octobre 18, 2021

Le Tout Au Pluriel Magazine

Nous sommes vos yeux et vos oreilles

L’heure du Brexit a sonné. A 23 heures à Londres, minuit en France, le Royaume-Uni a fait ses adieux à l’Union européenne. 

4 min read

Warning: Attempt to read property "post_excerpt" on null in /srv/disk5/3553831/www/letoutauplurielmagazine.com/wp-content/themes/newsphere/inc/hooks/hook-single-header.php on line 67
Partagez cet article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’heure du Brexit a sonné. A 23 heures à Londres, minuit en France, le Royaume-Uni a fait ses adieux à l’Union européenne.
Le Royaume-Uni lève l’ancre pour le grand large. Après 47 ans d’un mariage houleux, le pays quitte vendredi soir l’Union européenne pour entamer « un nouvel acte » de son histoire, les voiles gonflées de promesses et d’incertitudes.

Le Royaume-Uni va devenir le premier État à quitter le club européen. Après trois ans et demi de déchirements suivant le référendum de 2016, il doit désormais s’atteler à la tâche difficile de rebâtir des relations avec le bloc réduit à 27 mais aussi les grandes puissances comme les Etats-Unis de Donald Trump qui lui font des appels du pied.

A une heure du moment fatidique, pendant qu’un compte à rebours était lancé sur la façade de Downing Street, le Premier ministre Boris Johnson a prédit que le Brexit, dont il a été un promoteur acharné, serait un « succès retentissant », « quels que soient les obstacles ».

« La chose la plus importante à dire ce soir, c’est que ce n’est pas la fin, mais le début, le moment où l’aube pointe et le rideau se lève sur un nouvel acte de notre grand drame national », a-t-il ajouté, lyrique, promettant « le début d’une nouvelle ère de coopération amicale » avec l’Union européenne.

Avec Bruxelles, les termes de la coopération doivent être définis d’ici à la fin de l’année, annonçant dès les semaines à venir des négociations qui s’annoncent après et dont l’issue demeure incertaine.

Aux abords du Parlement, une foule de plusieurs milliers de personne enfle. Dans l’après-midi, un drapeau européen a été brûlé. C’est ici que les opposants les plus farouches à l’UE s’apprêtent à laisser éclater leur joie, autour de l’europhobe Nigel Farage.

A lire aussi : Brexit ratifié à Bruxelles : certains rient, d’autres pleurent……

A lire aussi : Brexit : pour les Français de Londres, c’est « J’y suis, j’y reste »

A lire aussi : Brexit : Puisque tu pars….

Un choc pour Emmanuel Macron

Le départ du Royaume-Uni de l’UE ce vendredi à minuit est « un choc » et « un signal d’alarme historique » pour « l’Europe toute entière », a déclaré vendredi le président français Emmanuel Macron, à quelques heures du Brexit.

« Ce départ est un choc. C’est un signal d’alarme historique qui doit retentir dans chacun de nos pays, être entendu par l’Europe toute entière et nous faire réfléchir », a déclaré le chef de l’Etat dans une déclaration enregistrée à l’Elysée.

« Ce Brexit est possible (…) parce que nous avons fait de l’Europe trop souvent un bouc émissaire de nos propres difficultés, parce qu’aussi nous n’avons pas assez changé notre Europe ». « Plus que jamais nous avons besoin d’Europe, face à la Chine ou aux Etats-Unis pour défendre nos intérêts », a-t-il insisté.

Mais il faut rendre l’Europe « plus souveraine, plus démocratique, plus proche de nos concitoyens et donc plus simple aussi dans son quotidien et que nous réussissions à rebâtir un projet européen plus clair ».

« C’est un jour triste, ne nous le cachons pas. Mais c’est un jour qui doit aussi nous conduire à procéder différemment. A bâtir avec plus de détermination encore une Union européenne puissante, efficace et qui parvienne à vous convaincre davantage », a précisé le président français.

APRÈS 47 ANS
L’Union Jack a été retiré vendredi des institutions européennes à Strasbourg et à Bruxelles, les dirigeants de l’UE étant résolus à tourner la page du Brexit pour passer à l’étape suivante, celle des négociations sur la future relation avec Londres, qui s’annoncent épineuses.

Le drapeau britannique a été enlevé de la façade du Parlement européen. © AFP
Après 47 ans d’une relation tumultueuse entre Londres et l’Europe, le drapeau britannique a été remisé du Conseil européen à Bruxelles, vers 18H30 GMT, puis simultanément une demi-heure plus tard des deux sièges du Parlement européen, à Strasbourg et Bruxelles, dans une atmosphère solennelle.

C’est le drapeau étoilé européen
Via Paris Match Harry Espoir Michel Pour Le Tour Au Pluriel Magazine
espoirharrymichel@gmail.com

Commentaire de Romane Désir, rédacteur de LTP!

Nous devons comprendre que La grande Bretagne n’a pas besoin des autres pays pour rester forte économiquement dans le monde. D’ailleurs, sa monnaie (Livre) est la plus forte dans le monde. C’est ce pays-la qui a fabriqué l’économie, il contrôle les États-Unis, Le Canada ect…. Mais, étant donné qu’il va y avoir une récession dans le monde; il prend ses distances avec L’Union Européenne.

Tous droits réservés, 31Janvier 2020