donc, il s’avoue irresponsable. Dans le cas contraire,il aurait dû dire: * » je m’accroche pas à un mandat… »*
Plus loin,à propos des entreprises qui ferment ou qui réduisent leur personnel, Jovenel évoque un vieux lieu commun du marketing situant une opportunité derrière chaque difficulté.   *C’est l’expression de l’inconscience la plus coriace.* Mieux,c’est la traduction de la philosophie du groupe du président, qui se proclame « bandit legal » en tout lieu et en tout temps avec le leitmotiv: *I dont care ( je m’enfous).*
Jovenel ajoute au nihilisme de *Martelly un anéantisme qui est le sien.* Que le pays soit en lambeaux,il s’enfout. Que l’économie s’effondre,il s’enfout éperdument. *D’ailleurs ,il savoure en perspective le plaisir de se considérer comme l’un des plus riches sortis d’Haiti.  D’ailleurs,il a eu le mal bonheur de tirer au tiers plusieurs millions à travers un prêt special  pour avoir accepté d’être parachuté candidat à la présidence. En deux ans de présidence, plusieurs rapports le créditent d’une fortune colossale.  A ce stade, il est plus facile de se mettre en mode du millionnaire natif haitien. Plus on accumule de millions en Haiti,plus on doit se distancer d’avec ce pays. Celui-ci peut s’engloutir,l’abri est déjà ménagé ailleurs.* C’est le syndrome de la flibuste   financière  haitienne. Plus on a de dollars,plus on doit afficher une insensibilité sociale.
Ceux qui se remarquent par ce sentiment inhumain n’ont pas de pays . Ce sont des nihilistes,des aneantistes. A ceux qui les soutiennent sur notre terre d’Haiti,il faut demander s’ils accepteraient qu’on fasse à leur pays ce qu’ils font à Haiti

*PRA*

Par Pierre Robert Auguste