octobre 23, 2021

Le Tout Au Pluriel Magazine

Nous sommes vos yeux et vos oreilles

Tableau noir de l’insécurité : Pourquoi aller à l’école en Haïti?

3 min read
Partagez cet article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ecrit Par :
Herns Francemy

En Haïti, au cours des dix dernières années, cette question revient toujours dans les discussions entre les camarades au sein de l’Université, dans les quartiers et sur les places publiques. Elle est liée au nombre d’universitaires tués en Haïti, sous la gouvernance des deux pouvoirs PHTK, alors que ces universitaires représentent une force vive qui pourrait mener le pays sur la voie du développement.

La liste est très longue ! Me Monferrier Dorval, Rospide Petion, Professeur Rosevelt Petit- Phar, l’étudiant Gregorie Saint Hilaire, Norvella Balemy cadre de la BRH, Kapi Minthor cadre du MSPP, écolière Évelyne Sincère, professeur Jean H. Paul, Diego Charles et la militante féministe et femme politique Antoinette Duclair dite Netty, entre autres.

Pourtant, lorsque nous étions petits, nos parents nous ont toujours dit que pour devenir quelqu’un demain il faut être éduqué. Aujourd’hui, nous réalisons que ce n’est pas du tout le cas.

Nous n’avons plus besoin d’aller à l’école pour être président, ministre, directeur, … Il suffit d’être capable de mentir, d’armer les quartiers populaires, d’être patronné par les hommes politiques et les hommes d’affaires.

L’éducation, étant un puissant agent de changement qui pourrait améliorer la santé et les moyens de subsistance, contribuer à la stabilité sociale et stimuler la croissance économique à long terme. Cependant en Haïti, elle n’est plus de toute évidence, l’un des instruments les plus puissants pour lutter contre la pauvreté et les inégalités. L’état a choisi de ne pas investir davantage dans ce secteur.

Nous ne sommes pas sans savoir que l’éducation est la base de tout développement d’une societé contrairement à ce que croit le gouvernement haïtien qui continue à être inexistant malgré la situation sociale, économique, politique et culturelle du pays qui s’aggrave quotidiennement.

D’un autre côté, dans une semaine ce sera le déroulement des examens officiels. Est ce que le gouvernement de facto Moise-Joseph a déjà renégocié avec les gangs armés par le biais du Ministère de l’Éducation Nationale et de la Formation Professionnelle (MENFP) pour que les candidats/tes de Martissant, Fontamara, Bel Air, Delmas 2, 4 et 6 puissent subir les épreuves en toute quiétude?

Il faut noter que le gouvernement haïtien peut le faire facilement comme c’était le cas au lendemain du conflit entre le gang armé de Tilapli et celui de Chrisla. Le premier ministre de facto Dr Claude Joseph, après négociation, a pu marcher à pied de Martissant à Fontamara pour montrer à l’international que tout allait bien.

Face à cette situation , les autorités de l’état sont sans état d’âme. Ce 30 Juin 2021, j’ai entendu un Léon Charles Directeur général de facto de la police nationale d’Haïti attribuer l’assassinat de nos 15 frères et soeurs, parmi lesquels le jeune journaliste de Radio Vision 2000, Diego Charles et la militante Antoinette Duclaire dit Netty dans la nuit du 29 juin 2021, à une réaction des alliés du membre du SPNH-17, Guerby Geffrard, assassiné dans l’après midi du mardi 29 juin 2021. Alors, je me suis dit qu’effectivement la mauvaise gouvernance en Haïti peut nous enlever nos amis, notre famille, notre vie et notre maison.

Elle peut nous priver de notre dignité, de notre identité, de notre fierté et de notre espoir en tant que peuple . Mais ces incompétents qui nous dirigent aujourd’hui ne peuvent jamais nous retirer notre savoir.

L’école m’a donné la force de continuer. Je ne serais pas là sans ça !

Herns FRANCEMY
Linguiste – Enseignant
francemyherns87@gmail.com

LE 5 JUILLET 2021

LA RÉDACTION DE LTP !!!
harryespoirmichel@gmail.com telephone 50948438136

LE TOUT AU PLURIEL MAGAZINE NOUS SOMMES VOS YEUX ET VOS OREILLES…