Le président de la Chambre des députés, Gary Bodeau, estime qu’avec l’accord de Marriott, samedi, l’opposition s’est mise en position de négocier. « Pour moi, c’est une bonne chose que l’opposition s’entende finalement pour former un groupe, une table de la transition avec des revendications. Quand vous négociez, vous pouvez demander le ciel et la terre. Je pense que l’opposition s’est mise en position de négocier », a confié au journal le numéro un de la Chambre des députés.