octobre 23, 2021

Le Tout Au Pluriel Magazine

Nous sommes vos yeux et vos oreilles

L’armée française perd treize militaires dans un accident d’hélicoptères au Mali

3 min read
Partagez cet article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Membres de la force « Barkhane », ils ont trouvé la mort dans une collision apparemment accidentelle lors d’une opération de combat contre des djihadistes.

Au premier plan un hélicoptère Eurocopter Tigre (Eurocopter EC665 Tigre) à la base militaire française de Gao, dans le nord du Mali, le 8 novembre 2019. MICHÈLE CATTANI / AFP
L’armée française est en deuil à la suite d’un très grave accident d’hélicoptères qui a eu lieu lundi 25 novembre au Mali et a tué 13 militaires de la force « Barkhane ». Il s’agit de l’événement le plus meurtrier pour la mission française au Sahel depuis son déploiement au Mali en 2013, puis dans l’ensemble de la région en 2014 avec 4 500 hommes.

Lire aussi: « Des héros qui ont combattu pour notre liberté » : hommages et reconnaissance pour les soldats tués au Mali
Vers 19 heures lundi, deux appareils (un Tigre et un Cougar) qui opéraient dans la région du Liptako, aux confins du Mali, du Niger et du Burkina Faso, se sont vraisemblablement percutés. Les soldats – relevant de plusieurs unités, et parmi lesquels figuraient des groupements commandos parachutistes et des troupes de montagne – étaient mobilisés dans une opération que l’état-major qualifie d’« opportunité » contre un groupe armé djihadiste, après un renseignement.

Dans un communiqué publié par l’Elysée mardi matin, le président de la République a fait part de sa « profonde tristesse ». Il a salué « avec le plus grand respect la mémoire de ces militaires de l’armée de terre, six officiers, six sous-officiers, et un caporal-chef, tombés en opération et morts pour la France dans le dur combat contre le terrorisme au Sahel ». Emmanuel Macron « s’incline devant la douleur de leurs familles et de leurs proches et leur adresse ses plus sincères condoléances, en les assurant de l’indéfectible solidarité de la nation », poursuit le communiqué. Une prochaine cérémonie nationale d’hommage aux Invalides est d’ores et déjà évoquée par l’entourage du chef de l’Etat.

Lire aussi la tribune : « Au sujet du Sahel, la France a de quoi s’inquiéter : l’opération “Barkhane” semble dans l’impasse »
La ministre des armées a pour sa part rendu hommage, en citant leurs noms, aux treize soldats, issus du 5e régiment d’hélicoptères de combat de Pau, du 4e régiment de chasseurs de Gap et du 93e régiment d’artillerie de montagne de Varces. Pierre Bockel, lieutenant au 5e régiment d’hélicoptères de combat de Pau, fils de Jean-Marie Bockel, sénateur et ancien maire de Mulhouse, fait partie des victimes. Figure aussi au nombre des victimes un légionnaire du génie de Saint-Christol. Florence Parly précise qu’« une enquête est ouverte afin de déterminer les circonstances exactes de ce drame ».

Ministère des Armées

@Defense_gouv
Le ministère des Armées présente ses condoléances aux familles, aux proches et aux frères d’armes des 13 militaires de l’opération #Barkhane décédés lundi soir lors de l’accident en vol de deux hélicoptères de l’@armeedeterre, au cours d’une opération de combat.#RIP

Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité
1 145 personnes parlent à ce sujet
La région du Liptako, le centre des efforts.
11-Novembre : les soldats morts en opérations extérieures entrent dans la mémoire collective
L’état-major précise le déroulé des faits. « Selon toute vraisemblance, un abordage entre les deux aéronefs évoluant à très basse altitude serait à l’origine de l’accident. Ils participaient à une opération d’appui aux commandos de la force “Barkhane” qui étaient au contact de groupes armés terroristes. » Le communiqué du général François Lecointre ajoute que les soldats étaient engagés Via la matinale

Par Nathalie Guibert

 Harry Espoir Michel Pour Le Tout Au Pluriel Mg…