octobre 18, 2021

Le Tout Au Pluriel Magazine

Nous sommes vos yeux et vos oreilles

Les états-unis précisent qu’ils ne reconnaissent aucun politicien comme un dirigeant légitime d’haïti.

4 min read
Partagez cet article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Au milieu de ces tensions, les états-unis espèrent soutenir « un dialogue large et inclusif entre toutes les parties en Haïti ».

Les états-unis ont assuré jeudi qu’ils ne reconnaissaient aucun politicien spécifique comme le « président ou premier ministre légitime » d’haïti, et ont espéré qu’il y aurait un « dialogue inclusif » qui permettra la formation d’un gouvernement de coalition dans le pays bientôt.

Un haut fonctionnaire américain, qui a demandé l’anonymat, s’est prononcé de cette façon une semaine après que le département d’état a assuré qu’il considérait Claude Joseph comme premier ministre d’haïti, car il occupait ce poste avant l’assassinat du président haïtien Jovenel Moïse.

« Nous avons fait très attention à ne soutenir personne comme le président ou le premier ministre légitime du pays », a déclaré le responsable lors d’une conversation téléphonique avec un petit groupe de médias, y compris Efe.

La source a rappelé que, deux jours avant son assassinat, Moïse a nommé l’ancien ministre Ariel Henry premier ministre, mais qu’il n’a pas été officiellement investi avant l’assassinat.

Après la mort de Moïse, les états-unis avaient besoin d’un « interlocuteur » pour pouvoir « offrir leur aide dans l’enquête » sur ce qui s’est passé, et c’est pourquoi le chef de la diplomatie américaine, Antony Blinken, et d’autres responsables ont contacté Joseph, qui était le premier ministre avant l’assassinat.

« Nous devons trouver des interlocuteurs pratiques pour continuer à essayer d’aider le pays, mais nous avons pris soin de ne reconnaître personne », a insisté le responsable.

Bien que la porte-parole de la maison blanche, Jen Psaki, ait effectivement évité de reconnaître quiconque comme premier ministre lorsqu’on l’a interrogé à ce sujet, le porte-parole du département d’état, Ned Price, l’a fait lorsqu’il a été consulté sur le sujet le 8 juillet.

« Il (Claude Joseph) était le titulaire qui occupait ce poste, il était premier ministre avant l’assassinat du président Moïse et nous continuerons à travailler avec Claude Joseph en tant que tel », a déclaré Price lors d’une conférence de presse.

Ce week-end, une délégation américaine s’est rendue à port-au-prince et a rencontré Joseph, Henry et le président du sénat Joseph Lambert, les trois politiciens qui se battent pour le pouvoir après l’assassinat.

Au milieu de ces tensions, les états-unis espèrent soutenir « un dialogue large et inclusif entre toutes les parties en Haïti », c’est-à-dire « les acteurs politiques, la société civile et le secteur privé », a expliqué le responsable susmentionné.

« (Cela permettrait) de transformer cette horrible tragédie, qui est le premier assassinat d’un chef d’état sur le continent américain depuis 1961, en quelque chose qui peut unir le peuple haïtien et permettre la formation d’une coalition de gouvernement qui va de l’avant », a-t-il ajouté.

La source n’a pas donné de détails sur le rôle que washington pourrait jouer dans ce dialogue ni sur les perspectives de formation de ce gouvernement de coalition avant les élections présidentielles prévues pour le 26 septembre.

« Nous devons aller très prudemment en haïti, car ce que font les états-unis a beaucoup d’impact », a-t-il reconnu.

Il a précisé qu’il y a actuellement « huit (8) agents du FBI » déployés en Haïti pour aider à l’enquête sur le meurtre de Moïse, et que les ministères américains de la justice et de la sécurité intérieure sont également impliqués dans les enquêtes.

« Ils tentent de retracer l’origine des armes, de trouver un lien possible avec les états-unis et (identifier) les accusations potentielles qui pourraient être déposées aux états-unis », a-t-il déclaré.

Interrogé sur la possibilité pour les états-unis d’envoyer des troupes en haïti, il a répondu que cette possibilité n’est « pas exclue » pour l’instant.

« Nous n’avons pas de demande d’haïtiens d’envoyer un nombre spécifique de militaires, mais nous avons d’autres demandes. Nous évaluons tout ce que nous pouvons faire qui contribue à la recherche », a-t-il déclaré.

Le responsable a ajouté que son objectif est « d’élargir la capacité de la police nationale haïtienne » à répondre à la situation, de sorte que washington prévoit d’envoyer plus de « formateurs » de personnel ou « d’équipement ou de soutien technique », mais n’a pas encore pris de décision.

LE 16 JUILLET 2021

LA RÉDACTION DE LTP !!!
harryespoirmichel@gmail.com telephone 50948438136.

LE TOUT AU PLURIEL MAGAZINE NOUS SOMMES VOS YEUX ET VOS OREILLES…

LA RÉDACTION DE LTP