octobre 23, 2021

Le Tout Au Pluriel Magazine

Nous sommes vos yeux et vos oreilles

Le « rejet » de la BSAP par la présidence fait monter les tensions : La guerre civile, planifiée par le PHTK et Jovenel Moïse, est imminente en Haïti.

2 min read
Partagez cet article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Comme beaucoup d’autres concitoyens de la société civile et confrères de la Nouvelle Presse Haïtienne, nous avons alerté l’opinion nationale et internationale du danger qu’encourt Haïti par la présence des agents de la BSAP. Ces miliciens, armés jusqu’aux dents illégalement par le régime en place, semblent avoir pour l’instant la conviction profonde qu’ils sont en train d’être rejetés pour être remplacés par ANI. C’est pourquoi, selon des « audios » que nous avons pu intercepter dans la nuit du 10 décembre, ce groupe paramilitaire prémédite, au plus tard le premier janvier 2021, de commettre des actes de tuerie à travers le pays. Pourquoi en sommes-nous arrivés là ?

Au quotidien, nous constatons, et parfois sans même nous en apercevoir, une peur bleue qui règne dans la société haïtienne. Par crainte de représailles, ce qu’on pouvait éviter dans le passé comme les nombreux massacres des Duvalier dans les années 60-80, les tueries de masses de FRAP’H dans les années 90, les assassinats en série des années 2000 ou plus récemment les massacres du régime phtk à la Saline, au bel-air, à Carrefour-Feuilles, etc. ont pu être arrivés grâce à la « résignation » et au silence de la société civile. La certitude que nous pouvons dévier ce projet criminel nous porte à dire « qu’on peut éviter les catastrophes de provenance humaine, à condition qu’on pense, qu’on sache, et qu’on agisse bien ».

Le fait de cautionner les dérives d’un « pouvoir rose » nous prépare à « un bain de sang » planifié par le phtk de Jovenel Moïse lui-même. Nous n’avons pas le moindre doute qu’en créant la BSAP que le pouvoir actuel savait déjà les résultats à obtenir. Il revient à tous de « désectorialiser » le pays pour faire un front commun contre « les voyous phtkistes et ses alliés ». Car, pour survivre « au projet meurtrier » des agents de la BSAP, le pays tout entier doit s’opposer à ces malfrats et surtout à leurs chefs, en leurs titres, grades et qualités au sein de l’administration publique haïtienne atteignant un pourrissement innommable sur lequel seuls les spécialistes de la cour pénale internationale, tôt ou tard, auront à pencher.

Michélot OXIL, P.h.M.
12 DÉCEMBRE 2020
TOUS DROITS RÉSERVÉS
harryespoir@gmail.com
téléphone 50948438136.

LE TOUT AU PLURIEL MAGAZINE.

NOUS SOMMES VOS YEUX ET VOS OREILLES..