septembre 24, 2021

Le Tout Au Pluriel Magazine

Nous sommes vos yeux et vos oreilles

SOCIÉTÉ, OPINION, RÉFLEXIONS Mes Réflexions sur l’Avenir d’Haïti. 18 Août 2021.

5 min read
Partagez cet article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Onze années après le terrible et très meurtrier séisme du 12 janvier 2010 dont les effets dévastateurs sont encore visibles, la terre, une nouvelle fois, a tremblé en Haïti. Les dégâts matériels sont immenses et les pertes en vies humaines importantes même si moindre qu’il y a onze ans.

Bien entendu, nous ne pouvons empêcher les tremblements de terre, cyclones, inondations et autres catastrophes naturelles de se produire, mais nous détenons le pouvoir et le savoir, l’obligation et la responsabilité de les rendre moins mortels et moins dévastateurs. Nous avons également le pouvoir et le devoir de ne plus, systématiquement et délibérément, ajouter des pertes en vies humaines que nous pouvons éviter à ces catastrophes naturelles que nous ne pouvons empêcher, en mettant fin, pour de bon, à une mauvaise gouvernance chronique, une corruption endémique et nos choix répétés de dirigeants kleptomanes, incompétents, prédateurs et apatrides.

Encore une fois, nous payons les conséquences de nos inconséquences, de nos archaïsmes, de nos institutions défaillantes, de nos incohérences. Y avait-il un doute raisonnable qu’un nouveau tremblement de terre était improbable? Seulement de la part des croyants au « Bon Dye bon », qui ont toujours ignoré le revers de la médaille qui déclare » Aide-toi et le Ciel t’aidera. »

Malgré tous les efforts de M. Claude Prepetit, son groupe et ses équipes de surveillance sismique pour attirer l’attention des dirigeants et de la société sur la grande possibilité d’un nouveau séisme de grande intensité, suite à la répétition périodique de petites secousses, ses appels n’ont rencontré que la surdité polie des autorités étatiques et l’indifférence insouciante de la population. Cette négligence étatique et cette indifférence sociétale sont criminelles et punissables.

Exigerons-nous maintenant des comptes à nos dirigeants actuels et passés ou, comme d’habitude, allons-nous nous contenter de nous plaindre et d’attendre, dans la douleur et les regrets, que nos voisins et d’autres étrangers nous apportent des secours?

Après le tremblement de terre de janvier 2010, il était question de « Build Back Better » pour Haïti. Nos turpitudes, nos calculs politiques de bas étage (kokoratik), notre incapacité de penser grand pour ce pays, l’absence de vision dans les différents secteurs vitaux de la nation en général et dans les secteurs politiques et économiques, le laxisme de l’État à imposer et à faire respecter les règles de construction, nous ont empêchés de transformer cette catastrophe en opportunité, sans oublier les actions néfastes des Clintons et d’Edmond Mulet les pro-consuls de l’époque. À voir le comportement des autorités actuelles, toutes les administrations confondues, l’impression jusqu’ici est clairement donnée que nous n’arrivions pas à faire mieux une décennie plus tard.

Depuis le début de ce siècle, les catastrophes naturelles s’entassent les unes après les autres avec une régularité effrayante : de 2000 à 2006 un quintet d’ouragans (Fay, Gusrav, Hannah, Ike et Ernesto) tuent plus d’un millier de citoyens et de citoyennes sans oublier l’ouragan Jeanne, qui dévaste en 2004 la ville des Gonaïves et tue plus de 3000 personnes. Six ans plus tard, la mise augmente exponentiellement en perte en vies humaines avec le tremblement de terre de janvier 2010 où plus de 200,000 haïtiens et haïtiennes se retrouvent ensevelis ou tués sous les décombres et maintenant le tremblement de terre de 2021. Nous donnons presque l’impression d’une compétition mortifère entre les catastrophes naturelles et nos catastrophes politiques et économiques.

LE CHOIX EST CLAIR : nous persistons à cracher sur nos ancêtres en continuant dans cette compétition infernale et sordide et le pays ainsi que la nation disparaissent de la carte du monde ou alors nous freinons une fois pour toutes ce train suicidaire composé de wagons d’élections frauduleuses, de CEPs illégaux, de parlementaires véreux, de directeurs généraux malhonnêtes, de politiciens pourris, de bandits légaux, de gangs meurtriers, d’hommes et femmes d’affaires corrupteurs et corrompus, d’impunité légendaire, d’institutions nominales et de démocratie imaginaire.

Ou bien nous choisissons de demeurer dans la saison permanente de notre pauvreté infra humaine ou nous rentrons de plain pied dans celle d’un nouveau paradigme de création de richesse et d’emplois sous l’arbitrage d’institutions solides et d’une gouvernance saine, compétente, dynamique et soucieuse de l’amélioration graduelle et constante du bien-être collectif. Nous devrions choisir et sélectionner nos priorités de peuple. En onze ans, nous aurions pu utiliser l’argent de nos carnavals, de Petrocaribe pour dôter chacun de nos dix départements en matériels et en personnels de secours et bien d’autres encore. Mais hélas ! Nous préférons danser au RENFORCEMENT de la PROTECTION CIVILE, l’insouciance et l’improvisation à la PLANIFICATION, l’amateurisme à la COMPÉTENCE, le vol à la BONNE GESTION, la corruption à la BONNE GOUVERNANCE, le zen, le radôtaj, la passivité à l’ACTION, l’assistanat au DÉVELOPPEMENT DURABLE. Nous payons les conséquences de nos inconséquences. N’est-il pas temps de changer de maitre et de métier?

Où sont donc passés les 100 Ingénieurs qui devraient être recrutés en 2021 pour aider en cas de catastrophe naturelle? Etait-ce un mensonge de plus?

HAÏTI N’EST PAS UNE TERRE MAUDITE. Elle est, pour l’instant, tout simplement et malheureusement dirigée par des incapables, des doublures, des anti-peuples et des anti-nationaux, qu’il faudra inéluctablement et inévitablement remplacer par des Lysius Salomon et des Dumasais Estimé. Alors commencera le PRINTEMPS D’HAÏTI, sinon nou nan menm penp penp lan pou lontan avèk môd moun kap dirije nou jodya. Nos malheurs ne viennent pas de Dieu, encore moins de nos Eglises et de nos prières. Les États-Unis d’Amérique en sont des exemples vivants où la foi en Dieu n’empêche pas le développement ni les progrès de la science. L’Eglise n’est pas l’opium du peuple, mais les mauvais dirigeants en donnent tout l’air. NOS VRAIES CATASTROPHES SONT NOS DIRIGEANTS. Et nous les connaissons tous…

Faisons et transformons nos malheurs en opportunités et Haïti notre Pays reviendra la Perle des Antilles et un vrai exemple de peuple martyr, mais courageux et qui par sa résilience et sa foi a su transformer ce coin de terre en un havre de PAIX, de LIBERTÉ, d’ÉGALITÉ, de FRATERNITÉ et de PROSPÉRITÉ. En attendant, secourons nos frères et nos soeurs du Grand Sud affectés par ce séisme par des actions concrètes, ponctuelles et bien ordonnées, bien organisées et bien distribuées.

Que Notre Dame nous apporte son perpétuel secours en cette heure difficile de notre vie de peuple souffrant.

Père Jean-Miguel Auguste

+50937470865
+13473378954
miguelnov19@gmail.com

LE 19 Août 2021

LA RÉDACTION DE LTP !!!
harryespoirmichel@gmail.com telephone 50948438136.

LE TOUT AU PLURIEL MAGAZINE NOUS SOMMES VOS YEUX ET VOS OREILLES…