mer. Juil 8th, 2020

Affaire Manno Jean-Francois : le poids de la parole libre

3 min read
Spread the love

Ces derniers jours, des allégations, concernant notre confrère et commentateur politique, Emmanuel ‘‘Manno’’Jean-Francois, ont soulevé un tollé dans certains médias traditionnels et sur la toile (les réseaux sociaux).
Le directeur général du Service National de Gestion des Résidus Solides (SNGRS), Eude Lajoie, a confié à un journaliste de Radio Méga, Salomon Sedmé, qu’Emmanuel Jean-Francois lui aurait exigé la somme de 3 millions de gourdes pour s’acheter des céramiques pour recouvrir le parquet de sa maison. Des allégations que le journaliste ont catégoriquement niées. Il a même sommé Eude Lajoie, un zélé du pouvoir, qu’il entend poursuivre pour diffamation.

Sans entrer dans les détails, puisque nous ne saurions les connaitre, un fait important est à signaler. Manno a fait l’objet de ces attaques à partir du moment qu’il a commencé à produire des commentaires jugés défavorables et accablants pour le président Jovenel Moise. Dans le sulfureux débat sur l’échéance du mandat présidentiel, Manno Jean-Francois estime que le président devrait partir le 7 février 2021, au lieu de 2022. Il n’a pas cessé de dépeindre Jovenel Moise comme un symbole d’échec, au vu de la situation socioéconomique calamiteuse dans laquelle croupit la population, etc.
Eude Lajoie est un officiel de l’administration du président Jovenel Moise. S’il doit porter des accusations aussi graves contre un directeur d’opinion comme Manno Jean-Francois, ou sonores pour soutenir ses allégations. Dans cette jungle politique où tous les coups sont permis n’importe qui peut dire n’importe quoi sur n’importe qui pour satisfaire ses bas instincts politiques ou politiciens.

Nous demeurons solidaires de Manno comme du journaliste Sedmé qui avait évoqué le dossier lors de sa récente émission sur Radio Méga. Nous avons également demandé à Manno de retirer la sommation qui a été adressée au confrère journaliste qui ne faisait que son travail. D’ailleurs, plus tôt cette année, Salomon Sedmé a été lui-même la cible de graves attaques de la part de proches du pouvoir, qui l’accusaient d’avoir pris fait et cause pour l’opposition qui, on lui rappelle, organisait le mouvement ‘‘Peyi lok’’. Il avait reçu des menaces de mort.
Il est évident que les zélés du pouvoir ont pris Manno en raison de ses prises de position à l’émission Matin Caraibes sur Radio Caraibes, et l’objectif poursuivi est de le contraindre au silence, alors qu’à un certain moment ils se félicitaient des commentaires faits par Manno puisqu’ils étaient assez souvent jugés défavorables à l’opposition politique. Nous nous opposons à ces pratiques d’intimidations, apparemment soigneusement orchestrées, pour nuire à la liberté de la presse et d’expression.

On n’est pas obligé d’être d’accord avec les prises de position de Manno, mais on doit tout faire pour qu’il puisse les exprimer. Il y va des droits et libertés de nous tous, peu importe nos positions individuelles divergentes. Que vive la parole libre!
Joseph Guyler C. Delva

LA REDACTION DE LTP!!!
LE/24/06/2020/
LE TOUT AU PLURIEL MAGAZINE
NOUS SOMMES VOS YEUX ET VOS OREILLES.

Facebook Comments
Partagez nos articles
0Shares

Leave a Reply

Laisser un commentaire

Supportez Nous

Translate »