novembre 28, 2021

Le Tout Au Pluriel Magazine

Nous sommes vos yeux et vos oreilles

Mes Réflexions sur l’Avenir D’HAÏTI 17 avril 2021

7 min read

Le 17 avril devrait être, pour tous les Haitiens, un jour de grandes réflexions sur nos malheurs. C’était, en effet, le 17 avril 1825, sous la Présidence de Jean-Pierre Boyer, avec de fortes menaces, que Charles X, Roi de France, obtint D’HAÏTI le versement, aux anciens colons et propriétaires d’esclaves, de l’équivalent de plus de 30 milliards d’euros ( somme évaluée par le Prix Nobel l’économiste français Thomas Piketty dans son best seller de 2019  » CAPITAL ET IDÉOLOGIE » ) comme dédommagement et, également, en contrepartie de la reconnaissance de l’Indépendance de notre nation. Ainsi, même après avoir acquis leur liberté au prix du sang, les Haïtiens devaient continuer à piocher pour payer les indemnisations imposées par la France. Cet argent a enrichi la France et condamné Haïti à vivre dans la misère et de la charité internationale. Ajoutons à cela les coups d’état, la politique de doublure pratiquée par ceux qui tirent une grande fierté d’être des descendants de colons qui avaient violé leurs aïeules et la mauvaise gouvernance de nos dirigeants, Haïti était condamnée à devenir presque irrémédiablement ce qu’elle est aujourd’hui.

Il a fallu l’intelligence, l’ingéniosité d’un Dumarsais Estimé pour, enfin, payer la totalité de cette dette et nous libérer du joug qui paralysait et retardait notre relance économique. Au début des années 50, cette relance continuait mais elle a été interrompue par la mégalomanie et le besoin de régler des comptes personnels avec notre société injuste et imprégnée d’exclusion par les dirigeants qui ont suivi. Avec l’arrivée de Leslie Manigat au timon des affaires et son gouvernement composé du  » Best and the Brightest » comme dirait David Halberstam, le pays aurait pu redorer son blason, mais c’était trop demander aux militaires irréfléchis et démentiels qui devaient détruire l’institution dont ils étaient issus. Depuis lors, la descente aux enfers du pays n’a fait que s’accélérer.

La France nous doit bien une certaine Réparation ou Restitution. Peu importe celle qu’elle choisira, elle est tenue, plus que moralement, de voler au secours de ce pays qu’elle a estropié financièrement à la naissance. Ne se dit-elle pas être l’amie D’HAÏTI? Même dans un monde d’intérêts, le respect de la Justice s’impose. C’est le moment de montrer l’intérêt de l’amitié. RÉPARER et RESTITUER, qu’elle conjugue ces deux verbes pour nous au Présent de l’Indicatif et, à défaut, au futur pas trop lointain même si nous sommes très patients. Sur ce point particulier, l’ancien Président Jean-Bertand Aristide avait totalement raison et l’ancien Premier Ministre Gérard Latortue totalement mal inspiré de rejeter à la poubelle la demande haïtienne sur les parvis du Palais de l’Elysée lors de sa visite au Président français Jacques Chirac. L’histoire nous rattrape toujours. C’était une maladresse inconcevable et inimaginable. La scène était grotesque et irritante.

Quant au régime de doublure qu’est le PHTK, il continue à détruire chaque jour davantage le pays pour protéger ses intérêts mesquins et inavoués et, du coup, éviscérer ceux de la nation. Depuis presque dix ans déjà, les intérêts de ce regroupement politique requièrent de saper toutes les institutions du pays en général et les piliers de l’Etat de Droit en particulier.

2020/2021 a permis au PHTK et à ses alliés du secteur économique, de consommer leurs forfaits. Ils ont occasionné la caducité du Parlement et mis fin, pour de bon, à l’indépendance des juges en nommant illégalement trois individus à la Cour de Cassation et en politisant la police nationale. Ils ont crucifié la liberté des avocats, en assassinant crapuleusement maitre Monferrier Dorval, leur bâtonnier, en kidnappant plusieurs d’entre eux et en s‘assurant de la fermeture des tribunaux. Ils ont cherché systématiquement à asphyxier la liberté de la presse, exerçant une violence tantôt ouverte ou tantôt tacite contre de nombreux journalistes.

S’ils ont déjà atteint en grande partie leur objectif principal, savoir l’émasculation de toutes les institutions du pays, pourquoi s’en prendre tout particulièrement à l’Etat de Droit ?

C’est qu’ils entendent faciliter leurs activités dans la conjoncture aussi bien actuelle que prochaine et assurer leurs arrières dans un futur aussi bien immédiat que lointain.

La démoralisation grandissante et la fragmentation systématique de la police nationale et la paralysie presque complète du système judiciaire, facilitent le trafic des stupéfiants, la fourniture de matériels aux gangs armées, l’augmentation de la contrebande, la planification de la violence électorale et une terreur multiforme et systématique contre la population. Aucun corps social n’est épargné. Volontairement et avec l’aide des gangs, le PHTK et ses présidents installent méthodiquement la peur et l’effroi dans le coeur et dans l’esprit de tous les haïtiens. Ils veulent nous imposer une nouvelle Constitution via un REFERENDUM inconstitutionnel. S’ils devaient parvenir à leur fin, ils boucleraient ainsi la ceinture de l’impunité et de la corruption en protégeant les deux Présidents PHTkistes contre toute poursuite légale pour dépeçage du trésor public, trafic d’influence et autres crimes commis durant et après leurs mandats. Heureusement, le peuple haïtien est vigilant, kou a pap pase, le bateau aura le temps de couler.

Dans un tel contexte, l’année 2021 s’annonce comme celle de tous les dangers et aussi bien de toutes les opportunités.

L’INITIATIVE DOIT CHANGER DE CAMP.

Il est grand temps pour l’opposition de prendre le relai de manière décisive. Pour ce faire, il ne s’agit plus de continuer à aligner des propositions dispersées par des leaders disparates, mais de travailler sur la construction d’un leadership collectif clairvoyant, astucieux, crédible, dynamique et respecté aussi bien par la communauté nationale qu’internationale, composé d’un nombre raisonnable de membres en provenance de la classe politique renouvelée et de la société civile non encore servile, mandatés pour parler au nom de toute l’opposition politico-sociale, capables de cautériser tant bien que mal les blessures profondes des soixante dernières années et d’engager de VRAIES NÉGOCIATIONS pour arriver à un dénouement positif de la crise actuelle. Un dénouement qui sera caractérisé par le dépassement de soi des acteurs politiques, de ceux de la société civile et de tous les acteurs internationaux habituels et nouveaux impliqués dans ces négociations et dans la planification d’un avenir meilleur pour Haïti.

L’opposition doit accepter de s’unifier et surtout de se renouveler en recrutant et en accueillant des jeunes dynamiques, bien formés et déterminés. Nous devrions l’admettre, il y a dans l’opposition telle que constituée aujourd’hui des noms et des visages qui ne rassurent pas qui inquiètent même, et du coup paralysent ses élans et retardent ses succès. Sinon la lutte contre le PHTK aurait été déjà gagnée. Le ver est dans la mangue. Ces critiques sont fraternelles mais nécessaires pour l’avancement de la cause du peuple.

Il faut aujourd’hui encourager, solliciter, faciliter l’émergence d’une nouvelle classe Politique. Cette dernière est comme une équipe de football qui doit régulièrement se rajeunir tout en sélectionnant les plus performants, les plus motivés, les plus résistants et les plus talentueux pour gagner les compétitions. À chacun de faire son auto-critique et d’accepter honnêtement ses points faibles et ses points forts. En Politique, l’audace ne suffit pas. Il faut constamment s’évaluer, se réévaluer et se redéfinir.

Si le Président Jovenel faisait cet exercice, il ne se retrouverait pas aujourd’hui dans ce cul-de-sac. Vu sa proximité connue, prouvée et assumée avec le G9 et alliés, le Président est aujourd’hui et plus que jamais, en difficulté avec le kidnapping des Religieuses et des Prêtres de St Jacques. Ou fèt pouw te konnen ke St Jacques pa konn nan rans ak moun. Fwa sa a se nan gòj Apre Dye zo pwason an ap kroke.

Aujourd’hui, tout ce que le Pays et le monde entier veulent savoir : est-ce-que les Prêtres et les religieuses sont toujours en vie? S’ils le sont, faites-les libérer IMMÉDIATEMENT. Leur calvaire a trop duré.
S’ils sont morts, donnez-nous au moins leurs cadavres. Pa kite zanmi bandi’w yo dekoupe yo an ti moso kankou polisye ki mouri nan Vilaj du dyab yo ni pa bay chen manje yo pou nou svp jan sa fèt deja nan Site Solèy. Nou kwè nou menm nan antere kretyen vivan nan simityè. LA COMÉDIE MEURTRIÈRE n’a que trop duré. Le kidnapping des Prêtres de St Jacques est la goutte-d’eau de trop qui renversera le vase. Mark my word.

Peuple haïtien, vous avez le dernier mot. En attendant la victoire finale, n’oubliez jamais:
HAÏTI AVANT TOUT.

Père Jean-Miguel Auguste

+50937470865
+13473378954
miguelnov19@gmail.com

Copyright © All rights reserved. | Newsphere by AF themes.