LAVALAS ET PHTK : «Les deux faces d’une même pièce.» - Le Tout Au Pluriel Magazine
avril 19, 2021

Le Tout Au Pluriel Magazine

Nous sommes vos yeux et vos oreilles

LAVALAS ET PHTK : «Les deux faces d’une même pièce.»

5 min read
Partagez cet article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

par Gerry Jabon

Mardi 6 avril 2021

LE TOUT AU PLURIEL MAGAZINE VIA UNE COURTOISIRE DU JOURNAL REZONÒ NÒDWÈS.COM

Le phénomène du banditisme, tel que le connait Haiti, a toujours eu des mains cachées. Le trafic de drogue, qui procure à ses artisans des millions de dollars aux nantis pourris… La corruption systématique des élites politiques et économiques, et les stratégies de la prise ou de leur maintien au pouvoir. En effet la circulation de plus en plus d’armes à feu illégales, se retrouvant sans aucune difficulté entre les mains de gangs et de bandes criminelles.

Dans l’histoire de l’humanité, chaque civilisation et tout comme chaque pays a connu des hauts et des bas.
De tout temps, il y avait toujours eu de la pauvreté et de la misère en Haïti, mais jamais la fédération étatique de gangs armés opérant sans aucune inquiétude. Au bout d’un moment, la violence prend un tour absurde, à tel point que nul ne la comprend plus. Qui fabrique ces armes? Connaissons-nous une manufacture operant en Haïti ? – — ces armes ? À quelle fin cette prolifération des armes à feu dans les quartiers communément appelés ghettos ou bidonvilles ? Pourquoi les remettre dans les mains de nos jeunes et enfants ? Qui en sont les auteurs? Pourquoi ? La misère ?

Le banditisme, et de même la prostitution, si la toile de fond est la misère, mais c’est un choix sociologique teinté par l’irresponsabilité personnelle.

Ce choix est lié à l’éducation et à la personnalité de l’intéressé. L’éducation donnée par les parents engage à la fois le destin social de leur progéniture et de leurs valeurs propres . C’est donc très tôt, auprès des parents dont les experts soulignent la responsabilité dans cette construction morale et psychologique , que chaque “enfant” reçoit à la base – qui lui permettra de distinguer le bien et le mal, le licite et l’interdit.

Si la misère est la cause profonde du banditisme, du gangstérisme et de la criminalité pourquoi le nombre de bandits, de voyous, de criminels est-il 20 fois plus bas par rapport aux taux de chômage à travers certains pays pauvres? – une question qui mériterait une réponse politique!

Des criminologues et experts ont tenté de prédire que le crime aurait explosé, car la pauvreté serait, selon cette théorie » Pauvreté engendre la criminalité » . Pourtant, c’est le contraire qui s’est passé à chaque fois. Après sept millions d’emplois perdus, dans la ville de Chicago, la criminalité a chuté à son plus bas niveau au cours des années 1960. Les conséquences de cette baisse sur la façon dont nous comprenons l’ordre social sont beaucoup plus importantes et compliquées.

Qu’en est il des bandits à cravates?

Toujours la culture de l’excuse. Il y a de la commission de crimes dans une ville quelconque… c’est du fait de la misère !

Quelle misère et au nom de quoi?

L’expérience prouve dans différentes villes en Afrique et en Amérique latine, faire du social, créer des emplois et le crime n’a pas pu s’évanouir pour autant. À Johannesburg, en Afrique du Sud, la criminalité de rue (homicides, vols avec violence, vols à mains armées, cambriolages, etc.) est pareillement à son plus haut niveau depuis 21 ans et a augmenté de 53 % depuis 1997, et tandis que le chômage de longue durée continue de régresser. Or dans les décennies écoulées, partout et à chaque fois qu’on a voulu résorber le crime par le social, l’urbanisme et la création d’emplois, l’échec a été cuissant.

Le constat du pragmatisme : » La sécurité publique est la condition préalable au développement économique des villes « .

A titre d’exemple, dans les années 1990 à New York, le banditisme et la criminalité n’ont pas diminué parce que l’économie s’est améliorée, mais c’est plutôt l’économie de la ville qui a repris parce que le banditisme et la criminalité ont diminué de moitié.

Il y a beaucoup de coopération entre une frange de la population et les gangs. Ce n’est pas parce que les gens en ont envie, mais parce qu’ils y sont et du coup se sont obligés pour survivre car le Pouvoir et les Politiques sont les grands patrons des GANGS. «

La mission des policiers est de faire de la répression, mais c’est aussi d’assurer de la sécurité du public. Prevention et répression. La Police est mal placée pour faire le jeu des politiciens, des délinquants, des voyous et des bandits de toutes sortes ; elle ne doit rien leur céder. Donc, elle ne fera aucune concession aux bandits et à leurs protecteurs. Qu’ils soient Président, Premier Ministre, Directeur Général ou autres… La Police Nationale d’Haiti ne les doit rien.

» Nul n’est au-dessus de la loi » . Pour qu’on ne puisse abuser de l’autorité, il faut que, par la disposition des choses, l’autorité arrête l’autorité en conformité avec la Constitution de 1987 et les Lois de la République D’Haïti.

Aussi a-t-on recours à des méthodes plus coercitives ? Puisque les complices au timon des affaires cherchent toujours à cacher les criminels et à favoriser leurs intentions perverses. La Police Nationale D’Haïti doit traquer tous ceux ou celles qui sèment la terreur dans toutes les strates de la société, sans négociation aucune, peu importe leur famille politique et considération sociale.

Les corps-morts des policiers capturés par les bandits de Village de Dieu… Le silence des autorités en dit long ! Un silence complice mentionnera l’histoire.

» Il est inconcevable que la Police Nationale D’Haiti soit la seule à payer les pots cassés de l’insécurité taillée sur mesure par Lavalas d’Antan et PHTK d’Aujourd’hui et ainsi, à subir des critiques les plus acerbes sans y trouver la moindre participation de l’Etat et de la société civile. L’éducation, la famille, la religion et le travail contre le crime, » ces tâches incombent à l’Etat, aux responsables politiques, syndicaux, associatifs, religieux et culturels.

La gestion de l’Etat est liée aux gangs armés, c’est tout simplement le constat que l’on fait depuis fort longtemps.

Fait le 6 avril 2021

Gerry Jabon
dordricht@gmail.com

LE 6 AVRIL 2021

LA RÉDACTION DE LTP !!!
harryespoirmichel@gmail.com telephone 50948438136.

LE TOUT AU PLURIEL MAGAZINE NOUS SOMMES VOS YES ET VOS OREILLES…

Laisser un commentaire