octobre 27, 2021

Le Tout Au Pluriel Magazine

Nous sommes vos yeux et vos oreilles

Jovenel Moïse videz les lieux pendant qu’il en est encore  temps

4 min read
Partagez cet article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Monsieur le président, vous êtes devenu un colis encombrant pour vos principaux alliés. Il est temps de vider les lieux, si au moins vous voulez sauver le peu de dignité qui vous reste. Vous ne vous en rendez pas compte mais vous êtes seul, tous vos soutiens jouent sur deux tableaux.

Vous êtes devenus un poids pour les américains qui ne peuvent pas cautionner un homme cité dans ces affaires de violation des droits humains. Ils sont d’autant plus embarrasés qu’ils ont fait sortir ces 7 mercenaires et que depuis vous avez été dans l’impossibilité de restaurer l’ordre. Un autre massacre du style La Saline pourrait les éclabousser directement pour simplement vous avoir maintenu en place.

Votre position ne tient qu’à un fil. D’ici janvier, ils se concentreront sur leurs problèmes internes, la destitution ou la réélection de Trump et ils vous lâcheront officiellement. Videz les lieux et sauvez votre dignité.

Oncle Sam a tout essayé : CORE GROUP, 5 émissaires du département d’État, OEA, Marco Rubio, Michèle Sison… C’est un camouflet pour la superpuissance américaine en Haïti. Elle a tout fait, elle vient même de risquer l’image de son ambassadeur à l’ONU, membre du Conseil National de sécurité et amie personnelle du président Trump.

Vous êtes encombrant pour les bourgeois à qui vous avez pourtant tant donné, ils sont obligés d’aller voir ailleurs. Même s’ils prétendent être à vos cotés, il n’y a que leur ombre qui vous accompagne. Vous avez donné les douanes, les kits, les riz du BMPAD à Reynold Deeb pourtant il tisse de nouvelles alliances avec les futurs leaders de la transition. Il arrose la rue pour protéger ses entreprises, vous êtes seul dans la mélée monsieur le président, comprenez cela avant que ces chiens ne se retournent contre vous.

Vous avez tout donné à Olivier Barreau et Eddy Deeb, à Andy Apaid, à Shérif Abdallah, à Michel Martelly pourtant ils font double jeu. Ces soi-disant alliés vont de base en base pour tout vous mettre sur le dos, c’est vous le menteur, c’est vous le racketeur, c’est vous le dilapidateur des fonds de petro caribe. Vous êtes un vulgaire imbécile qui sert de fusible  à ces syro-libannais. Cher président, videz les lieux, avant de devenir indésirable en Haiti.

Monsieur le président, il viendra le temps où vous vous rendrez compte que vous avez été manipulé comme un pantin. Dites-moi est-ce  qu’une pompe DNC ou GO ou n’importe autre propriété de Martelly a été attaquée ? Est-ce qu’une succursale  de  BUH a été touchée ? Dites-moi la dernière fois que l’un de vos bourgeois vous a témoigné avoir été attaqué dans la rue ? Monsieur le président, ils savent se protéger et sous peu ils rallieront les autres grands bourgeois de l’opposition.

Vous avez livré les caisses de l’État à Reynold Deeb, Olivier Barreau, Andy Apaid, Michel Martelly, Shérif Abdallah, Chris Handal…mais vous irez en prison seul. Vous allez payer pour les autres , même vos alliés politiques vont vous lâcher du moins ce qui restent. Les PHTKistes vont retrouver leur chef Michel Martelly et vous serez éliminé de leur vocabulaire. Certains déjà disent que ça avait été leur plus grande erreur de vous avoir mis en avant.

Monsieur le président le peuple n’est pas aussi bête que vous, vous n’attaquez pas le système en vous prenant aux Vorbe. Les attaquer pour 123 millions dollars de surfacturation c’est bien. Mais qu’en est-il des 450 millions de contrebande de Reynold Deeb et Bigio?  Qu’en est-il des millions volés par Bigio, Abdallah, Zureik, Handal ?  Ceux détournés par tous les bourgeois tèt kale que vous enrichissez ?

Monsieur le président, Washington, Ardouin Zéphirin, Renald Lubérice, Gary Pierre Paul Charles et Patrick Moussignac ne peuvent pas vous maintenir au pouvoir. Cessez de leur donner les maigres ressources de l’État. C’est le peuple qui vous rejette, et bientot vos amis les plus proches.

Monsieur le président videz les lieux, le peuple ne vous lâchera pas d’une semelle. Ne soyez pas naïf, il est impossible de faire revenir le calme avec vous au Palais. Vous n’aurez pas de gouvernement d’union nationale parce qu’aucun homme intègre n’acceptera de s’asseoir à vos cotés. Vous avez du sang sur les mains et ça le peuple vous le fera payer et les Americains ne peuvent plus vous soutenir.

Videz les lieux et négociez un départ honorable. Plus vous persistez à rester, plus la fin sera sinistre.

Partez, il est encore temps. Sinon vous allez pleurer comme ces parents dont leurs fils et proches ont été massacrés à La Saline.

Antoine Yvon