Le Tout au Pluriel Magazine

Nous sommes vos yeux et vos oreilles

COINS:D’HISTOIRE Point de vue du Professeur d’Histoire D’Haiti, Me Daniel Cayard, à propos de la constitution de 1801 ainsi que de celle de 1805, la première de l’Etat d’Haiti.

5 min read
Spread the love

Écrit par Me DANIEL CAYARD
PROFESSEUR D’HISTOIRE D’HAÏTI.

Très certainement le nom l’indique, Haiti, mais bien avant a été:
-à l’arrivée de Christophe Colomb, en 1492 Hispaniola signifiant Petite Espagne;à la contestation des anglais et des français contre les espagnols et portugais qui avaient le monopole du nouveau-monde, et particulièrement dans ce cas, est devenue Saint Domingue et cédée par l’Espagne à la France en 1697 par le traité de Ryswick. ( notons à ce point que l’Île entière est divisée en deux: la partie Est et la partie Ouest). Tres certainement la colonie de Saint Dominigue, la partie Ouest avec Jean Baptiste Colbert à accueilli des engagés, d’abord pour une période de trente six (36) réduite plus tard dix-huit(18) mois, et comme des noirs sont arrivés à Saint Dominique à travers la traite négrière et notamment par le commerce triangulaire, le rapport entre les blancs et les négresses donnent naissance à une nouvelle catégorie sociale: métis ou mulâtres ou encore sang- mêlés.
Donc, Saint Dimingue renferme trois catégories sociales: Blancs, Affranchis (plusieurs types, par donation, par achat de liberté et du sang) et Esclaves. Profitant de la révolution française de 1789, les trois catégories sociales ont organisé chacune leur propre mouvement: anticolonial, anti ségrégationniste et anti esclavagiste. Ce qui a permis à la métropole française d’envoyer plusieurs commissions à Saint Domingue, entre autres, première avec Roume, Mirbeck et Saint Leger, et en attendant, une deuxième avec Sonthonax, Polverel et Ailhaud.
Comme la loi du 4 Avril de 1792 sur laquelle les membres de la deuxième commission doivent s’appuyer était favorable aux Affranchis minoritaires par rapport aux blancs( environ 400000 blancs, 300000 Affranchis et 400000 esclaves), les membres de la deuxième commission, faisant face à des difficultés à la fois interne et externe telles: complot d’Esparbes, affaire Borel et affaire Galbaud, et invasion anglaise et espagnole, seront obligés de proclamer la liberté générale avec Sonthonax dans le Nord le 29 Aout 1793, suivi de Polverel dans le sud, ce qui permet, bien sûr, à Toussaint qui passait déjà dans le camp espagnol de faire un revirement dans le camp français, suite à la ratification de cette mesure de liberté générale par la Convention Montangnarde de France, le 4 février 1794.
De retour, (revirement) Toussaint va permettre à la France de récupérer non seulement les territoires perdus dans la partie ouest de sa colonie jusqu’à la possession de la partie Est de l’Île ( le territoire actuel de la République Dominicaine) par le traité de Bâle en juillet 1795.
Comme Toussaint a pu éliminer, par ses tactiques, certains représentants métropolitains à Saint Domingue comme Sonthonaxe et vaincre son rival André Rigaud par la guerre civile du sud en 1800, grâce à la vigilance et la bravoure de Jean Jacques Dessalines qui avait rencontré une résistance de taille d’Alexandre Petion à Jacmel, un excellent artilleur qu’il l’aimait tel au point de l’offrir sa fille Celimène en mariage, Toussaint a mis le cap vers l’autonomie de Saint Domingue. « Très avancé sur son temps, il voulait construire un Etat associé à la France » avec sa constitution de 1801, c’est à ce point que je rejoins le diplomate du barreau des Gonaives qui cite Mme Mirlande Manigat affirmant à son tour dans les colonnes du nouvelliste, le 20 Mai 2020 que  » la constitution de 1801 élaborée par Toussaint Louverture a inspiré les Pères fondateurs de la patrie haïtienne au lendemain de 1804″.
Tres certainement, cette constitution conserve encore une certaine valeur, puisque: -Toussaint était très très avancé sur son temps; -annonce déjà l’indépendance du nouvel Etat, on se le rappelle, il dit lors de son arrestation par traîtrise par le général Brunet « en me renversant, on a n’a abattu que le tronc de l’arbre de la liberté des noirs qui repoussera par ses racines, car elle sont profondes et nombreuses. Le regret
de Napoleon Bonaparte à l’Île de Saint Hélène explique également l’importance d’un tel homme( sa correspondance du premier des noirs au premier des blancs), mais ne suffit pas pour faire de la constitution de 1801 de Saint Domingue la première constitution de l’État d’Haiti. D’ailleurs, au lendemain de 1804, il n’y a plus d’esclavage, de colonialisme et de préjugé dans le texte fondateur de l’État d’Haiti, il est stipulé que » les Haitiens ne seraient connus que sous la dénomination générique des noirs, et l’article 12 précise qu’aucun blanc, aucun colon n’a le droit de mettre son pied sur ce territoire à titre de maître ou de propriétaire ».
Donc, en fonction des considérations faites, la constitution de 1805 reste et demeure la première charte fondamentale de l’État d’Haiti, en dépit du fait que sa rédaction exige l’inspiration d’autres textes de l’ époque comme les écrits de Thomas Paine et de Thomas Jefferson de la révolution américaine de 1776 qui ont également inspiré l’indépendance des pays de l’Amérique Latine, la Declaration des Droits de l’Homme et du citoyen du 26 Aout 1789, pourquoi pas, la constitution de 1801 de Toussaint louverture, considéré lui-même comme precurseur de cette indépendance!
Dire que la constitution de 1801 de Saint Domingue est la première de la République d’Haïti est une erreur anachronique, et cela pour plusieurs raisons:
a) 1801- 1804, près de trois ans d’écart depuis l’elaboration de ce document à l’indépendance du nouvel état qui a repris son ancien nom indien, le premier janvier 1804;
b) à aucun moment, le texte de 1801 ne précise pas les grandes lignes du nouvel Etat d’Haïti de 1804 sur le plan colonial, esclavagiste et segregatif;
c) le titre ou le nom de la constitution de 1801 de …. l’ indique même. Toutefois, on reconnaît sa valeur dans l’inspiration, l’élaboration de la constitution de 1805. Donc, comme bien d’autres documents juridiques de l’époque, la constitution de 1801 de Saint Domingue a apporté une importante contribution à la rédaction de la constitution de1805, la première de l’État d’Haiti
Me Daniel Cayard,av Normalien Supérieur, Prof d’Histoire de Saint Domingue et nationale

Écrit par Me DANIEL CAYARD
PROFESSEUR D’HISTOIRE D’HAÏTI.

LE 25 SEPTEMBRE 2021

TOUS DROITS RÉSERVÉS
harrymichel122@gmail.com TÉLÉPHONE 50948438136.

LE TOUT AU PLURIEL MAGAZINE NOUS SOMMES VOS YEUX ET VOS OREILLES….

You may have missed