jeu. Sep 24th, 2020

Le compas” A côté de la musique Racine, le compas a fait son entrée triomphale dans le panthéon de la culture Ayiti, il y a plus d’un demi-siècle.

3 min read
Spread the love

This post has already been read 10 times!

En créole ayitien: Konpa, cette dénomination n’est pas que musique elle est aussi dance. Étant donné que rien ne se crée par soi-même, le Konpa est une méringue moderne en Ayiti et aurait ses origines dans les musiques latines, en particulier la Meringue de la República Vecina (República Dominicana). En effet, le genre a été divulgué et popularisé suite à la création en 1955 du groupe ” Conjunto International” par Nemours Jean-Baptiste.
Curieusement, tout comme notre expression orale ou linguistique, le créole, le Konpa ne se limite point à Ayiti. Il a donc étendu ses tentacules, comme la promenade des testicules au-delà de ses frontières. Ses influences se font sentir tout d’abord au niveau des Antilles et des Caraïbes, des États-unis, de l’Europe et jusqu’en Afrique. Si bien qu’il s’est désormais constitué et institué en un genre à part entière, le Compas est devenu à l’usure du temps la musique principale de nombreux pays tels que la Dominique et les Antilles françaises, etc. Qu’il soit appelé zouk où les artistes antillais français de Martinique et de Guadeloupe l’ont emmené ou compas dans des endroits où des artistes haïtiens ont tourné, ce style méringue est très influent dans les Caraïbes, le Portugal, la France, une partie du Canada, l’Amérique du Sud et l’Amérique du Nord.
Au Cap-Vert il est baptisé “Pazada” et en Guinée Bissau, Mozambique et dans la communauté des anciennes colonies portugaises “Kizoumba”.

Revenons à la source, le Konpa ayisyen. Dans sa version dance, est très singulier, en ce sens qu’il charrie idiosyncrasie et toute l’univers des sentiments en Ayiti. Techniquement, il est constitué par des pas de base binaire, ce qui faciliterait la tâche aux cavaliers. Comme le laisse très clairement croire le moniteur dans cette vidéo, c’est comme marcher, mais à un rythme progressif. Ainsi donc, qui sait marcher est automatiquement habilité à danser le Konpa. Mais au fond non. Car il s’agit d’une marche pas comme les autres. En ce sens qu’il est l’expression du rythme, du swing, masséré comme un ragout de cabrit ou de bœuf au sentir, au desir, au plaisir et à la sensualité. C’est l’art par excellence, non pas du déhanchement, mais plutôt la communion des bassins, jusqu’à en faire un. En effet, un tout organique conduisant au-delà même de la transcendance et de l’orgasme, le plus bizarre, en dehors de tout acte sexuel. D’où la raison pour laquelle les femmes ayitiennes n’osent même pas danser le Konpa avec un inconnu, si elle n’est pas attirée par celui-ci.

Le Konpa ayisyen n’est donc pas uniquement une expression culturelle par la musique et la danse, mais il embarque également le réel imaginaire ayisyen dans toutes ses expressions et manifestations.

Architecte
Jean-Camille Etienne, Master en Politique de l’ Environnement.

Facebook Comments

This post has already been read 10 times!

Partagez nos articles
0Shares

Supportez Nous

Copyright © All rights reserved. | Legend Global Tech by PierreFils Fleurissaint.
Translate »