octobre 19, 2021

Le Tout Au Pluriel Magazine

Nous sommes vos yeux et vos oreilles

L’éventualité d’une catastrophe planétaire se précise davantage, selon un groupe d’experts

2 min read

Warning: Attempt to read property "post_excerpt" on null in /srv/disk5/3553831/www/letoutauplurielmagazine.com/wp-content/themes/newsphere/inc/hooks/hook-single-header.php on line 67
Partagez cet article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

­Si le monde courait le risque de s’effondrer totalement dans un avenir proche, 100 secondes nous séparerait de cette catastrophe, selon l’horloge de l’apocalypse- un dispositif mis en place après la seconde guerre mondiale et qui consiste à sensibiliser les responsables planétaires sur le danger d’une catastrophe qui pourrait survenir à tout moment sur la terre, si rien n’est fait pour l’empêcher. En effet, l’horloge n’a qu’une valeur symbolique aux yeux des scientifiques qui l’ont mis au point.

Imaginée en 1947 par un groupe d’experts pour symboliser l’imminence d’un cataclysme planétaire, l’horloge de l’apocalypse a été avancée à moins cent secondes, rapporte le Journal français Le Monde.

 » Nous exprimons désormais en secondes le temps séparant le monde de la catastrophe, non plus en heures ou en minutes  » , à déclaré Rachel Bronson, présidente et directrice générale du Bulletin of atomic scientists, lors d’une conférence de presse à Washington.

En raison de divers facteurs d’ordres naturels ou humains, notamment ceux concernant les crises qui opposent l’Iran et la Corée du Nord avec l’Occident autour des dossiers nucléaires, le groupe de scientifiques la gérant est amené à revoir chaque année l’heure en vue d’attirer l’attention du public sur ces faits.

En effet, ces bulletins d’informations régulièrement publiés par ces scientifiques, et qui alertes sur ces questions là, pourraient signifier l’irresponsabilité des dirigeants des pays par rapport aux problèmes du monde. De plus, ils peuvent aussi créer à la longue beaucoup plus d’inquiétudes du côté des populations, sur la capacité réelle des leaders planétaires à prendre en main le destin du monde.

Ralph Thierry Cadet