octobre 19, 2021

Le Tout Au Pluriel Magazine

Nous sommes vos yeux et vos oreilles

Vote contre le Venezuela à l’OEA: Moïse Jean-Charles demande pardon au nom du peuple haïtien

2 min read
Partagez cet article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

En tournée officielle au Venezuela dans le cadre du 1er Congrès international des peuples d’ascendance africaine, Moïse Jean-Charles a officiellement présenté des excuses au peuple vénézuélien pour le vote d’Haïti contre ce pays à l’OEA en janvier 2019.
Dans une allocution prononcée en créole, il a déclaré que « nous ne pouvons pas prendre la parole sans demander pardon au peuple vénézuélien, sans demander pardon au président Nicolas Maduro. Au nom du peuple haïtien, nous vous prions de nous excuser pour le vote du gouvernement haïtien au sein de l’OEA ».
« […] Vie ou mort, Haïti ne doit pas voter contre le Venezuela. Ce vote ne devait pas être un vote diplomatique, ni économique, mais un vote historique et de solidarité » a poursuivi le leader de Pitit Desalin.
Rappelons qu’à l’issue d’une réunion extraordinaire du Conseil permanent de l’OEA tenue en janvier 2019 sur la situation du Venezuela, Haïti et 18 autres pays ont voté une résolution dénonçant la légitimité du second mandat de N. Maduro. Six autres États ont voté contre, huit ont fait abstention.
Cette décision du gouvernement haïtien lui a attiré une pluie de critiques mais également le « soutien » des États-Unis. Le Président Jovenel Moïse a, à maintes reprises, fait valoir que les pays n’ont pas d’amis mais des intérêts, pour justifier son choix.
Signalons que 117 délégués d’une quarantaine de pays ont participé à ce premier Congrès international des peuples d’ascendance africaine au Venezuela. Pendant trois jours, ils ont discuté des sujets présentant un intérêt pour ces pays afin de renforcer et de promouvoir des actions visant à éradiquer le terrorisme, le racisme, l’exclusion et la discrimination. La lutte contre le néolibéralisme, le coup d’État contre le Président bolivien Evo Morales et la promotion de la paix ont également orienté les échanges