octobre 16, 2021

Le Tout Au Pluriel Magazine

Nous sommes vos yeux et vos oreilles

« L’égalité de chances ,une reconnaissance de la personnalité juridique « 

3 min read
Partagez cet article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Servir l’État, c’est trouver du sens dans son action, c’est aider à faire avancer les réformes engagées, à faire bouger des murs, à bâtir des solutions ,à transformer : ces mots, je les ai entendus quasi tous les jours dans les milieux organisés , d’étudiants et diplômés qui se préparent aux concours pour rejoindre l’administration .

Chaque jeune qui cherche à apporter du sens doit pouvoir réussir et apporter sa pierre. Mais lorsqu’en fonction de l’endroit où il habite, de la famille à laquelle il appartient, du nom qu’il porte, de sa couleur de peau, ce jeune se dit : « ceci n’est pas pour moi », on a un problème. Il nous faut réussir à redonner l’égalité des chances.

Car ,c’est le problème que bons nombres de jeunes subissent dans le monde, ils ont des rêves à réaliser car le schéma y est, mais à cause de l’exploitation de certains dirigeants, malheureusement beaucoup de talents finiront dans les rues ou dans les cimetières.
Parfois l’état limitatif n’est pas la véritable préoccupation, ce problème se situe parfois au niveau de l’organisation administrative.
Et beaucoup de gens sont confrontés à ce problème, aujourd’hui ils se retrouvent sans identité.
L’identité qui est la reconnaissance qu’un Etat octroie à ses citoyens ou citoyennes, et pour que cette reconnaissance soit effective, il faudrait que le pouvoir reconnaisse la personnalité juridique de tous en vertu de la loi. La personnalité juridique qui est une prérogative que la loi octroie à chaque sujet d’ester en justice ou de s’en soumettre. Qu’adviend t-il lorsque ce droit fondamental est brisé ? Par déduction, vous ne pouvez pas circuler librement dans votre pays, une conscience tronquée et la justice est muette sur ce sujet. Ne serait-il pas primordial de nier ce droit, c’est-à-dire d’y renoncer complètement ?
<<Le droit que nous sommes prescrites est la liberté >> ainsi disait Jean Jacques Rousseau.

La Fonction publique – en particulier la Haute – doit s’ouvrir et être plus accessible. Ça doit être le sens de notre politique.

Bien sûr ,c’est bien: mais avant d’en arriver là les jeunes doivent apprendre les fondamentaux dans les écoles primaires dont le niveau en Haïti est bien bas ces dernières années ! En ce moment même dans nos lycées, il est question de supprimer 5 classes à la rentrée prochaine. Est-ce bien logique, normal, productif surtout après tous ses mois perturbés ?

Pour favoriser l’égalité dans l’accès à la Fonction publique, nous devrons ouvrir 10 000 places supplémentaires en classes préparatoires « Talents » aux concours administratifs, dès la mise en place d’un autre système productif .

Parfois la volonté ne suffit pas si l’on manque de moyens : aux jeunes qui en ont le besoin, nous devons disposer une d’allocations pour les aider à accéder aux concours de la Fonction publique et/ou dans les affaires .

L’égalité des chances, c’est les mêmes chances de réussir pour tous, dès la maternelle . Les cordées de la réussite sont un levier concret.

La diversité est une richesse pour nos institutions, il nous faut la porter et la valoriser. Faire que le Label Diversité soit attribué à l’ensemble des ministères d’ès qu’on souhaite d’avoir un pays stable : ça doit être l’objectif de notre agenda égalité des chances.

L’immense travail qui est le nôtre, collectivement, c’est de faire que ce jeune qui aurait tendance à penser « ceci n’est pas pour moi », dise dès demain haut et fort : « j’ai ma chance. »

Écrit par :SAINT ALEX NOEL (NÈG LIMYÈ A)
TEL:+50938890975
E-MAIL :noelsaintalex32@gmail.com