octobre 17, 2021

Le Tout Au Pluriel Magazine

Nous sommes vos yeux et vos oreilles

RÉFLEXION|SOCIÉTÉS, CONSCIENCE Écrit par père Miguel Auguste

4 min read
Partagez cet article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

En ce temps de morosité enclin au défaitisme, je partage à nouveau cette réflexion avec vous. Une façon de nourrir l’espérance et de cultiver la résilience de mes compatriotes. Un 2e écho à la pensée positive, mobilisante et inspirante du père Miguel Auguste dans ses chroniques de réflexions sur l’avenir d’Haïti.

La force de l’espérance

Fernando Savater disait que malgré tout le mal qui circule autour de nous, il y aura du bien pour qui le voudra. De fait, toutes les conditions ne sont pas encore réunies pour parler d’une démocratie efficace en Haïti, toutefois il existe de nombreux éléments porteurs de virtualités positives aptes à la rendre effective et la consolider. Des analystes politiques et certains compatriotes peuvent toujours se méprendre sur la construction encore inachevée de la démocratie, mais en pensant de la sorte ils risquent de rouvrir les portes au totalitarisme et à la barbarie de la dictature, et les refermer sur des milliers de victimes innocentes des régimes totalitaires et rétrogrades de ces dernières décennies. Dans ma réflexion, je ne saurais faire fi de l’inadvertance politique, ni des difficultés et des dangers inhérents au système démocratique haïtien, mais les gens ne gagneront rien à désespérer ou à répéter à tort «mieux vaut un dictateur éclairé qu’un démocrate pour Haïti». Bobbio nous dit: «La démocratie est certainement la plus parfaite des formes de gouvernement… elle est aussi la plus difficile. Son mécanisme est le plus compliqué, par conséquent il est aussi le plus fragile».

Haïti possède encore assez de valeurs, de forces vives et de bases éthiques solides pour consolider la démocratie. D’où l`importance de mettre en évidence la force de l’espérance qui anime de nombreux citoyens. Les doutes et les craintes d’une impuissance momentanée face à la crise des valeurs peuvent aider à mobiliser de nouvelles ressources. Si nous avons de bonnes raisons de nous préoccuper de l’avenir de notre pays, nous pouvons en avoir aussi pour nourrir notre confiance dans un meilleur lendemain et être convaincus, que: «Le sentiment de vide et la perte du sens de la vie peuvent stimuler la recherche d’un nouveau contenu et d’un nouveau sens à la vie. N’est-ce pas dans les moments de doute les plus profonds que des certitudes nouvelles voient le jour? Qui sait si ce n’est pas justement le désespoir qui engendre l’espoir? Il faut peut-être passer par le côté absurde de la vie pour lui trouver son vrai sens!» (Vaclav Havel)

Dans sa longue et douloureuse marche vers la consolidation de la démocratie, le peuple tient bon et ne veut pas lâcher prise, car il ne désespère pas. La résilience sans cesse renouvelée du peuple haïtien ne cesse d’étonner le réel et d’inspirer le monde entier. Dans notre malheur, nous continuons à être source d’inspiration et d’admiration pour tous ceux et celles qui veulent encore espérer contre toute espérance. Je m’appuie sur Aimé Césaire pour continuer à enseigner le courage éthique et pour inviter mes compatriotes à retrouver de plus en plus le sens de la responsabilité à l’égard de notre patrie: «Gardez-vous de vous croiser les bras en l’attitude stérile du spectateur, car la vie n’est pas un spectacle […], car un homme qui crie n’est pas un ours qui danse». Les Haitiens pourchassés comme des animaux par les rangers du Texas ne sont pas des animaux. Nous ne sommes pas des bêtes de Rodéo ou encore de corrida. Cet enseignement éthique peut nous aider à sortir de la léthargie et à vaincre les peurs, à nous engager dans la société au nom d’une éthique mise en pratique, d’où mon concept de «militance éthique» pour le démocrate haïtien. La rectitude éthique ne peut être exigée seulement de la part des responsables politiques mais s’impose aussi à chacun pris individuellement.

Je pense que le peuple peut bien ne pas être préparé à la démocratie, mais il peut apprendre à se comporter en démocrate. Je souhaite que les citoyens reviennent petit à petit à une prise de conscience responsable de leur capacité et à une nouvelle définition du bien-être social et du bien commun. Une façon d’être mieux disposés à assumer la crise que traverse le pays. Maintenant, il est essentiel de trouver la formule juste et les meilleures réponses possibles, comme la construction et la consolidation des institutions démocratiques, face au chaos et aux malaises démocratiques observés ces derniers temps. Il est indispensable de tenter de nouvelles initiatives, d’inventer de nouvelles structures. J’ai la conviction qu’il existe encore d’autres choix politiques et il est toujours possible de concevoir une série de propositions intéressantes et viables pour la consolidation de la démocratie. La force de mon espérance prévaut même dans ces conditions légitimes d’inquiétude où il est difficile de combler tous les déficits et fixer tous les dysfonctionnements de notre démocratie encore balbutiante.

Pour nourrir l’Espoir.

Wedner Bérard, Ph.D en Éthique

LE 30 SEPTEMBRE 2021

TOUS DROITS RÉSERVÉS
harrymichel122@gmail.com TÉLÉPHONE 50948438136.

LE TOUT AU PLURIEL MAGAZINE NOUS SOMMES VOS YEUX ET VOS OREILLES…