octobre 23, 2021

Le Tout Au Pluriel Magazine

Nous sommes vos yeux et vos oreilles

RDNP/ÉDITORIAL Jouer à qui perd gagne

5 min read
Partagez cet article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Publié le 24 SEPTEMBRE2020

par,(letoutaupluriel mg.)

Le Rassemblement des Démocrates, Nationaux, Progressistes (RDNP) constate amèrement que les embarras, confusions, maladresses, pirouettes — dans lesquels est plongée l’enquête autour de l’assassinat du bâtonnier de l’ordre des avocats, Me Monferrier Dorval — font basculer, dans un chaos indescriptible, le pays tout entier. Tous les responsables de l’État, n’exerçant plus aucune forme d’autorité, sont à genoux face à l’intrépide arrogance des gens armés qui défient, outrageusement, l’ordre public républicain. À travers des vidéos diffusées sur les réseaux sociaux, au micro de journalistes reporters, policiers en uniforme, bandits à visage découvert, brandissent l’étendard de la révolte contre les iniquités, les impérities des pyromanes qui nous gouvernent.

Nos inquiétudes, au RDNP, dépassent les simples données conjoncturelles pour appréhender les effets sordides, pervers, nocifs, dégénérescents de ces mouvements sur l’avenir du pays, à court et moyen termes. Que des policiers crient à l’injustice subie par des frères est dans l’ordre des choses souhaitables et possibles dans une société qu’on voudrait juste, équitable et solidaire. En revanche, leur mouvement de protestation ne doit, en rien, ressembler à celle organisée par des gangs armés, des « bandits légaux ». Que des responsables de l’État aient mis sous les verrous des policiers, sans enquête sérieuse ni jugement légal et, dû se rétracter dans leur quête folle et effrénée de boucs émissaires, est une indicible iniquité, une indécente irresponsabilité. Que des adolescents soient obligés de gagner les rues pour réclamer des professeurs en salle de classe, est une accusation contre cet État-Karanklou, cet État prédateur, mangeur de rêves. Que cette manifestation d’élèves soit accompagnée de musiciens prouve qu’elle n’a pas été tant spontanée et a bien été instrumentalisée par des politiciens véreux et rétrogrades.

Nous, du RDNP, qui ne jouons jamais, l’avenir de ce pays, à  »qui perd, gagne », nous nous inquiétons beaucoup des risques d’une impossible gouvernabilité du pays, en raison de ces multiples marginalités qui se transformeront en mauvais précédents. Qui peut savoir, à l’avenir, s’il sera possible de sanctionner des policiers coupables d’une quelconque infraction; d’émettre et d’exécuter des mandats contre des syndicalistes enfreignant les lois; d’arrêter des citoyennes et citoyens pour trouble à l’ordre public, destruction de matériels, de biens meubles et immeubles de l’État. Nous nous inquiétons des écarts, plus précisément des infractions tolérées aux seules fins de lancer des mouvements politiques conjoncturels qui ne participent pas d’une structuration de l’État de Droit auquel nous aspirons tous. Nous nous inquiétons de cette complicité passive, de ce silence coupable des leaders naturels, d’opinion, mieux, des forces vives, morales, saines du pays, par peur d’aller à contre-courant de la volonté de pensée unique des fossoyeurs de la Patrie commune.

Sans trêve ni ménagement, nous poursuivons la lutte pour la moralisation de la vie politique, de la vie publique et prenons parti net de défendre le bien public, la souveraineté nationale, au prix de tous les sacrifices. Fidèles à notre ligne doctrinale, à nos convictions idéologiques et toujours animés par cette folle passion du bien public, nos réflexions et considérations sur les données d’une conjoncture aussi troublée, ne sauraient s’accommoder de fourberies ni de machiavélismes, dans la perspective mesquine de tirer des dividendes politiques hypothétiques, au détriment de l’intérêt collectif. Jadis, le silence sur les mouvements débridés des soldats contre les Haut-gradés a servi de prétexte pour accélérer la démobilisation des Forces Armées d’Haïti (FADH), une institution très hiérarchisée que nous peinons encore à remettre sur pied. Présentement, le silence sur les agissements de certains agents de la Police Nationale d’Haïti (PNH), très faiblement hiérarchisée, peut nous amener à refaire certaines expériences douloureuses, nous conduire vers des aventures innommables. Déjà, la population commence à ressentir cette dangereuse politisation de la seule force publique, cette nette différence de traitement et d’action dans les interventions de ses agents contre les gangs armés, « bandits légaux » par rapport aux manifestants, même des élèves, des adolescents.

Sans ambages ni subterfuges, nous disons, avec Me Dorval, que « le pays n’est ni géré, ni administré », et que, en conséquence, le temps de cette dérive hypothèque le projet de redressement de la barque nationale ; creuse davantage le fossé entre gouvernants, aspirants-gouvernants et gouvernés ; alimente la suspicion légitime des masses défavorisées face à tout projet politique ; dévie les citoyennes et citoyens, de l’intérieur comme de l’extérieur, de la direction du chemin, des chantiers des espérances concrètes ; paralyse toute possible dynamisation de l’économie du pays. Cette dérive politique tend à engendrer un chaos indescriptible et irréversible…

Nous du RDNP, ne pouvons être complices de la désagrégation de la société, de l’affaiblissement de l’État, du démantèlement progressif, graduel de ses institutions jusqu’à l’effondrement total. Nous exhortons donc les Grenadiers, Magistratures morales, Guerriers de lumière, les nationaux, progressistes et démocrates, à se dresser contre ce plan macabre de destruction de notre pays.

Pour nos Aïeux, pour nos enfants et pour nous-mêmes, ce sursaut collectif constitue une urgence face à cette conjoncture délétère, face au besoin impérieux de « Changer la vie en Haïti ».

Ensemble, ensemble, ensemble, jusqu’à la victoire finale.

Met men pran desten nou an men.

Eric Jean Baptiste

Secrétaire Général du RDNP.

LE 24 SEPTEMBRE 2020

LA REDACTION DE LTP!!!

LE TOUT AU PLURIEL MAGAZINE.

NOUS SOMMES VOS YEUX ET VOS OREILLES…