octobre 20, 2021

Le Tout Au Pluriel Magazine

Nous sommes vos yeux et vos oreilles

Joe Biden promet de faire « payer » aux gardes-frontières à cheval leurs agissements face aux migrants

3 min read

FILE PHOTO: A U.S. border patrol officer grabs the shirt of a migrant trying to return to the United States along the Rio Grande, after having crossed from the United States into Mexico to buy food, as seen from Ciudad Acuna, in Ciudad Acuna, Mexico, September 19. REUTERS/Daniel Becerril/File Photo

Partagez cet article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un garde-frontière américain attrape un migrant par le tee-shirt, à la frontière américano-mexicaine, le 19 septembre 2021. DANIEL BECERRIL / REUTERS

Le président des Etats-Unis, Joe Biden, critiqué pour sa gestion de la crise migratoire à la frontière sud du pays, a assuré, vendredi 24 septembre, qu’il y aurait « des conséquences » au agissements des policiers à cheval photographiés en train de repousser des migrants haïtiens« C’est scandaleux », a déclaré M. Biden à des journalistes.

« Je vous le promets, ces gens vont payer, il y aura une enquête », a-t-il ajouté, au terme d’une allocution consacrée à la vaccination contre le Covid-19. Lundi, des photos ont suscité une grande émotion aux Etats-Unis. Un cliché pris par un photographe employé par l’Agence France-Presse (AFP) montre un agent à cheval attrapant un homme par son tee-shirt. Sur un autre, il tient un groupe de personnes à distance en faisant tournoyer ses rênes, dans une posture menaçante.

« Des êtres humains ne devraient jamais être traités d’une telle façon et cela me préoccupe profondément », avait réagi mardi la vice-présidente américaine, Kamala Harris, jugeant ces images « horribles ». Elle avait alors affirmé soutenir les investigations en cours. Interrogé sur le « chaos » à la frontière américano-mexicaine, Joe Biden a quant à lui déclaré en prendre « la responsabilité [car il est] le président ». « C’était horrible (…) de voir des gens traités de cette manière. ».

« Ce n’est pas qui nous sommes »

A la suite de la diffusion de ces images, la police aux frontières va temporairement cesser d’utiliser des agents à cheval autour de la petite ville de Del Rio, au Texas, avaient annoncé jeudi les autorités américaines. « C’est embarrassant, a dit M. Biden dans un premier temps, avant de se reprendre. C’est plus qu’embarrassant. C’est dangereux. C’est mal. Cela envoie le mauvais message au monde, le mauvais message chez nous. »

« Ce n’est pas ce que nous sommes », a insisté le démocrate, qui avait promis, lors de sa campagne présidentielle, de traiter avec humanité les questions d’immigration, dans une position volontairement opposée à celle de son prédécesseur, Donald Trump. Son administration est toutefois critiquée de toutes parts alors que les Etats-Unis ont entrepris d’expulser en masse des Haïtiens stationnés à la frontière. Plus de 1 400 d’entre eux ont ainsi déjà été rapatriés par avion, au moment où ce petit pays des Caraïbes est plongé dans une crise politique, sécuritaire et humanitaire.

Ces dizaines de milliers de migrants, pour la plupart haïtiens, s’entassent ainsi depuis plusieurs semaines dans les villes mexicaines de Tapachula, à la frontière avec le Guatemala, et de Ciudad Acuña, à la frontière du Texas, où ils vivent dans l’insalubrité.

Sur la scène politique, la gauche reproche à M. Biden sa dureté, quand la droite conspue, elle, ce qu’elle considère être du laxisme provoquant un appel d’air migratoire. La tension autour de ces sujets est encore montée d’un cran jeudi, avec la démission de l’émissaire américain en Haïti Daniel Foote, qui a dénoncé dans une lettre cinglante des expulsions « inhumaines ».

LE 24 SEPTEMBRE 2021

TOUS DROITS RÉSERVÉS
harryespoirmichel@gmail.com telephone 50948438136.

LE TOUT AU PLURIEL MAGAZINE NOUS SOMMES VOS YEUX ET VOS OREILLES…