octobre 23, 2021

Le Tout Au Pluriel Magazine

Nous sommes vos yeux et vos oreilles

Diagnostic de l’économie, perspectives, solutions et promesses (Discours du PM) 

3 min read
Partagez cet article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ce Jeudi, dans le cadre de la 10ème Édition du Sommet International sur la Finance et de la 5ème Édition de la FinTech, le Premier Ministre Jouthe dans son allocution a fait un diagnostic profond de l’économie nationale, de ses perspectives et des solutions envisagées

Allocution du Premier Ministre Jouthe :

« […] Il y a seulement quelques mois, les institutions financières internationales parlaient de reprise de la croissance mondiale, de consolidation des chênes de valeurs et de raffermissement des échanges commerciaux. Aujourd’hui, cet optimisme laisse de plus en plus de place à une vague d’incertitudes qui se déferle au rythme de la durée du confinement et de la distanciation sociale. En effet, les prévisions les plus optimistes tablent sur une contraction de 1% de la croissance mondiale en 2020, expliquée principalement par un repli de la croissance de grandes économies, notamment les Etats-Unis d’Amérique 3.8%, l’Union européenne 8% et la République Populaire de Chine 3%.

Haïti ne fait malheureusement pas exception à la règle. Tributaire d’une année 2019 particulièrement perturbée sur le plan sociopolitique et économique , l’année 2020 même avant l ‘arrivé ducovid-19 s’annonçait extrêmement difficile . Les prévisions de croissance tournaient déjà autour de -0.4 % après la baisse de 1.2% enregistrée sur 2019. Avec la crise qui se profile, on s’attend à -4% de croissance.

Ce repli de la croissance résulterait principalement :

1) D’un quasi effondrement du secteur agricole qui verrait sa demande effective chuté considérablement. Ceci n’est nullement anodin compte tenu de la réduction du pouvoir d’achat de ménages suit à la fermeture des entreprises dans certain cas ou à la compression de la masse salariale dans d’autres. Il y a beaucoup moins de débouchés pour l’écoulement des produits. Ceci implique, par conséquent, une incapacité pour le agriculteurs à reproduire leurs forces de travail et à e procurer le intrants nécessaire aux prochaine campagne si l’Etat n’intervient pas ;

2) D’un effondrement du secteur des services dû au ralentissement du commerce, à la fermeture des entreprises dans le secteur de l’hôtellerie et de la restauration, et enfin au ralentissement des activité d’intermédiation des institutions financières;

3) De la baisse anticipé des investissements publics en faveur des dépenses urgentes pour soutenir le secteur de la santé, les ménages à travers des transferts de cash et des rations sèches et de facilité de crédit aux entreprises en difficultés.

Cette baisse de la croissance est aussi subséquente à une baisse considérable des recettes publiques. Les 5 premiers mois de l’exercice ont été témoins d’une chute de 43% des importations et de 10% des exportation. Cette tendance qui est appelée à se maintenir va déboucher sur une diminution systématique de la Taxe sur le Chiffre d’Affaires (TCA) à l’externe. Combiné au ralentissement de l’activité des entreprises sur le territoire national, on peut s’attendre a une pression fiscale inférieure à 10%.

Cette pression fiscale, assez faible, contrasterait avec les dépenses énorme que l’État doit consentir pour soutenir le secteur médical principalement, et mitiger les impacts sur l’économie et l’emploi de manière générale. Il s’en suit évidemment une hausse du déficit fiscal qui pourrait atteindre d’ici la fin de l’année près de 6.4% du PIB. Ce niveau de déficit pourrait entraver les efforts de stabilisation du cadre macroéconomique déployés par nos institutions financières, notamment en exacerbant les pressions sur le change et par ricochet l’inflation qui pourrait clore cette année à 23%. Un tel niveau d’inflation augmente les risques d’insécurité alimentaire et de précarité de la population.

La redaction de LTP

+50933264662

admin@letoutauplurielmagazine.com

1 Mai 2020.

LE TOUT AU PLURIEL MAGAZINE! NOUS SOMMES VOS YEUX ET VOS OREILLES.