ven. Oct 30th, 2020

Haïti:Le paradis se transforme en enfer

2 min read
Spread the love

This post has already been read 78 times!

Autrefois, l’agriculture revêtait une importance capitale pour Haïti car, cette dernière était considérée comme la soupape de survie de la plus grande majorité du pays mais, aujourd’hui l’importation prime sur l’exportation de ce fait, le rôle de l’agriculture dans l’économie devient minimal et la production agricole décline.

L’appauvrissement d’Haïti ne se résumait pas uniquement dans la fermeture des usines car, l’utilisation des ressources de manière inefficace et inefficiente était et est toujours rampante.

En terme de proportion, nombreux sont les fermiers en Haïti mais, malheureusement la culture haïtienne a tendance à considérer l’agriculture comme une activité économique dégradante en mettant les fermiers ruraux, au plus bas de la stratification sociale.

Pendant les années cinquante, la production agricole représentait 50% du PIB et contribuait pour 90% aux exportations totales donc, l’agriculture a joué un rôle majeur dans la façon de vivre des haïtiens.

Un pays essentiellement agricole est devenu un importateur de biens de consommation. Une telle décision, qui ne fait que contribuer à l’amplification des effets exponentiels de la crise léthargique dans laquelle patauge le pays.

N’y a t-il pas une bonne raison de s’alarmer puisque l’économie haïtienne a été identifiée comme une économie basée sur l’agriculture et/ou une économie essentiellement agricole or, de nos jours on peut clairement constater qu’il y a une certaine préférence pour l’importation au détriment de l’exportation donc, suite à un tel dilemme, aucun résultat substantiel, légitimement lié au changement n’est atteint.

La croissance démographique est à la hausse face à une croissance économique qui ne fait que chuter à une allure vertigineuse or, un pays qui espère gravir les échelons du développement économique la croissance démographique ne saurait être supérieure à la croissance économique.

Les preneurs de décision doivent quadrupler leurs efforts pour combler les attentes de la collectivité tout en restituant un statut tolérable à la première république noire indépendante du monde et la deuxième nation libre dans l’hémisphère occidental.

En somme, pas de croissance de la production agricole donc, aucune stabilité sociale possible.

Michaëlle PARAISON
Économiste

Pour vos commentaires, et suggestions veuillez contacter:michalle.paraison@yahoo.com
La redaction de LTP

+50933264662

admin@letoutauplurielmagazine.com

Tous droits réservés, 4 Juillet 2020.

LE TOUT AU PLURIEL MAGAZINE! NOUS SOMMES VOS YEUX ET VOS OREILLES.

Facebook Comments

This post has already been read 78 times!

Partagez nos articles
0Shares

Supportez Nous

Translate »