octobre 16, 2021

Le Tout Au Pluriel Magazine

Nous sommes vos yeux et vos oreilles

Un extraît du livre: La jeunesse haïtienne, force dynamique au développement de son pays.

4 min read

Warning: Attempt to read property "post_excerpt" on null in /srv/disk5/3553831/www/letoutauplurielmagazine.com/wp-content/themes/newsphere/inc/hooks/hook-single-header.php on line 67
Partagez cet article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un extraît du livre: La jeunesse haïtienne, force dynamique au développement de son pays.

Écrit par: Romane Désir et Marie Phara Ambroise.

Chapitre II
Les Conditions et l’Histoire de la lutte de la jeunesse en Haiti.

Pour comprendre un problème profondément il faut connaître sa source, si non , vous allez naviguer dans la mer pendant que vous n’avez aucun savoir sur comment nager. Y a-t-il une conspiration contre la jeunesse haïtienne ignoramment ou en connaissance de cause ? Pourquoi l’état haïtien refuse-t-il d’investir dans l’éducation classique de sa jeunesse? Pour avoir une bonne compréhension de ce problème il faut faire une rétrospective sur Président Boyer, l’homme qui a fermé toutes les écoles qui ont été ouvertes par le roi Henry Christophe pour ouvrir des casernes.
Dépuis le début de l’indépendance haïtienne les conditions que vivent sa jeunesse étaient vraiment tristes. Mais, il parrait qu’il n’y avait pas encore un réveil mental de la jeunesse parce qu’elle s’est laissée mener pendant longtemps vers l’obscurité sans se rendre compte de ses conditions qui s’implosent quotidiennement;sans se rendre compte que la nature pleure de temps en temps pour elle parce qu’elle est l’espoir de la nation- la crême de son pays.
Personne ne peut accepter que sa condition se détériore chaque jour dans la vie parce que l’intuition nous dit très clairement que l’homme n’a pas été fait pour vivre éternellement dans des conditions négatives . Mais, comment faire pour rendre ses conditions positivement confortables quand on n’a pas les techniques nécessaires ? Peut-on appeler Dieu le Créateur pour nous venir en aide ou pour nous apporter les solutions à nos problèmes ?
Sans doute, la jeunesse haïtienne a prié de génération en génération pendant des centaines d’années jusqu’à ce qu’elle réalise que Dieu ne changera jamais les conditions négatives d’un peuple tant que ce peuple ne manifeste pas la volonté d’apporter le changement lui-même.
Tout ce qui implose doit exploser. Aujourd’hui, les jeunes haïtiens voudraient prendre leurs destins en main parce qu’ils réalisent que leurs aînés politiques conspirent contre eux sans fin parce qu’ils ont peur de leurs demandes; ils ont peur de leurs fourgues, de leurs déterminations pour changer leur pays positivement dans tous les sens. Et,dès qu’on choisisse de prendre son destin en main , des problèmes inexplicables vont se présenter parce qu’il y a un prix à payer quand on veut faire de grande chose dans la vie .
D’où la naissance de la lutte des jeunes en Haïti et son exode à travers le monde à cause d’une inquiétude profonde . certains jeunes se livrent à la débauche pour essayer d’oublier leurs peurs, leurs désespoirs ; mais, d’autres commencent à cogiter pour trouver les solutions nécessaires pour faire bouger lumineusement leur pays . Peut-être ils découvrent que seule la pensée positive peut leur donner ce qu’ils veulent pour leur avenir. Ils comprennent aussi que la pensée voyage à une vitesse de vingt quatre milliards de miles par seconde. Plus ils pensent changement positif dans leur pays , plus ils ont la possibilité de vivre ce changement. Mais, la peur demeure profondément en eux parce que leurs intelligences les font voir avec la vitesse de la lumière le plan caché de leurs aînés administratifs, de leurs aînés politiques.
Est-ce que les aînés administratifs et politiques de la jeunesse haïtienne ont vraiment un plan caché contre elle par peur? Peut-être ils ne possèdent pas la science du comment bien faire parce que ces jeunes sont leurs progénitures. Sans doute ils les aiment profondément.
Mais, dès qu’on ne possède pas le savoir faire on va errer dans toutes ses tentatives parce que le tâtonnement n’est pas une science. Finalement, les jeunes haïtiennes et haïtiens veulent créer leurs propres histoires, leur propre avenir positif. Donc, ils sont inquiets. Ils se regroupent au sein du Gouvernement Jeunesse d’Haïti (GJH) , en quête de savoir comment fonctionne le gouvernement et l’État en general? Ils veulent appréhender le devoir des institutions responsables de l’exécution des politiques publiques; ils luttent pour un autre champ social et politique.
Certains ont perdu l’espoir et se désertent . 5 000 haïtiens auraient quitté Haïti entre 2014 et 2016, période où le flux migratoire a été le plus accéléré. Le Brésil, en première position, a reçu 67 000 migrants haïtiens. Le Chili, quant à lui, a accueilli 18 000 migrants tandis que l’Argentine arrive au plus bas de l’échelle avec un nombre de 1 200, a rapporté le national.
Ils fuient la violence, la pauvreté, des politiques qui les accablent. Ils sont à la recherche d’une vie meilleure, et, souvent à contrecoeur; ils ne veulent pas retourner d’où ils viennent. Pourquoi? Derrière les statistiques se cache une réalité tout en nuances.

Tous droits réservés.

Romane Désir et Marie Phara Ambroise.

email:romanedesir119@gmail.com

LE TOUT AU PLURIEL MAGAZINE! NOUS SOMMES VOS YEUX ET VOS OREILLES.