octobre 27, 2021

Le Tout Au Pluriel Magazine

Nous sommes vos yeux et vos oreilles

Visas américains : Haïti parmi les pays essuyant les plus forts taux de refus Si vous êtes un Haïtien en quête d’un visa pour entrer aux États-Unis, sachez que statistiquement vous avez plus de chances de rentrer bredouille de votre rendez-vous aux services consulaires de l’ambassade américaine à Tabarre que de repartir avec le précieux document de voyage apposé sur votre passeport. Selon les données du Département d’État des États-Unis, la République d’Haïti figure parmi les pays ayant enregistré les taux de refus les plus élevés pour les visas américains.

4 min read
Partagez cet article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Au cours de l’exercice 2016, 64.5% des demandes des citoyens haïtiens pour obtenir un visa américain ont été rejetées par les autorités consulaires des États-Unis contre 67,59% en 2018. Si ces pourcentages de refus sont assez importants, puisque dépassant largement la moitié des demandes formulées, Haïti se retrouve pourtant assez loin d’un pays comme Cuba par exemple qui, avec 81,9% des demandes des citoyens cubains rejetées, se distingue par le taux de refus de visas américains (tourisme ou affaires) le plus élevé de tous les pays du monde. Malgré un certain dégel des relations entre les deux pays, ce taux de refus n’a que sensiblement chuté (77,17%) en 2017.

Ailleurs qu’en Haïti, les taux de refus les plus élevés ont été enregistrés dans des pays d’Afrique, notamment la Mauritanie et le Libéria, avec des taux de refus supérieurs à 70%. L’Afghanistan est le deuxième pays le plus mal classé après Cuba dans cette catégorie, avec des taux de refus de 73,8% et de 72,74% respectivement en 2016 et en 2017.

Chaque mois, le Département d’État américain communique le nombre de visas délivrés aux citoyens de tous les pays, y compris ceux faisant l’objet d’une interdiction de voyager, mais ne publie pas en revanche d’informations mensuelles équivalentes sur le nombre de demandes ou de refus de visas par pays.

Il existe plus de 20 grandes catégories de visas de non-immigrants couvrant une variété de buts de voyage ainsi que de pays d’origine. Les cinq types les plus courants sont les visas de voyage d’affaires / de tourisme (B-1, B-2), les visas d’étudiant (F-1, M-1), les visas d’échange de visiteurs (J-1), les visas de membre d’équipage / de transit (C- 1 / D) et les visas de travailleur spécialisé (H-1B).

Les visas pour non-immigrants sont réservés aux visiteurs et aux travailleurs temporaires, tandis que les visas pour immigrants sont destinés aux personnes qui s’installent de manière permanente aux États-Unis. Les Haïtiens généralement attribuent l’appellation de «résidence» à ce type de visas.

S’agissant de cette dernière catégorie, les États-Unis ont délivré 15 002 visas immigrants (toutes catégories confondues) aux ressortissants haïtiens. Toutefois, l’année 2016 reste une année record avec 18 581 visas immigrants délivrés aux Haïtiens.

Au cours de l’exercice 2017, le Département d’État américain a délivré 9 681 913 visas non-immigrants et 559 536 visas immigrants. De ce total, 31 770 visas non-immigrants ont été octroyés aux citoyens haïtiens contre 204 972 aux citoyens dominicains, ce qui place les deux pays très loin l’un de l’autre. Si le taux de délivrance d’Haïti représente environ deux fois celui de Cuba (16 335), la Jamaïque se démarque complètement avec 89 538 visas non-immigrants délivrés.

Par ailleurs, on constate pour l’exercice 2018 une baisse du nombre de visas non-immigrants accordés à ces quatre pays susmentionnés,  soit 28 445 à Haïti, 139 827 à la République dominicaine, 6 959 à Cuba et 72 763 à la Jamaïque. Du total d’Haïti, on souligne que 25 308 visas de type B1/B2 (tourisme et affaires) et 381 visas de type F (études) ont été délivrés par les autorités consulaires américaines à Port-au-Prince. Si l’on se fie aux statistiques du Département d’État américain, l’année 2016 reste actuellement celle où le plus de visas américains ont été délivrés aux citoyens haïtiens (45 330) contrairement à 2010, l’année du tremblement de terre (23 970).

Pour la plupart des touristes et des voyageurs d’affaires, la durée maximale du séjour par voyage est de six mois. Les visiteurs doivent rentrer chez eux à la fin de la durée de séjour approuvée, à moins que le service américain de la Citoyenneté et de l’Immigration (USCIS en anglais) ne leur accorde une prolongation.

Selon le Département de la Sécurité intérieure (DHS en anglais), le taux de dépassement du délai de séjour estimé des voyageurs d’affaires et des touristes internationaux était de 1,33% en 2017. Cela équivaut à 701 900 voyageurs sur près de 52,7 millions de touristes et de voyageurs d’affaires.

Ce taux est 5 fois inférieur à celui estimé des voyageurs d’affaires et des touristes haïtiens qui était de 6,84% en 2017, soit 10 558 ressortissants haïtiens ayant prolongé le délai de leur séjour sur les 154 385 à avoir le sol américain cette année-là. Par contre, en 2018, sur les 137 119 départs attendus des Haïtiens, il n’y a eu que 6 917 prolongements de séjour, ce qui équivaut à un taux de dépassement de séjour de 5,04%.

 Le Nouvelliste

Patrick Saint-Pré
Auteur