octobre 25, 2021

Le Tout Au Pluriel Magazine

Nous sommes vos yeux et vos oreilles

CE QUE JE CROIS

3 min read
Partagez cet article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’Ambassadeur Kelly Craft, Représentant permanent des États-Unis auprès de l’Organisation des Nations Unies, est déléguée à Port-au-Prince, Haïti, ce mercredi 20 novembre 2019, pour souligner le soutien des États-Unis à un avenir plus pacifique, plus sécuritaire, plus prospère et plus démocratique pour le peuple haïtien. Durant son séjour en Haïti, l’ambassadeur Craft rencontrera le président Jovenel Moïse ainsi qu’un échantillon représentatif des leaders politiques et économiques d’Haïti afin d’encourager à adopter des mesures urgentes pour former un gouvernement au service du peuple haïtien. »

Le contenu du câble diplomatique est, on ne peut plus, clair et complet…il sonne comme un « PINGA » à tous les acteurs. En tout cas il nous dit que les Etats-Unis d’Amérique se rendent, enfin, compte qu’il se passe quelque chose d’anormal en Haïti.  En retard… comme d’habitude. Et, ce retard scelle déjà l’échec de cette mission. Au point où en sont les acteurs, les chances de former un « gouvernement d’union nationale » avec le Président Jovenel Moïse sont nulles. Pourtant l’envoi de cette mission engage désormais l’establishment américain comme acteur ne pouvant perdre la face dans cette crise. Difficile ! Les Etats-Unis ne peuvent pas, à cette phase, évacuer le Président Jovenel Moïse pour des motifs d’ordre idéologiques. Ce serait donner raison à cette gauche qu’ils jugent turbulente et imprévisible. En s’engageant de la sorte, ils ne peuvent, non plus, battre en retraite.

Après cet échec, je crois qu’ils vont entreprendre une opération de déminage du terrain qui emportera des acteurs clés, à partir des dossiers qu’ils auront pu accumuler contre eux, attaquant leur moralité. D’un autre côté je ne serais pas étonné de voir le Président Jovenel Moïse « s’asiler » dans une ambassade étrangère comme ça…un matin. Exit tout le monde et on recommence avec les « modérés », les secteurs des affaires et de la société civile pour…business as usual. Dans ce curieux puzzle une grosse pièce manque. Déterminante. Le gros peuple !  C’est la grande inconnue dans ce jeu malicieux. Il est évident que ce ne sont pas les acteurs politiques de l’opposition dite, à dessein, radicale, qui avait la capacité de mobiliser tout ce peuple dans les rues de Port-au-Prince et des grandes villes de la République. Comment réagira-t-il à ces manœuvres high tech ?

Le vrai hic est pourtant ailleurs. Comment rétablir la sécurité sans la neutralisation des barons du trafic des armes et des munitions ? Comment rétablir la paix sans une injection massive de dollars frais dans cette économie exsangue ? Pourquoi les Etats-Unis le feraient-ils maintenant…mais surtout comment ne pas le faire ? Dans tous les cas c’est sous la puissante ombrelle de l’ONU, en Haïti depuis déjà plus de quinze ans que les gangs armés et le trafic de la drogue et des armes ont connu leurs jours les plus heureux.

Himmler Rébu