lun. Sep 21st, 2020

Un cabinet ministériel d’excellence composé d’exécutés de la République

11 min read
Spread the love

This post has already been read 2006 times!

Les funérailles du Dr Monferrier Dorval seront chantées le vendredi 18 septembre 2020 en l’église Saint-Pierre de Pétion-Ville. Le crime odieux contre cet éminent avocat et professeur de droit a choqué tout le monde, en Haïti comme à l’étranger. Cela prend tellement d’efforts et de sacrifices pour construire un homme de la trempe de Me Dorval ! Tout d’abord, il lui a fallu un talent intrinsèque qui lui a permis d’être brillant durant tout son parcours académique. Et pour preuve, il a été lauréat d’un concours organisé par l’ambassade de France en Haïti pour l’obtention d’une bourse d’études au niveau du doctorat en science juridique. L’examen était choisi en France, administré à l’ambassade et retourné en France pour être évalué. Il était très fier de cet exploit.

Le Dr Dorval a expliqué à notre confrère Jean-Baptiste Remarais, à l’émission Analyse sur Radio Télévision Caraïbes, qu’il avait rédigé deux mémoires de sortie en six semaines : un pour sa licence en droit à la Faculté de droit et des sciences économiques (FDSE) et l’autre pour son diplôme de travailleur social à la Faculté des sciences humaines. Puis, en France, il va rédiger un autre mémoire pour son diplôme d’études approfondies (DEA) en droit avant de soutenir sa thèse de doctorat en droit. Voilà pour sa formation académique.

Revenu au pays, il se mettait à enseigner à l’Université Quisqueya et à la FDSE, ce qui lui a permis de confronter sa formation théorique à la réalité haïtienne. Parallèlement, il s’est associé au Cabinet Lamarre pour s’initier à la pratique du droit. C’est toute une vie dédiée à l’étude, à la pratique et à l’enseignement du droit. Cela prendra du temps pour combler la perte provoquée par l’assassinat de Me Dorval dans un pays où plus de 85 % des universitaires ont fui. Aujourd’hui, les lycéens haïtiens manifestent pour avoir accès à des cours de base. Rappelons à ce titre que le lycée Alexandre Pétion où Me Dorval avait effectué ses études secondaires subit ces jours-ci les contrecoups de l’insécurité généralisée. Les lycéens peuvent donc difficilement aspirés à atteindre un niveau intellectuel comparable à celui du Dr Dorval.

La liste des citoyens haïtiens intègres, honnêtes et compétents lâchement assassinés est très longue. Me Dorval est un exemple parmi tant d’autres exécutés. Des gens qui auraient pu changer la trajectoire de développement du pays. Au gré de ma mémoire, sans souci d’exhaustivité, j’ai pensé à un cabinet ministériel d’excellence avec un échantillon de ces exécutés de la République. En écrivant ce texte, je me suis rendu compte que l’on aurait pu constituer de nombreux autres cabinets tout aussi extraordinaires si l’on remonte un peu plus dans le temps. Mais je choisis de m’arrêter à l’histoire récente post-90 avec un accent particulier sur les crimes les plus récents.

Monferrier Dorval : Président de la République

Me Dorval fut un fervent partisan d’un changement constitutionnel. S’il avait défendu ce changement avec autant d’ardeur, c’est qu’il avait une vision claire du développement économique national. La nouvelle constitution serait le fondement juridique de ce nouveau départ. Avec sa conviction de la primauté du droit sur la politique, il serait l’une des personnalités idéales pour piloter ce nouveau projet de développement national axé sur l’État de droit. Hissé à la magistrature suprême, le Dr Dorval aurait été un président de la République digne de la première République Noire du monde. Ironie du sort, il a été froidement assassiné chez lui dans la soirée du vendredi 28 août 2020.

François Guy Malary : Premier ministre

Me François Guy Malary fut ministre de la Justice du gouvernement constitutionnel du Premier ministre Robert Malval. Il travaillait sur le projet de séparation de la police et de l’armée. Me Malary fut un démocrate convaincu qui aurait pu contribuer à établir l’ordre et la sécurité nécessaires au développement économique du pays. Sortant du ministère de la Justice le 14 octobre 1993, son cortège a été mitraillé par un commando armé près de l’église du Sacré-Cœur à Turgeau. Il rendit l’âme sur le champ, de même que son chauffeur et son garde du corps. Ses convictions démocratiques ont été honorées puisqu’un établissement d’enseignement porte son nom ainsi que l’aérogare adhérant à l’aéroport international Toussaint Louverture.

Mireille Durocher Bertin : Ministre de la Justice

Avocate de grande notoriété et militante politique, elle défendait ardemment ses clients et ses prises de position politiques. Elle aurait eu pour mission de garantir une justice impartiale. En 1994, elle défendait la souveraineté nationale et se prononçait contre l’intervention militaire américaine visant à réinstaller le président Jean-Bertrand Aristide dans ses fonctions. Me Durocher Bertin a été abattue le mercredi 28 mars 1995, de même que son client Eugêne Junior Ballairgeau qui l’accompagnait.

Guiteau Toussaint : Ministre de l’Économie et des Finances

Guiteau Toussaint était surtout connu comme le technicien intègre et compétent qui avait sauvé la Banque nationale de crédit (BNC) de la faillite. C’est l’un de ses plus grands exploits au sein de l’administration publique. Mais Guiteau fut également directeur général du ministère de l’Économie et des Finances (MEF) avant de devenir président du conseil d’administration de la BNC. Il avait donc le profil idéal d’un ministre de l’Économie et des Finances. Il connaissait très bien le fonctionnement de l’économie, de la fonction publique, de la finance et des banques. Comme président du conseil d’administration de la BNC, il collaborait étroitement avec la banque centrale, comme cela aurait été le cas comme ministre de l’Économie et des Finances. Guiteau a été lâchement assassiné le dimanche 12 juin 2011 chez lui, à l’âge de 56 ans.

Michaël Licius : Ministre de la Défense et de la Sécurité publique

Michaël Licius marqua son passage à la tête de la Direction centrale de la police judiciaire (DCPJ). Il mena une lutte acharnée contre toutes les formes de banditisme. Il donna des résultats louables dans un environnement plutôt délétère. Juriste de formation, il fut responsable de la section Armement de la Police nationale d’Haïti au moment de sa mort. Ses compétences et expériences au sein de la PNH couplées à sa formation en droit feraient de lui un bon ministre de la Défense et de la Sécurité publique. Il reçut des individus armés circulant à moto une dizaine de projectibles à l’entrée de sa résidence dans la soirée du dimanche 1er décembre 2019.

Robert Marcelo : Ministre de la Planification et de la Coopération externe

Robert Marcelo a fait de la Commission nationale des marchés publics (CNMP) une institution respectable au cours de son passage. Il a mis de l’ordre et de la rigueur dans un secteur qui était très propice à la corruption. Ingénieur de formation, il était connu pour son intégrité et son honnêteté. Au cours des dernières années, le ministère de la Planification et de la Coopération externe (MPCE) a joué un rôle crucial dans la passation des marchés publics. La majorité des grands projets passe par le MPCE. Avoir un cadre qui maitrise les procédures de passation de marchés publics à sa tête aurait été une décision très stratégique. Robert Marcelo est porté disparu depuis le 12 janvier 2009.

Antoine Alix Gaillard : Ministre des Travaux publics, Transports et Communications

Antoine Alix Gaillard était diplômé de la Faculté des sciences (FDS) en 1976. Il a enseigné le cours de construction civile pour les étudiants de la 4e année de génie civile à la FDS. Brillant, dévoué et jovial, il fut adulé à la fois du décanat et de ses étudiants. Ses compétences et expériences seraient très utiles au ministère des Travaux publics, Transports et Communications. L’ingénieur Gaillard a été atteint de plusieurs projectiles de la part d’individus circulant à moto le mercredi 22 mai 2019. Il venait d’effectuer une transaction bancaire quand il a été attaqué.

Jean Léopold Dominique : Ministre de l’Agriculture, des Ressources naturelles et du Développement rural

Jean Dominique fut tellement célèbre comme journaliste, éditorialiste et analyste politique que l’on oubliait parfois qu’il était agronome de formation. Il était très solidaire du mouvement paysan et se montrait très sensible au sort des paysans et des agriculteurs. Son engagement en faveur de la majorité nationale le poussait à développer une grande sympathie pour le pays en dehors. C’est donc sans surprise que Jean Do aurait pû se trouver à la tête du ministère de l’Agriculture, des Ressources naturelles et du Développement rural (MARNDR). Évidemment, avec sa grande notoriété, il aurait pu être président de la République ou Premier ministre sans aucun souci. On lui avait d’ailleurs prêté des intentions présidentielles. Il a été assassiné dans la matinée du 3 avril 2000 dans les locaux de sa station : Radio Haïti Inter. Le gardien de la station n’avait pas survécu à l’attentat.

François Latour : Ministre des Affaires sociales et du Travail

Plus connu comme acteur, homme de théâtre et publiciste, François Latour avait également une grande sensibilité sociale. Le théâtre, du temps de François Latour, était synonyme de militance politique. Avec sa grande notoriété, il aurait pu énormément aidé à réorganiser le ministère des Affaires sociales et du Travail. Il a été assassiné le 23 mai 2007 en rentrant chez lui.

Félix Lamy : Ministre de la Culture et de la Communication

Félix Lamy a marqué l’histoire de la culture et de la communication en Haïti. Brillant animateur, communicateur hors pair, directeur et cofondateur de Radio Galaxie, il a construit sa notoriété et celle de plusieurs stars de la musique haïtienne à travers le micro. Il a aussi été un excellent présentateur des nouvelles, aimé de tous. Il aurait pu être un ministre de la Culture et de la Communication exemplaire. Le 10 décembre 1991, deux mois après le coup d’État militaire sanglant, il a été enlevé en pleine émission et emmené de force à un endroit non identifié à ce jour. Son corps n’a jamais été retrouvé.

Lavoisier Lamothe : Ministre de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle

Ingénieur de formation et professeur à la Faculté des sciences, Lavoisier Lamothe fut aussi directeur technique de la Netcom, une des entreprises pionnières de la technologie en Haïti. Il codirigeait avec sa femme l’école privée Saint-Léonard à Delmas 43 et était très connu du milieu professionnel et des affaires en Haïti. Il aurait pu contribuer à moderniser le système éducatif haïtien. Il a été exécuté avec sa femme à l’intérieur de sa maison à Péguy-Ville le soir du 15 juin 2020.

Farah Martine Lhérisson : Ministre à la Condition féminine et aux Droits des femmes

Farah-Martine Lhérisson fut directrice de l’école privée Saint-Léonard à Delmas 43, professeure de littérature et poétesse. Elle a publié en 1995 le recueil de poèmes intitulé Itinéraire zéro. Elle offrait des services de consultation en éducation et a été membre du cabinet d’au moins un ministre de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle. Sa sensibilité pour l’émancipation des femmes et sa contribution dans l’éducation des jeunes femmes auraient été très utiles au ministère à la Condition féminine et aux Droits des femmes. Mais hélas, elle a été exécutée avec son mari Lavoisier Lamothe le 15 juin 2020.

Norvella Bellamy : Ministre du Commerce et de l’Industrie

Norvella Bellamy fut détenteur d’une maitrise en administration publique de l’École nationale d’administration publique à Montréal, au Canada. Il possédait également une licence en sciences économiques et une autre en sciences politiques. Il était un cadre de la Banque de la République d’Haïti et avait enseigné pendant sept ans à la Faculté des sciences économiques et administratives (FSEA) de l’Université Quisqueya. Ses connaissances en sciences politiques, en sciences économiques et au niveau de l’administration publique feraient de lui un excellent ministre du Commerce et de l’Industrie. Il aurait compris les enjeux économiques et politiques du commerce ainsi que l’importance de l’industrialisation dans le développement national. Il aurait également compris la nécessité d’avoir une administration efficace dans le processus de développement national. Norvella Bellamy et sa femme ont été exécutés chez eux le samedi 27 juin 2020.

Jacques Roche : Ministre de la Jeunesse et des Sports

Jacques fut mieux connu comme poète, diseur et grand fan de la littérature haïtienne et universelle. Mais il était aussi un militant politique et un grand sportif. Il jouait régulièrement au foot et était un des animateurs de la fameuse émission sportive « Sportissibo ». Il aurait mis toute sa fougue et sa passion au service de la jeunesse et du sport. Il a été kidnappé le 10 juillet 2005 en tenue de sport et retrouvé mort le 15 juillet 2005 à Delmas 2. Il a été torturé avant d’être exécuté.

Antoine Izméry : Ministère des Haïtiens vivant à l’Étranger

Antoine Izméry fut d’origine palestinienne. Riche homme d’affaires et militant politique proche du Mouvement Lavalas, il était un fan inconditionnel du président Jean-Bertrand Aristide. Quand celui-ci était contraint à l’exil par le coup d’État du 30 septembre 1991, Antoine Izméry militait ardemment pour son retour au pouvoir. Il aurait très bien compris la problématique des Haïtiens vivant à l’étranger mais aussi celle des Haïtiens d’origine étrangère vivant en Haïti qu’il fut lui-même. En 1992, son frère Georges Izméry a été assassiné par un escadron de la mort. Il allait être enlevé à l’enceinte de l’église Sacré-Cœur puis exécuté le 11 septembre 1993.

Révérend Père Jean-Marie Vincent : Ministère des Affaires étrangères et des Cultes

Jean-Marie Vincent fut un prêtre brillant et engagé. On le considérait comme un témoin de l’espoir d’Haïti. Il puisait la force de son engagement dans la théologie de la libération avec une option préférentielle pour les pauvres. Il luttait pour la construction d’une société juste et impartiale en Haïti. Il aurait donné un nouveau visage à la diplomatie et aux cultes en Haïti. À 49 ans, il fut exécuté au volant de sa voiture par des hommes armés.

Nous avons considéré ici un échantillon post-90 de citoyens compétents, honnêtes et intègres qui auraient pu aider à changer le visage du pays. Ironie du sort, ils ont tous été exécutés sommairement. Justice n’a jamais été rendue à leur famille. Que peut-on espérer d’un pays qui laisse abattre ainsi ses fils et ses filles les plus dignes sans punir les coupables ?

Thomas Lalime

thomaslalime@yahoo.fr

LE 15 SEPTEMBRE 2020

LA RÉDACTION DE LTP!!

VIA LE NOUVELLISTE

LE TOUT AU PLURIEL MAGAZINE.

NOUS SOMMES VOS YEUX ET VOS OREILLES.

Facebook Comments

This post has already been read 2006 times!

Partagez nos articles
0Shares

Leave a Reply

Laisser un commentaire

Supportez Nous

Copyright © All rights reserved. | Legend Global Tech by PierreFils Fleurissaint.
Translate »