octobre 17, 2021

Le Tout Au Pluriel Magazine

Nous sommes vos yeux et vos oreilles

HAÏTI SPIRITUALITE, SOCIÉTÉ: Un rabbinat juif en Israël, quel amalgame? Anges incarnés homme ou femme noir, blanc ou métis de la franc’anglocréolophonie,

9 min read
Partagez cet article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

HAÏTI SPIRITUALITE, SOCIÉTÉ

Par: Arch.Gary JOSEPH

Réfléchissons pour mieux comprendre

Un rabbinat juif en Israël, quel amalgame?

Anges incarnés homme ou femme noir, blanc ou métis de la franc’anglocréolophonie,

Bonjour/Bonsoir,

J’ai récemment regardé une vidéo faite par un Docteur en théologie. Dans cette vidéo, il était question d’un groupe d’Ethiopiens approuvés par _un rabbinat juif_ pour obtenir droit de cité en Israël. D’où vient ce rabbinat juif? À quel moment de l’histoire d’Israël a-t-on vu émerger un rabbinat? Ces deux questions, tout au moins, vont nous aider à vous proposer une réflexion personnelle sur cette récente histoire. Et, pour ce faire, voici les pistes de réflexion que je vous suggère :

1. Considérations sur le concept « juif »

Il faut savoir que le mot « juif » est tout à la fois un adjectif et un substantif qui dérive de Judah, et peut désigner soit un descendant de la tribu de Judah (4e fils de Leah), soit un habitant de la Judée, contrée attribuée à cette tribu. Suite au schisme politique survenu après la mort du Roi Salomon, on va retrouver, d’un côté, Ephraïm ou Israël (9 tribus) au Nord, avec Samarie pour capitale, et de l’autre, Judah (3 tribus: Judah, Benjamin et Levi) au Sud, ayant Jérusalem comme capitale.
Le mot « israël » est devenu le patronyme des habitants du royaume du Nord. Pour leur patronyme biblique, on dit également éphraïmites. Pour le Sud, c’est Judah qui est le patronyme, et on dit *juifs* pour l’ensemble des habitants du Royaume du Sud.
Or, selon le récit biblique, tel que rapporté dans les Rois et les Chroniques, les habitant du Royaume du Nord, les neuf tribus, furent l’objet d’un sévère déracinement. En effet, déportés par le Roi Salmanazar, ils étaient les tout premiers à être _déculturés, acculturés et enculturés_, et donc totalement (je dirais) dépouillés de leur identité. Et, lors même qu’ils conserveraient certaines traditions, ils n’allaient pas facilement s’organiser pour former un rabbinat juif. Car la fonction rabbinique n’était exercée que par les membres du conseil du sanhédrin, détruit lors de l’invasion de Titus. Les descendants des neuf tribus déportés par Salmanazar qui arriveraient aujourd’hui à accéder à leur identité, se reconnaitraient, non comme des juifs, mais comme étant éphraïmites ou israëlites.

2. Émergence historique des rabbins

Je m’aménage, dans ce que je vais dire, une possibilité de réviser mon propos. Mais, autant que je sache, c’est suite à l’édit de Cyrus, Roi de Perse (actuel Iran), qu’on devrait faire remonter l’histoire des rabbins dans la vie du peuple juif. En effet, après la dédicace du deuxième Temple construit par Zorobabel, un enseignant arrive à Jérusalem. Sa lignée généalogique est bien décrite dans Esdras 7. C’est bien lui, Esdras, dont l’ascendance remonte au souverain sacrificateur Aaron, grand frère de Moïse. Le 10e verset de ce chapitre souligne qu’Esdras _avait appliqué son coeur à étudier et à mettre en pratique la loi de YAHVEH, et à enseigner au milieu d’Israël._ La présentation de la lignée généalogique du premier grand enseignant parmi les juifs n’est pas innocente, anodine. Autrement dit, le rédacteur veut communiquer un message. Et je vous le déclare: les enseignants sont nécessairement des lévites et descendent d’Aaron. Or, la fonction rabbinique, telle qu’elle nous est décrite historiquement, consiste à enseigner la loi de Dieu au peuple. Ce qui nous amène à considérer Esdras comme le tout premier rabbin parmi le peuple. Mais ici, une précision se révèle importante: la fonction rabbinique s’enracine malheureusement dans le fait historique que le peuple, ayant été livré aux nations qui servaient d’autres dieux, avait fini par complètement tout ignorer des lois, ordonnances, et préceptes que Moïse lui avait ordonnés de suivre pour plaire au Dieu des cieux et de la terre. Le travail du rabbin consiste alors à rétablir la mémoire du peuple par l’enseignement de la loi, des ordonnances et des préceptes laissés par Moïse. Du quatrième au premier siècles avant Jésus-Christ, beaucoup d’informations doivent être déblayées pour nous aider à saisir l’évolution de la fonction rabbinique. Mais ce dont nous avons la certitude, c’est que l’émergence du sanhédrin, sous l’occupation romaine, au premier siècle av. J.-C., constitue la continuité de la fonction enseignante telle qu’initiée par Esdras .

3. Les archives

Pour saisir et comprendre l’histoire du peuple d’Israël (c’est à dire l’ensemble des douze tribus), il convient de lire et de comprendre la Bible. Dans les livres historiques, notamment ceux des Rois et des Chroniques, on trouve deux espaces où devaient être placées les archives: le Palais Royal, et le Temple. Si l’on se met d’accord sur cette affirmation, la compréhension du reste de l’histoire devient relativement facile. Et alors, la question à se poser est la suivante: qu’est-il arrivé aux archives après la mort de Salomon? La réponse à cette question met en évidence deux faits historiques majeurs, concernant les archives d’Israël.

3.1. _Les archives divisées_

En fait, lors du schisme politique, les archives se sont aussi divisées. On va retrouver une partie dans la capitale du Royaume du Nord, à Samarie, pour les 10 tribus. Et l’autre partie des archives allait se trouver à Jérusalem, capitale du Royaume du Sud, pour Judah et Benjamin. Mais étant donné que le Temple se trouvait dans le Royaume du Sud, chez Judah, il convient de souligner que la tribu de Lévi devait nécessairement rejoindre Judah, en raison de ses obligations sacerdotales. Ce qui fait qu’on peut soutenir que le Royaume du Sud comprenait trois tribus.

3.2. _Les archives disparues/détruites_

La disparition des archives du peuple d’Israël suit une chronologie que nous pouvons explorer en tout au moins deux périodes :

3.2.1- _Les premières invasions_

Osée fut le dernier Roi du Royaume du Nord. Il a été soumis par Salmanazar, Roi d’Assyrie. Et, quelques années plus tard, Osée allait être appréhendé, incarcéré et les habitants de son Royaume massivement déportés à Babylone. Question pour vous, chères et chers lecteurs/trices: Où sont passées les archives politiques, comprenant, entre autres, les généalogies des neuf tribus? Répondez par vous-même.
Pour s’assurer du succès de son exploit, Salmanazar allait jusqu’au repeuplement de Samarie, par des groupes ethniques de mœurs diamétralement opposées aux lois, ordonnances et préceptes laissés par Moïse au peuple d’Israël. Ainsi, l’historiographie de la disparition des archives du Royaume du Nord devrait nous prendre la main depuis l’invasion de Samarie par Salmanazar jusqu’à aujourd’hui. Ce travail reste encore en attente.

Pour le Royaume du Sud, Sédécias fut le dernier Roi. Il a été destitué par le Roi Nebucadnetsar. Celui-ci détruisit le Palais royal et le Temple.

_3.2.2- Les dernières invasions_

Depuis l’invasion de Jérusalem par Titus, en 70 de notre ère, aucun juif n’a accès aux archives. L’ensemble de la documentation relative à la généalogie du peuple d’Israël ne pouvait se trouver que dans les Palais royaux du Nord et du Sud, et dans le Temple (1e et 2e). Le premier Temple fut brûlé par Nebucadnetsar. Et le deuxième, par Titus. Il nous est difficile de soutenir que les envahisseurs aient été
assez stupides pour brûler les archives. Or, au cas où celles-ci auraient été emportées, on peut formuler de bonnes hypothèses sur les pistes de recherche aujourd’hui: l’envahisseur s’attaque avant tout aux pièces à conviction.

4. L’émigration des rescapés hors de la Judée

Pour ce qui concerne l’invasion de Titus, prenons les fuyards qui s’étaient orientés vers le sud de Jérusalem. Et là, nous allons observer tout au moins quatre étapes, dans le cadre de leur émigration: la fuite des rescapés, leur établissement en terre africaine, la traite négrière et l’asservissement.

4.1. La fuite des rescapés

Lors de la dernière invasion, les rescapés s’échappaient dans toutes les directions. Mais l’axe principale, c’était le nord pour la Babylone et le sud pour l’Egypte (Afrique du Nord). Plusieurs milliers de familles juives se sont réfugiés en Afrique, à partir de l’Egypte. Après la fuite des rescapés, nous observons trois autres étapes: l’établissement en terre africaine, la traite négrière et l’asservissement.

4.2. Leur établissement en terre africaine

Le processus migratoire va de Jérusalem en Égypte, pour s’étendre sur toute la contrée couvrant la région sub-saharienne. Et là, l’historien Charles Henry Pierre, quoique nous n’appuyions pas toutes ses thèses et antithèse sur la théologie, a beaucoup à nous dire là-dessus.

4.3. La traite négrière

La traite négrière constitue l’accomplissement de la prophétie de Joël, telle que nous la trouvons dans le troisième chapitre de son livre, au verset 6. Nous lisons: _vous avez vendu les enfants de Judah et de Jérusalem aux enfants de Javan, afin de les éloigner de leur territoire._ C’est au verset 4 que l’on trouve les destinataires de ce message : des districts philistins. Qui sont les philistins? Des descendants de Cham, père de l’Afrique, car ce continent est bibliquement appelé Pays-Bas de Cham. Et qui sont les enfants de Javan? Ce sont les grecs, dont descendent les Européens. Qu’on se garde de penser, ou encore pire de croire, que la traite négrière était une activité aléatoire et que les enlèvements qui se faisaient journellement étaient dirigés sur tous les africains. Il faut savoir que l’Afrique du 16e siècle était dirigée par des Rois et des chefs de tribus qui se souciaient du bien-être respectif de leurs sujets ou membres de tribus. On savait donc qui on vendait comme esclave et qui on envoyait pour venir travailler à titre de commandeur.

4.4. L’asservissement

Réduire un peuple en esclavage passe, avant tout, par la chosification individuelle de ses ressortissants. Pour s’en rendre compte, il suffit de voir un article du code noir de 1625: _l’esclave est la chose du maître._ Ainsi, l’esclave est
a. déculturé
b. acculturé et
c. enculturé
Et, pour faire ce travail de destruction de la mémoire, ce sont les coutumes, les moeurs, et les croyances… etc… que le colon attaque. Cela dit, l’existence d’un état d’Israël en Orient, aujourd’hui, n’est qu’un témoignage ordonné par la volonté permissive de YAHVEH Sabaoth, afin de garantir l’authenticité du récit biblique que le peuple de Dieu a bel et bien occupé ce territoire, mais que, suite à sa désobéissance, il a été chassé et disséminé parmi les nations. Ainsi, la prophétie d’Ezéchiel 37 arrive aujourd’hui au temps de son accomplissement, en ce début du 6e millénaire de la fin. C’est bien l’Occident, et non l’Orient, qui constitue l’épicentre de la grande mouvance eschatologique mondiale, dont Haïti est le point focal!

Alors maintenant, à l’issue de cet article, je voudrais agiter les questions suivantes :

1. D’où vient ce rabbinat juif, qui prend la Palestine comme lieu de rassemblement prophétique du peuple d’Israël?
2. Ces tests d’ADN pratiqués sur les Ethiopiens, sont comparés à quel ADN type?
3. Les membres de ce rabbinat ont-ils trouvé, pour en prélever l’ADN type, un os de Jacob, ou tout au moins, de l’Apôtre Jean, en Palestine ?

Je conclus pour dire ceci:

Pour établir notre véritable identité à la face du monde, nous devons sortir de la prétendue voie académique et scientifique tracée par l’occident, ce sal labyrinthe qu’il convient d’éviter, au risque de s’y perdre pour toujours.

Jean Wilner Iléus LOUIS, Professeur

Haïti: Lumière des Nations- Capitale politique et spirituelle du Monde

============

P.s: Je dédie cet article aux personnes suivantes :

Sr Adrienne LIBERTIN
Prof. Bayyinah BELLO
Rév. Claude Emmanuel CAMILLE
Me Enex JEAN-CHARLES
M. Gary PERODIN
Dr Jacques LOUIS
Rév. Jean Robert BILDA
Dr Jean Elie LARRIEUX
Prof. Jean-Yves BLOT
Dr Joël LALOI
Dr John Picard BYRON
M. Louis-Henry MARS
Rév. Lémète ZÉPHYR
Sr Monique César GUILLAUME
Rév. Pauris JEAN-BAPTISTE
Rév. Rogéda Dorcé DORCIL
Prof. Wadestrant JEAN-BAPTISTE
Dr William PAPE

Écrit par Jean Wilner Louis

LE 19 JUIN 2021

LA RÉDACTION DE LTP !!!
harryespoirmichel@gmail.com telephone 50948438136.

LE TOUT AU PLURIEL MAGAZINE NOUS SOMMES VOS YEUX ET VOS OREILLES…