octobre 18, 2021

Le Tout Au Pluriel Magazine

Nous sommes vos yeux et vos oreilles

Port-au-Prince , le vendredi 06 décembre 2019 Monsieur Jovenel MOISE Président de la République d’Haïti Palais National.

3 min read
Partagez cet article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Monsieur le Président ,

le peuple vous a fait l’honneur de vous placer à la tête de la République , mais le pays ne vous appartient pas. Vénézuela et Haïti ont une histoire commune , et cela ne date pas d’hier. Votre façon d’agir contre la République Bolivarienne de Vénézuela nous préoccupe de plus en plus ; cela nous inquiète donc au plus haut point. Vous ne le faites pas pour défendre nos intérêts , mais les vôtres.

Monsieur le Président ,

Vous assénez un mauvais coup au peuple haïtien en vous rangeant , en vous alignant à la défense des intérêts des américains , à l’instar de la doctrine de Monroe. Cette doctrine intitulée  » l’Amérique aux Américains  » ne saurait , en aucun cas , être privilégiée sur les relations  » Mère et fille  » avec le Vénézuela qui nous prouve toujours son amour , son affection et son respect. Qu’avons-nous bénéficié de l’occupation américaine ; celle de 1915, notamment ? Quel est le poids de l’aide américaine par rapport aux fonds pétrocaribe ? Le bon sens devrait ainsi vous guider dans vos actions que bon nombre de citoyens haïtiens jugent malhonnêtes pour ce qui de vos votes maladroits en défaveur du peuple vénézuélien.

À ce carrefour si difficile , en matière de crise socio-politico-économique , un Chef d’État digne de son rang devrait pouvoir être en mesure d’évaluer la situation et de prendre des mesures idoines et mitoyennes. À quoi ressemble la politique internationale d’Haïti ? À quoi joue votre administration ? Avez-vous perdu le sens de l’histoire ? Toutes ces questions découlent de vos décisions ou conclusions hâtives dans le cas d’une République qui fait toujours preuve de générosité à l’égard de la patrie haïtienne , en signe de reconnaissance de son appui significatif à sa liberté et à sa souveraineté.

Monsieur le Président ,

en faisant cela , vous ne comprenez rien. Vous n’agissez pas contre Nicolas Maduro , vous agissez contre le Vénézuela. Les peuples vénézuélien et haïtien s’apprécient , s’admirent , s’aiment beaucoup , en se souvenant de leur passé respectif. Haïti peut toujours  compter sur sa fille , Vénézuela , mais peut et doit douter de la bonne volonté des occidentaux de l’aider sincèrement à se développer pour passer du stade de la consommation à la production , de l’importation à l’exportation.

Monsieur le Président ,

cessez de croire aux fausses promesses de ces grandes puissances qui se disent  » amies d’Haïti  » , embrassez de préférence la coopération Sud-Sud qui serait bénéfique pour le pays se trouvant dans un piteux état depuis votre accession au fauteuil présidentiel. Au nom des aïeux , ayez pitié pour le peuple haïtien . Pour une fois , montrez-vous à la hauteur de la mission qui vous a été assignée. Nous comprenons bien cela , vous êtes le farouche défenseur des intérêts américains , car vous aussi , vous ne faites que rouler le peuple haïtien dans la farine.

Arrêtez donc de nous couillonner , Monsieur le Président.

Wadson Désir
Digne Fils d’Haïti
Coordonnateur de Perspectives2022