octobre 27, 2021

Le Tout Au Pluriel Magazine

Nous sommes vos yeux et vos oreilles

QUI SUCCÉDERA À JOVENEL MOÏSE DURANT LA TRANSITION DITE DE RUPTURE?

4 min read
Partagez cet article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Il est clair que nous marchons en ligne droite vers un gouvernement de transition pour prendre en main les hautes charges de l’État après la fin du mandat de Jovenel Moise, le 7 février 2021. Plus de discussion a ce propos, c’est une affaire classée. Maintenant, l’opinion publique veut savoir qui, parmi les 12 juges de la Cour de Cassation, prêtera serment au palais national ou ailleurs.

Dans des milieux hautement impliqués dans cette affaire, on a rapporté à boukan news que 3 noms sont retenus. Il s’agit des maîtres : Wendell Coq Thélot, Louis Pressoir Jean Pierre et Ivikel Dabresil. Ils sont tenus secrets pour le moment par peur de représailles de la part du président sortant qui, maladroitement, entend séquestrer le pouvoir au-delà de son mandat. Le juge qui présidera le gouvernement de transition est déjà sous haute sécurité quelque part dans le pays. Plus besoin d’épiloguer sur cette affaire non plus, parce que 48 heures avant le 7 février, d’après ce qu’on a rapporté à Le tout au pluriel, le nom sera rendu public.

Toujours d’après qui de droit, le nouveau président jouit d’un mandat de 2 ans. Sa principale mission sera de purger la nation des gangs qui kidnappent la vie. Une condition sine qua non pour l’organisation d’élections générales sur toute l’étendue du territoire national. L’organisation de la conférence nationale souveraine. Ce gouvernement doit, dès les premiers jours, activer un plan de lutte contre la corruption qui gangrène l’administration publique et la société en général. Un moyen sûr de renflouer le trésor public de plusieurs millions de gourdes. Car les prochaines élections doivent être organisées entièrement avec des fonds haïtiens. Plus d’aide internationale bilatérale ou multilatérale est nécessaire en ce sens, les élections révèlent la sécurité nationale d’un peuple. A l’exception d’apports techniques et logistiques limités, car il y a des pays qui ont des décennies d’expérience dans l’organisation d’élections dans le monde, on peut toujours en bénéficier.

La justice haïtienne mérite d’être exorcisée. Pour cela, le gouvernement doit entreprendre des réformes immédiates et profondes pour créer les conditions indispensables à l’organisation des procès équitables et justes sur le gaspillage des fonds Petwokaribe et les multiples massacres enregistrés dans le pays. C’est déjà un plus, du fait que ce sera un magistrat qui sera à la tête de l’État.

Les 3 juges, d’après plusieurs sources affichent une certaine intégrité et ont un record éminemment admis comme excellent.

Juge Wendell Coq Thélot : Madame Coq, elle siège à la Cour de Cassation depuis l’année 2012, elle est irréprochable. Elle a une carrière remarquable. Elle vient de perdre son mari au mois de décembre de l’année dernière. Elle a un avantage, du fait qu’elle est la seule femme de l’institution, parce que cela renvoi a l’organisation des élections du 16 décembre 1990. Ce fut Madame Ertha Pascal Trouillot, une juge de la cour qui fut choisie pour diriger la transition de l’époque. Ces élections sont les meilleures de toute l’histoire d’Haïti. Plusieurs pensent que, probablement elle est la meilleure chance pour que la transition soit un succès. Le seul point obscur sur la carte de visite de Maître Coq, elle fut nommée juge sous la présidence de Michel Martelly, à partir d’une liste produite par le sénat de l’époque dont le parti au pouvoir fut majoritaire.

Louis Pressoir Jean Pierre : Louis Pressoir Jean Pierre est nommé à la Cour de Cassation au cours de l’année 2012. Il a une histoire de grande honnêteté durant tout son parcours de juge avant d’atterrir là où il est aujourd’hui. Tous mes contacts sont unanimes à reconnaître en lui l’homme droit de toujours. Il y a un puissant ancien sénateur de la république qui fait du lobby pour lui comme le juge plus qualifié pour le poste.

Ivikel Dabresil : Ivikel Dabresil est un magistrat de carrière. Il a été nommé en 2019 à la Cour de Cassation par le président Jovenel Moïse dans des conditions très particulières. Il est connu surtout pour sa participation dans l’instruction du dossier de Jean Dominique. Il a le soutien de quelques hommes influents du paysage politique et des affaires. D’après plusieurs observateurs, il a très peu de chances d’être choisi pour diriger la transition à venir.

Les tractations se poursuivent en vue de la formation d’un gouvernement d’unité pour préserver la cohésion nationale. A part « Fanmi Lavalas », l’organisation politique de l’ancien président Jean Bertrand Aristide qui veut un gouvernement de salut public, toutes les autres forces politiques affichent une certaine harmonie pour faciliter le départ de Jovenel Moise du pouvoir.

Les magisatrats actuels sont les suivants:

1- Me René Sylvestre, Président (de 2019)

2- Me Jean-Claude Théogène, Vice-président (de 2019)

3- Me Barthélemy Anténor (de 2019)

4- Me Sténio Bellevue (de 2019)

5- Me Ivikel Dabrésil (de 2019)

6- Me Jean-Joseph Lebrun (de 2019)

7- Me Jules Cantave (de 2015)

8- Me Joseph Mécène Jean Louis (2011)

9- Me Franzi Philémon (2012)

10- Me Louis Pressoir Jean-Pierre (2012)

11- Me Wendelle Coq Thélot (2012)

12- Me Kesnel Michel Thémezi (2012)

 

ÉCRIT PAR

TOUSSAINT WILDER
JOURNALISTE ENGAGÉ

LE 1 FÉVRIER 2021

TOUS DROITS RÉSERVÉS
harryespoir@gmail.com téléphone 50948438136.
LE TOUT AU PLURIEL MAGAZINE

NOUS SOMMES VOS YEUX ET VOS OREILLES..