octobre 19, 2021

Le Tout Au Pluriel Magazine

Nous sommes vos yeux et vos oreilles

Ils déstabilisent la PNH alors que la population est terrorisée par les kidnappeurs

2 min read

Warning: Attempt to read property "post_excerpt" on null in /srv/disk5/3553831/www/letoutauplurielmagazine.com/wp-content/themes/newsphere/inc/hooks/hook-single-header.php on line 67
Partagez cet article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les forces obscures du pays investissent beaucoup d’argent pour déstabiliser la police nationale d’Haïti. On a pu le voir ce lundi lors de la manifestation pour le syndicat. Un char a été loué pour la somme de 250 000 gourdes. Des maillots et des pancartes ont été imprimés. Ceux qui connaissent le domaine affirment que plus de 500 000 gourdes ont été utilisées pour imprimer les maillots, les pancartes et les billboards. A cela s’ajoute les boîtes de munitions de tous les calibres qui ont été distribuées aux policiers. Sans crainte d’être démenti, on peut dire que plus de 3 millions de gourdes ont été dépensées pour la manifestation des policiers ce lundi. Qui a payé cet argent quand on sait que les policiers ne sont pas riches? Quel est l’objectif de celui a dépensé ce montant?

Avant d’avoir des réponses à ces questions, il faut dire que ce mouvement déstabilise la PNH et aura des conséquences sur la population. Alors que l’insécurité augmente, la population a besoin de la police pour ramener la paix dans les rues. Cependant, les policiers ont tendance à se désengager. Et les bandits profitent de cette crise pour opérer à visière levée.

Celui qui finance ce mouvement, les policiers qui mènent cette mission et les acteurs qui se prononcent en faveur de ce mouvement sont en face de la population. Parce que la population sera la principale victime de cette situation. Les autorités doivent faire preuve de fermeté. Personne n’est au dessus des institutions ni des lois de la République . L’Etat doit sanctionner les fautifs et reprendre le contrôle de la situation.

Pierre Mary Valentin, défenseur des droits humains