mar. Oct 20th, 2020

Les élections en Haïti, une vraie Casse tête chinois

3 min read
Spread the love

This post has already been read 4091 times!

Après la publication vendredi 19 août de l’arrêté portant sur l’organisation des élections et d’un référendum en Haïti , et l’insvestiture mardi 22 août, au Palais national, des Conseillers électoraux, une vague de réactions s’en est suivie. Personnalités politiques, Juristes, tous, ont dit leur mot.

En effet, après avoir franchit les premières étapes, le nouveau CEP, doive maintenant définir un nouveau calendrier électoral, et peaufiner le Décret électoral, remis par l’ancien CEP à l’Exécutif. De plus, il doive aussi s’assurer de la continuité du processus d’impression et de délivrance des cartes d’identité. Véritable course à la montre.

Les conseillers électoraux auront du pain sur la planche. Si en dehors de toutes normes, l’Exécutif arrive d’abord, à former le CEP, et ensuite installer ses membres, la tâche sera plus ardue pour le pouvoir dans la suite des évènements.

En ce qui à trait au rôle attribué au CEP pour l’organisation d’un référendum en vue de la modification complète de la Constitution, celle-ci en son article 283-4, formellement interdit le changement de constitution par voix référendum.

De plus, il n’existe pour l’heure, aucun loi électoral sur lequel les conseillers vont se baser pour poser leurs actions. Si lors de la démission en bloc de l’ancien CEP, dirigé par Berlanger, un projet de décret électoral avait été remis à l’Exécutif, il reste néanmoins à le finaliser.

Autre sujet important dans l’organisation des élections, c’est la question de l’insécurité. Comment va-t-on gérer les différents gangs armés actifs sur le terrain ?

Certains Partis politiques de l’opposition, qu’ils s’agissent de Partis modérés ou radicaux, sont unanimes à reconnaître  l’impossibilité pour Jovenel Moïse d’organiser de bonnes élections dans le pays. Parmi ces Partis, on trouve: Fanmi Lavalas, FOP (qui regroupent le MOPOD et le Parti Pitit Desalin), avec d’autres organisations politiques radicaux, tous, ont déjà rejeté toute idée de participation à des élections organisées par l’Administration de Jovenel Moïse.

C’est aussi la position exprimée par le Parti RECONSTRUIRE HAÏTI et les partis politiques formant la plateforme MACHE KONTRE, comme FUSION, MOCHRENHA, OPL, VÉRITÉ, VEYE YO. Ces Partis sont en effet réputés modérés.

En effet, on se souvient de la crise causée par l’élection présidentielle de l’année 2000, sous la présidence de  René Préval. Laquelle élection avait été organisée uniquement avec les candidats proches du Parti au pouvoir. Cela a été dû en raison d’ un boycott de l’opposition de l’époque. S’achemine-t-on vers un tel scénario ? Le pouvoir saura-t-il levé le défi ? Le temps dira le reste.

Me Dixie Band THELUSMOND, Citoyen engagé.

+50946347645

Dixiebthe@gmail.com

Le 27 SEPTEMBRE 2020

LA RÉDACTION DE LTP!!!

LE TOUT AU PLURIEL MAGAZINE.

NOUS SOMMES VOS YEUX ET VOS OREILLES..

Facebook Comments

This post has already been read 4091 times!

Partagez nos articles
0Shares

Supportez Nous

Translate »