octobre 19, 2021

Le Tout Au Pluriel Magazine

Nous sommes vos yeux et vos oreilles

COIN D’HISTOIRE: Anacaona

2 min read
Partagez cet article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

PREPARE PAR:

HARRY Espoir Michel
VIA UNE COURTOISIRE DU GROUP PATAJE LAVI.

LE TOUT AU PLURIEL MAGAZINE NOUS SOMMES VOS YEUX ET VOS OREILLES…

Anacaona est une reine d’Hayti, née à Yaguana, la capitale de Xaragua, l’actuelle ville de Léogâne. La reine tire son nom des mots « Ana » qui signifie « Fleur », et « Caona » qui signifie « Or » dans la langue des Taïnos.

En décembre 1492, la Reine Anacaona, belle, intelligente et talentueuse, sœur de Bohechio, chef local qui a construit un pouvoir solide à l’ouest de Xaragua en 1475, et épouse de Caonabo avec qui elle a eu une fille du nom de Higüenamota, invite les sauvages espagnols à s’élever en leur offrant des bijoux en or pur, en faisant preuve de grands respects à leur égard.

Mais, les abus des espagnols sur le peuple notamment sur les femmes, poussent la Reine à la révolte. Pour la reine Anacaona, les espagnols sont une menace à éliminer dans le temps le plus court. Elle en parle à son époux Caonabo, chef des caciques.

Lorsqu’en novembre 1493, Colomb revient à Hayti, il apprend, sur le champs, que la Reine Anacaona et son époux, Caonabo, détruisent le fort de la Nativité et tuent 39 mercenaires espagnols qui y habitaient.

Des années plus tard, l’autoproclamé gouverneur de l’île, Nicolás de Ovando, apprend qu’Anacaona a un autre plan d’attaque. Il fait annoncer à la reine qu’il va au Cacicazgo de Xaragua pour lui rendre une visite de courtoisie. Ovando y débarque avec 400 hommes qui mettent le feu dans la maison de la Reine. Quelques Taïnos la sauvent de justesse, sauvent sa fille Higüenamota, et son neveu Guaorocuya, mais beaucoup périssent dans l’incendie.

La Reine Anacaona est poursuivie et capturée. Sa beauté est telle, que Nicolas de Ovando lui propose de la laisser en vie si elle accepte de devenir sa femme, mais elle refuse. En 1503, elle est pendue sur une place publique et meurt à l’âge de 29 ans.

Pour études complémentaires, vous recommande « Pedro L. Vergés Vidal, Anacaona (1474-1503), Editora Montalvo, janvier 1947 ».

PREPARE PAR:

Harry Espoir Michel JOURNALISTE
VIA UNE COURTOISIRE DU GROUP PATAJE LAVI.

LE 10 AVRIL 2021

LA RÉDACTION DE LTP!!!