dim. Oct 25th, 2020

Quand le peuple veut, l’État peut

3 min read
Spread the love

This post has already been read 22 times!

Hier les policiers ont clairement démontré que l’État peut quand le bon sens prévaut.

Il y a encore peu de temps, selon les autorités, c’était impossible et inadmissible de permettre aux policiers de se syndiquer.

En l’espace de deux journées, les policiers ont fait valoir un droit légitime celui de pouvoir se regrouper pour faire valoir leurs revendications, et bizarrement il a fallu toute cette pagaille pour que l’État dise oui, que finalement un syndicat était possible. Il a suffit de quelques minutes pour rendre l’impossible possible. Quelle honte, quelle immaturité de nos responsables pour gérer une crise qui aurait pu être terrible.

Leçon à retenir : si le peuple fronce ses sourcils, l’État assumera ses responsabilités. Le peuple n’a qu’à copier sur la police pour obtenir ce dont il a besoin.

Si le peuple fronce ses sourcils, l’État stoppera ces politiciens et bourgeois qui importent et distribuent des armes et des munitions dans les quartiers populaires.

Si le peuple fronce ses sourcils, l’État mettra fin au kidnapping un matin. Car les kidnappeurs sont des employés, ils ne sont que les bras armés d’une élite mafieuse.

Si le peuple fronce ses sourcils, l’État s’attaquera aux protecteurs des kidnappeurs. Ces bandits qui sèment la terreur ont des patrons politiques ( Michel Martelly / Village de Dieu / Grand Ravine; Gracia Delva, Artibonite; Ardouin Zéphirin, Cap-haïtien; Fritz Jean Louis / Bicentenaire; Fednel Monchéry / La Saline, etc) et dans le secteur privé ( Xavier Auguste de Valerio Canez / Barbecue – BBQ ; Reynold Deeb de Bongù / Christ La; Chris Handal de MSC / Ti Lapli, etc)

Si le peuple fronce ses sourcils, l’État demandera à Ti Vlad (Michel Martelly), Xavier Auguste (Valério Canez), Reynold Deeb (Bongù) de cesser de financer et armer les gangs.

Si le peuple fronce ses sourcils, l’État stoppera Michel Martelly et ses associés qui vendent les 90 % des armes et des munitions en circulation ces 3 dernières années.

Si le peuple fronce ses sourcils, l’État demandera à Reynold Deeb, plus grand contrebandier et importateur du pays, de cesser la contrebande qui fait perdre à l’État 450 millions de dollars par année sur la frontière.

Si le peuple fronce ses sourcils, l’État demandera aux grands bourgeois roses Reynold Deeb, Sherif Abdallah, Chris Handal, Allan Zureik…de couper leurs contrats surfacturés pour des services qu’ils ne donnent pas.

Si le peuple veut, l’État coupera ces contrats de meubles de bureau. Ces contrats coutent des millions de dollars pour des meubles qui ne sont pas livrés.

Si le peuple fronce ses sourcils, comme les policiers l’ont fait, l’État sera au service du peuple et non pas au service d’un petit groupe de bourgeois tèt kale.

Si le peuple fronce ses sourcils, l’État donnera des résultats.

Nelson Junior

Commentaire de Romane Désir, rédacteur en chef de LE TOUT AU PLURIEL MAGAZINE: Très véridique texte. Maintenant si nous voulons vraiment éradiquer la méchanceté en Haïti, nous devons dire au peuple qu’il est LE VRAI PATRON de ses dirigeants politiques… Il faut lui dire aussi avec détermination que les employés ne vivent jamais plus bien que leurs patrons dans la vie…

Réveillez-vous! Réveillez-vous peuple haïtien pour ordonner vos dirigeants politiques de faire le bien.

Tous droits réservés, 11 Mars 2020

LE TOUT AU PLURIEL MAGAZINE! NOUS SOMMES VOS YEUX ET VOS OREILLES.

Facebook Comments

This post has already been read 22 times!

Partagez nos articles
0Shares

Supportez Nous

Translate »