octobre 23, 2021

Le Tout Au Pluriel Magazine

Nous sommes vos yeux et vos oreilles

Australie – Usurpation de titre : une femme de 46 ans condamnée à 25 mois de prison pour avoir menti sur son CV afin d’obtenir un poste au cabinet du PM à $185.000 l’an

2 min read
Partagez cet article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le président Jovenel Moise (ci-devant Ingénieur), accusé d’usurpation de titre dans le dossier de dilapidation de fonds de Petro Caribe, selon le deuxième rapport de la Cour des Comptes, devait s’estimer très chanceux étant donné qu’il est né en Haïti, l’un des pays les plus pauvres au monde et avec un système judiciaire pourri et le plus corrompu des Caraïbes . Dans le pays de Jovenel Moise, la justice se vend aux plus offrants.

Révoquée et emprisonnée – En Australie, une femme qui a menti sur son curriculum vitae (CV) et a falsifié des références élogieuses » pour décrocher un emploi bien rémunéré auprès d’un gouvernement régional australien a été condamnée à au moins un an de prison, rapporte CNN. Dans le cas du président Jovenel Moise en Haïti, le miroir du pays à l’étranger, il a décroché un contrat juteux mais n’a jamais exécuté les travaux pour lesquels il a été payé d’avance, dénonce le rapport de la Cour des Comptes.

Un tribunal australien a condamné une femme à la prison après avoir découvert qu’elle avait menti sur son CV.

Veronica Hilda Theriault, 46 ans, a été déclarée coupable de tromperie, de malhonnêteté et d’abus de pouvoir, pour avoir posé sa candidature au poste de responsable en chef de la de l’information en 2017, qui lui faisait gagner un salaire annuel de 270 000 dollars australiens (185 000 dollars US).

Theriault a travaillé pendant plus d’un mois auprès du Cabinet du Premier-ministre à South Australia’s Department et a gagné environ 33 000 dollars australiens (22 500 dollars) avant d’être licenciée.

Elle a plaidé coupable à tous les chefs d’accusation et a été condamnée à une peine de 25 mois d’emprisonnement assortie d’une période d’un an sans possibilité de libération conditionnelle.

La Cour a appris qu’elle avait soumis au ministère un curriculum vitae frauduleux contenant de faux renseignements sur ses études et son emploi précédent. Après avoir obtenu une entrevue, elle a également posé en tant qu’employeur précédent lors d’une vérification des références dans laquelle elle « donnait un retour élogieux » sur sa propre performance.

Il est important de souligner que le cas de Veronica Hilda Theriault est devenu suspect pour le ministère après que sa santé mentale commence à détériorer peu de temps après le début de son emploi pour lequel elle n’a pas fait des études spécifiques
By Rezo Nòdwès –