octobre 27, 2021

Le Tout Au Pluriel Magazine

Nous sommes vos yeux et vos oreilles

Sommes-nous obligés de nous soumettre aux lois humaines – aux lois des méchants infinis du monde ?

6 min read
Partagez cet article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Il y a des mythes que nous sommes obligés de débattre pour que nous puissions vivre librement dans la vie, mais les endoctrinés vont dire que nous ayons une mentalité désuète parce qu’ils veulent nous tenir dans l’ignorance totale; d’où, nôtre esclavage infini à eux .

Dès le commencement de la création nôtre Créateur a établit une loi qui est divine. Et , il a tout créé sous la loi de l’obéissance.Donc, quiconque vit sous cette loi vivra longtemps. L’obéissance à nôtre Créateur est un devoir sacré, si nous analysons les plantes, nous allons constater qu’elles fonctionnent selon la loi de l’obéissance; voilà ce qui explique leurs longues vies et leurs paix .

Les animaux et les plantes, eux aussi, vivent sous la loi de l’obéissance , voilà pourquoi nous avons toujours de la nourriture pour vivre bien sur la terre ; mais la race humaine a choisi de désobéir le Créateur, pendant qu’il y a un groupe d’hommes qui veulent soumettre la masse sous leur volonté . voilà pourquoi je me pose la question  » sommes-nous obligés de nous soumettre aux lois des humains – aux lois des méchants infinis du monde ?  »

Se soumettre à une loi déceptive est un danger aux droits inaliénables ; donc, nous devons faire des recherches lumineusement intelligentes pour découvrir ce que nous avons à faire dans nôtre société pour ne pas vivre sous la volonté des méchants infinis .

Parce qu’il y a un groupe de bandits/un groupe de voleurs infinis qui veulent toujours se faire passer pour des hommes de loi au nom de l’injustice. Ils disent qu’ils sont des avocats où des parlementaires. Mais, en réalité, ce sont eux en majeure partie , qui nous empêchent de vivre dans la paix .

Le monde entier est gouverné par la loi commerciale/ contrat. Mais, combien de personnes connaissent cette vérité absolue?

La loi commerciale ou UCC veut dire que: s’il n’y a pas un contrat consciencieux entre deux personnes/ deux entités, la loi est nulle. C’est-à-dire que si une personne n’a pas signé consciencieusement pour dire oui à une loi , cette loi n’a aucun pouvoir sur elle. En ce moment même, moi, Romane Désir né le 21 Février 1971 ,donne « AVIS PUBLIC »
à toutes personnes physiques ou fictives que je ne suis pas sujet de leurs lois publiées ou cachées sans l’apposition de ma signature sous ces lois.

Après la publication de cet article , quiconque veut me faire de l’injustice au nom d’une loi que je n’ai pas signée consciencieusement, je serai obligé de me faire justice parce que je suis seulement sujet à loi Divine.

« L’ignorance est un crime mortel ».

Cherchons Ignorance :

L’ignorance est un décalage entre la réalité et une perception de cette réalité, décalage qui est la conséquence d’une croyance, d’un préjugé, d’une illusion ou d’un fait avéré de ne pas savoir. C’est une notion importante du bouddhisme, de l’hindouisme et de la philosophie occidentale.

L’approche orientale

Dans le bouddhisme, l’ignorance (avidyā) est la première étape de la chaîne des causes de la souffrance (dukkha) et est considérée comme un des Trois Poisons. Elle induit les passions et cause les renaissances.

Dans l’hindouisme, c’est d’abord l’ignorance de sa véritable nature recouverte par les obscurcissements successifs de la conscience pure (le Soi) produits par le désir et l’attachement.

L’approche occidentale

Philosophie antique

Pour faire sortir les athéniens de leur ignorance, en leur permettant d’accoucher de leurs connaissances (maïeutique), Socrate passait par la pratique du dialogue dans la rue. Il utilisait notamment l’ironie, double feinte par laquelle il faisait semblant de ne pas savoir, tout en feignant de croire que son interlocuteur savait. Cette ironie permettait à Socrate de laisser son interlocuteur se rendre compte par lui-même de ses contradictions ou incohérences de raisonnement. En effet, celui qui vit sans réflexion ni introspection est parfois atteint d’une « double ignorance » qui est le fait de ne pas savoir et de vivre dans l’illusion qu’il sait : « Non seulement tu ignores les choses les plus importantes, mais tu crois les savoir »[1] disait Socrate à Alcibiade.

Dans l’allégorie de la caverne, Platon donne une représentation imagée de « l’état de notre nature relativement à l’instruction et à l’ignorance »[2]. Selon cette allégorie, la démarche du philosophe consiste tout d’abord à prendre conscience de son ignorance, en prenant du recul par rapport à ses préjugés et opinions (doxa). Puis il apprend à distinguer ce qui est réel de ce qui est apparent ou illusoire, en s’élevant progressivement vers le monde des Idées ou des Formes intelligible en utilisant la méthode dialectique.

Les Lumières

La lutte contre l’obscurantisme fut le principal cheval de bataille des penseurs que l’on associe à la période des Lumières au XVIIIe siècle dont l’idée centrale est que le progrès général dans le comportement humain, y compris dans le domaine politique, est conditionné par une diffusion la plus large possible de toutes les connaissances. C’est dans ce but qu’a été rédigée l’ Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers (1751-1772) par Diderot etd’Alembert.

Molière a traité de l’ignorance dans Les Femmes savantes (1672) et Le Bourgeois gentilhomme (1670). Voltaire écrivit De l’horrible danger de la lecture (1765) pour lutter contre l’obscurantisme.

Dans la Critique de la raison pure, Kant a crédité « les observations et les calculs des astronomes » de nous avoir « appris bien des choses étonnantes », dont la plus importante est qu’elle nous a « découvert l’abîme de l’ignorance, dont la raison humaine, sans [cette connaissance], n’aurait jamais pu se représenter qu’il était aussi profond ; et la réflexion sur cet abîme, dit-il encore, doit produire un grand changement dans la détermination des fins ultimes à assigner à notre usage de la raison. »[3].

Monde contemporain

Depuis le XXe siècle, ce concept joue un rôle important en économie, en particulier dans le domaine de la veille stratégique et de l’intelligence économique.

On distingue :

L’ignorance savante, c’est celle de celui qui « sait qu’il ne sait pas »

L’ignorance profonde c’est celle de celui qui « ne sait pas qu’il ne sait pas ».

Dans la langue allemande, on distingue l’ignorance fortuite, « das Nichtwissen » (le non savoir), de l’ignorance volontaire, « das Totschweigen » (le fait de passer sous silence). Cette proposition est discutable. En allemand, « Ignoranz » peut signifier aussi une sorte d’inculture assumée, entachée d’obscurantisme et de trivialité.

Des travaux ont contribué à l’élaboration d’une épistémologie de l’ignorance qui montre que ces deux types d’ignorance entretiennent des rapports complexes, y compris chez les chercheurs scientifiques. Ainsi, une conceptualisation des ignorances et de leur gestion intellectuelle a été entreprise dans Les ignorances des savants, par Roger Lengletet Théodore Ivainer[4].

Dans l’industrie, l’application d’un coefficient d’ignorance permet de garantir la sécurité de tout ou partie d’un système technique.

Citations

Socrate : « je ne sais qu’une chose c’est que je ne sais rien ».

Platon fait dire à Socrate dans le Second Alcibiade : »… nous avons tort de blâmer ainsi l’ignorance à la légère, sans ajouter que c’est l’ignorance de certaines choses… ».

Jérôme Touzalin : « La foi repose toujours sur l’ignorance ».

Matthieu Ricard : « L’ignorance est une méprise accidentelle, un oubli soudain qui ne change rien à la nature ultime de l’esprit, mais crée une chaîne d’illusions, comme le cauchemar ne change rien au fait que l’on est confortablement allongé dans le lit, mais n’en peut pas moins engendrer une grande souffrance mentale. » (Le Moine et le Philosophe)

Ce texte concourt à la liberté de toutes celles et tous ceux qui veulent vivre en paix dans un monde remplit de méchanceté .

N’oubliez jamais que la liberté est personnelle y compris la paix. Donc , c’est à nous de faire le choix qu’il nous faut dans la vie.

Par: Romane Désir

Rédacteur de: LE TOUT AU PLURIEL MAGAZINE SOCIO-CULTUREL

email:romanedesir119@gmail.com

Tous droits réservés.