octobre 17, 2021

Le Tout Au Pluriel Magazine

Nous sommes vos yeux et vos oreilles

LES DIFFICULTÉS D’UN CONCEPT »

2 min read
Partagez cet article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Alors que les inégalités ne diminuent pas sensiblement, alors même qu’elles augmentent selon certains critères, la notion de classe pose quelques problèmes quand s’affaiblit la force des correspondances qu’elle vise à établir.

1/ Depuis quelques années on observe une multiplication des critères de définition des inégalités qui ne relèvent pas tous des classes sociales, comme les inégalités entre les sexes ou entre les classes d’âge.

2/ Il faut aussi y ajouter La complexité de l’organisation économique qui rend souvent difficile l’identification des positions de classe des individus : à quelle classe appartient un étudiant ? à celle de ses parents, à celle du métier auquel il se destine ? Est-il défini par son mode de vie, par son niveau de revenu, par sa culture, par son sexe… ?

3/Enfin, le développement de la culture de masse affaiblit les communautés de classes au profit des stratifications et des « distinctions. » Se pose alors la question des vastes classes moyennes où les acteurs sont plus définis par leurs niveaux de consommation et par leur goût que par leur stricte activité professionnelle.

Aujourd’hui, la notion de classe se heurte à d’autres principes de clivage : classe/exclusion, classe/culture, classe/sexes, classes/âges… Les mutations du marché du travail font que bien des positions de classe sont plus incertaines.

Le déclin des économies nationales lié à la globalisation conduit vers des théories des classes plus complexes comme celle de Reich qui distingue des rapports de classes et des rapports de domination entre divers secteurs d’activités plus ou moins performants et plus ou moins protégés.

Par exemple, il peut sembler pertinent de distinguer les ouvriers qui travaillent dans les grandes entreprises exportatrices ou les entreprises publiques, des ouvriers précaires travaillant dans les secteurs de sous-traitance.

Ils n’ont ni les mêmes conditions de vie, ni les mêmes adversaires et, peut-être même, ni des intérêts identiques. D’ailleurs, la plupart du temps, ils ne votent pas de la même façon.

Cependant, il semble que nous devons défendre la notion de classe sociale afin de distinguer les simples inégalités et la stratification d’une part, des rapports de classe qui impliquent des mécanismes de domination et d’exploitation d’autre part.

La notion de classes sociales est moins utile à la description de la vie sociale qu’à son analyse et à l’interprétation de ses conflits.
préparé par
Harry Espoir Michel.

le/5/5/2020/
espoirharrymichel@gmail.com
telephone 50948438136
le 5/5/2020/

Le tout au pluriel magazine! Nous sommes vos yeux et vos oreilles!