septembre 24, 2021

Le Tout Au Pluriel Magazine

Nous sommes vos yeux et vos oreilles

Le travail dans la société

4 min read
Partagez cet article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Au zénith de l’ère industrielle, le travail occupe une place fondamentale dans la course au développement. A côté de son apport à susciter les rapports sociaux entre individus et à leur inculquer, par la culture théorique et pratique, le sens de l’universalité, il est aussi la portion déterminée des inégalités économiques et de la paupérisation. A travers ces quelques lignes, je souhaite exercer un retour de pensée sur ce thème crucial pour l’humanité.

Avant tout, venant du mot latin « tripalium » (outil de tourment à l’époque romaine), le travail désigne l’acharnement, la concentration nécessaire pour réaliser quelque chose. Par accroissement, il désigne le résultat d’une action et se rattachant également au terme « Labor », le travail prend le sens de fatigue ou de peine.

Par ailleurs, en provenance d’une racine indo-européenne, les anglo-saxons « work » prônent l’idée d’un acte accompli.

Ce qui ressort nettement c’est que le travail est ce lac d’amour qui noue l’activité d’un être conscient qui emploie ses capacités physiques ou mentales (voire une souffrance) à un résultat.

Cette thématique touche toutes les sociétés au cours de l’Histoire. De l’âge de la pierre au moyen âge, jusqu’à l’admission d’une intervention limitée de l’État (néo-libéralisme), le travail fait partie de la vie, construit et détruit. Il accomplit le monde. Par cet accomplissement, il donne un sens et une valeur à la liberté de l’homme. Le monde par son travail, accomplit également l’homme en retour.

*Qu’est-ce que la liberté de travail sinon cette réalisation de soi, de l’ignorance, de la faiblesse, du manque vital, de l’angoisse de l’existence* ?

Je ne souhaite pas ressusciter Hegel qui s’invente du symbole d’un État absolu, du caprice aussi stérile qu’amer mais on sait tous que la plus grande liberté de l’homme, c’est de vouloir se placer au service de ce qui le dépasse infiniment. Nietzsche m’aurait donné raison en parlant de la volonté de puissance qui pousse l’homme sur le chemin du surhumain. L’homme est né pour le travail comme l’oiseau pour voler mais de nos jours, le mot travail diffère, il est parfois traduit par misère, ou oppression.

Dans un contexte de chômage de masse où la peste du monde moderne fait rage, le travail est devenu un enjeu politique économique et social. Comme le yin et le yang, l’homme et le travail sont consubstantiellement liés. L’un est impossible sans l’autre. En effet on assiste, depuis une trentaine d’années à la mise en place de politique favorisant la relance de celui-ci. Cependant, aujourd’hui on reconnait les limites et les horreurs du politique et de l’État. Il est temps de nier certaines pratiques, sans sombrer dans la guerre. L’heure a sonné de dépasser  la tyrannie sociétale de droite ou de gauche, et l’individualisme de la barbarie érigé en système. C’est un fait divers, mais aussi une terrible réalité de nos sociétés déshumanisées.  Apprenons à chercher de préférence, la voie de l’ordre organique qui ne soit ni mécanique ni anarchique. Chaque homme doit se mettre au service de sa vocation profonde ou de la vie globale avec la même intention d’accomplir.

Pas d’œuvres, ni de progrès sans le travail. L’utilité sociale est aujourd’hui encore fondamentale car elle apporte fierté à celle ou celui qui se consacre à des tâches souvent pénibles. Toute vision du travail repose et passe par le respect et ces principes fondamentaux :

– Respect de l’être humain par l’estime de la personne et de ses besoins.

– Une rémunération digne pour lui permettre de dépasser le stade de la survie.

– Accepter le syndicalisme comme force de progrès et de dialogue.

– Reconnaître le travail en remerciant l’homme ou la femme qui s’y consacre.

C’est à ces conditions que le travail a du sens et qu’il symbolise le progrès pour l’Homme et pour la société.

Michel PIERRE
Étudiant Master

Santé et Sécurité au Travail
Université Sorbonne Paris Nord
pierremicheljr40@gmail.com

Tous droits réservés, 3 Mai 2020.

LE TOUT AU PLURIEL MAGAZINE! NOUS SOMMES VOS YEUX ET VOS OREILLES.