Le Tout au Pluriel Magazine

Nous sommes vos yeux et vos oreilles

La réflexion du 23 mars 2020 ! S’apercevoir, le défit de l’âme

4 min read

 

Jou pou jou, dat pou dat !

Pour mieux saisir et comprendre !

 

Au délà de l’action et de la parole de certaines catégories d’âmes, jugées animales pour être non adaptées selon les 10 grands principles universels constituant le mors de l’humanité, lesquelles ont contaminé la science du virus de rebellion et d’évolution, aussi est – il vrai de conclure que l’esprit incarné homme ou femme noir, blanc ou métis, devenant l’âme, ne se manifeste que par des fonctions, dites spirituelles. Mais, l’homme s’apparenterait à un véhicule dont on ne voit et n’admire que la carosserie, alors que cette dernière n’est qu’une enveloppe qui laisse simplement apercevoir un moteur. C’est ici toute la raison, toute la justesse, tout le bien fondé de notre réflexion, ce matin.

Le moteur paraît plus important, mais la carosserie éclipse sa valeur, toute son importance, car l’homme (la femme) est épris de réalités, non de la vérité. Alors que toute l’utilité du véhicule réside en son moteur, mais l’humanité admire ce qu’elle voit, au lieu de ce qu’elle aperçoit. D’où toute son erreur, car la réalité est toujours décorative, donc utopique.

Comparé à l’homme (la femme), l’ensemble carosserie – moteur nous fait buter de la raison, de la logique, car cette imbrication âme – corps est douée de nombreuses facultés, dont la pensée, l’apprentissage, la conscience du bien et du mal, etc. Telles font défaut à un véhicule, objet privé d’aucune volonté, donc mort. Au fait, l’humanité ne peut rien créer de vivant ; ses produits sont tous des morts.

Donc, comment, malgré ses différentes facultés distinctives de l’animal, même l’homme (la femme), dit savant, n’arrive pas à se distinguer d’un animal ?

Pourquoi l’âme ne se saisit – elle pas dans son enveloppe corporelle, comme le moteur dans la carosserie, si vrai que nous l’appelons l’âme animale, cela puisqu’elle affiche, dans sa déraison scientifique, dans son occultisme, dans sa spiritualité maléfique, encore pis dans sa religion, etc., les caractéristiques proches, sinon plus viles, de cette espèce inférieure ?

L’âme est une énergie divine ; elle serait comparable aux rayons de lumière du soleil qui vitalisent la nature. Mais, nous dirions plutôt qu’elle est l’étincelle de Dieu en chaque homme (femme), qui joue le rôle d’un moteur, mais à la différence de celui d’un véhicule, ce dernier devrait être conscient, logique, raisonnable. Pourtant, certaines âmes, malgré leur érudition, restent dans un état animal, donc non adaptables.

L’âme est l’énergie oxigénée du sang de l’homme ; peu importe la couleur de la peau de ce dernier, elle est noire et pénètre toutes les cellules vivantes de l’organisme humain. D’où sa forme à la désincarnation. Son inhabilité à se saisir dans son corps cause sa perte et profite à Satan ; Haïti, choisie pour recadrer la sagesse humaine, dissipe cette digression et éclaircit la voie pour ramener l’âme animale à la raison, à la logique et à la conscience de soi dans son corps.

L’homme n’est pas un animal, comme prétend la science rebelle et athée ; c’est un être spiritophysique doué de fonctions spirituelles indépendantes de celles dites mécaniques de l’enveloppe corporelle. Mais, quand l’âme ne se saisit ni ne se reconnaît dans cette dernière, il devient un animal pour être animé par une âme animale, enténébrée, blasphématrice, etc.

Je pense, donc je suis, dit Descartes !

Mais, il semble que les savants – ignorants, les intellectuels abêtis pensent, mais ne sont donc pas, car le corps ne peut ni se penser ni se jouir, mais plutôt l’âme, quoique cette faculté de pensée soit mal saisie et comprise par la sagesse scientifique. Le 3e tome de l’ouvrage titré : << Haïti : Lumière des nations, et doublement sous – titré : Le Matéraliste et le Spiritualiste / Dans son déraillement, la science confond le mental de l’homme >> illuminera le processus de pensée de l’homme. C’est très désastreux, et cela conduit à une certaine arrogance intellectuelle que Papa YAH charge Haïti d’humilier, de passer en dérision.

À un niveau plus élevé que celui de Descartes, nous dirions plutôt, et cela, à toute âme, sensée ou animale :
<< Saisissez – vous, alors vous êtes ! >>

Car la pensée n’est pas une fonction spirituelle existentielle, mais plutôt une faculté fonctionnelle ou vitale. C’est la conscience de soi dans un corps qui rend logique, rationnelle, etc. la pensée. Sinon, cette dernière deviendrait ridicule, blasphématoire… donc digne d’un animal, propre aux espèces inférieures.

Okeu !

Haïti : Lampe des nations
Capitale politique et spirituelle du monde

Evintz BRILLAN

LE 23 MARS 2021

TOUS DROITS RÉSERVÉS
harryespoirmichel@gmail.com telephone 50948438136.

LE TOUT AU PLURIEL MAGAZINE.

NOUS SOMMES VOS YES ET VOS OREILLES…

You may have missed