octobre 23, 2021

Le Tout Au Pluriel Magazine

Nous sommes vos yeux et vos oreilles

Partagez cet article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ayiti/Cuba, les deux faces d’une même pièce de monnaie: l’un illustre à la perfection, la volonté inébranlable de construction de la Patrie commune à la base, et l’autre se complaît honteusement dans la prolifération non seulement de l’ignorance,  de la pauvreté, la misère, de la crasse, mais aussi de sa propre destruction et de sa déshumanisation. On peut tout reprocher au socialisme et/ou communisme, cependant, dans les moments difficiles où le capitalisme, monarchie et tout autre système et régimes politiques « battent le bas », ce sont eux qui viennent au secours de l’humanité, non pas par la mise en quarantaine, mais plutôt par la solidarité avec les peuples. En un mot, certes, il y a un monde de différence entre un monde sauvagement globalisé et un monde solidarisé, en d’autres termes, solidaire. L’être humain est une espèce sociale, imprégné très profondément de l’instinct grégaire. Donc, incapable de vivre en autarcie, c’est-à-dire dans son propre confinement et isolement. Curieusement, il a donc fallu cette menace globale pour que l’humanité se rende à l’évidence de l’importance et de la nécessité du vivre-ensemble et du respect de l’intégrité, de la dignité, de la vision et surtout des convictions de l’autre. Non pas pour s’imposer aux autres, les exploiter ou se berner des illusions d’un pseudo suprématie, mais plutôt pour vivre en paix, en toute quiétude et tranquillité d’esprit, dans le respect scrupuleux du principe de l’autodétermination et de la diversité culturelle des peuples, indépendamment de leurs origines ethniques, la somme et l’accumulation indécente de richesse et leur degré de  » civilisation » . En un mot par l’unité dans la diversité.

Peu importe ses origines ou les raisons pour lesquelles il affect, si sévèrement, et ce, en un rien de temps, l’humanité tout entière, la leçon que moi-même j’ai apprise de l’expansion et propagation du Codid-19, c’est que rien de tout ce qui nous paraissait essentiel ne l’était au fond. Ce duquel on croyait pourtant ne pas pouvoir se passer ou se priver, en un rien de temps n’avait plus aucune importance: le pouvoir, la gloire, la richesse, l’exploitation à outrance d’une minorité aux dépens de la majorité la cupidité, la xénophobie, la religion, pour ne citer que cela, ne sont que pures inventions humaines. Il est grand temps qu’on retourne à la source.
A l’humanité.
Au delà des intérêts mesquins de classes et de races, pensons et faisons pays, en toute liberté, dignité et fraternité. Car c’est là que réside le vrai salut de l’humanité.
Je conclurai ma réflexion avec El comandante Fidel Castro Ruz, le titan del « Asalto del Cartel de Moncada », père de la Révolution cubaine en criant haut et fort, aux quatre coins du vent, jusqu’à ce les sourds l’entendent, les aveugles le voient, les muets telles les abeilles à tout bout de champ le bourdonnent avec la plus grande clarté,  et les insensés l’assument:  » Vive la solidarité entre les peuples. Vive l’humanité! »

22/03/2020
Kmi-Lingus