Le Tout au Pluriel Magazine

Nous sommes vos yeux et vos oreilles

SOCIÉTÉS, OPINION: QU’EST-CE QUI NOUS VAUT CE KARMA ?

4 min read
Spread the love

DE : ROBERT PARET SR

La planète entière demeure perplexe au constat de la dégradation accélérée de la République d’Haïti. La première du monde noir ! Un pays qui pourtant avait marqué de son empreinte l’Histoire universelle en réalisant la plus grande révolution de l’humanité (dans le sens noble du terme), obliquant du coup la tradition judéo chrétienne qui considérait l’homme africain comme un être inférieur, à peine supérieur à l’animal.

Il n’est pas étonnant qu’on se pose cette question : après une telle prouesse, comment peut-on comprendre que ce pays s’enlise depuis plus de deux siècles dans un tel marasme Ɂ Comment comprendre que nous ne puisons établir les conditions d’une bonne gouvernance comme ont su le faire des pays parvenus à l’indépendance bien plus tard que le nôtre ? D’aucuns attribuent cette descente aux enfers à des causes mystiques, arguant que la cérémonie vodouesque du ̎Bwa Kayiman ̎ n’était autre qu’un pacte avec le diable. Une thèse saugrenue que soutiennent certains cultes réformés, et qui dévalorise la portée et la noblesse de l’acte préfigurant la révolution haïtienne. Le symbolisme d’un tel rassemblement ne saurait être aussi bêtement banalisé. D’autres, ayant un discours plus articulé, imputent cette décadence à nos luttes intestines favorisées par nos dissensions internes, la divergence des intérêts de classes existante à l’époque et les contradictions épistémologiques qui opposèrent les Haïtiens entre- eux, dès les premiers vagissements de la nation. Une malformation congénitale qui donna lieu à une cohabitation forcée et malaisée mettant face à face deux catégories d’individus, de fortune différente, sur un même petit territoire. Une contrainte sociale qui eut de lourdes conséquences sur la cohérence de la nation en gestation et le développement harmonieux du pays, en plombant toutes les initiatives de l’Etat, jusqu’à nos jours.

C’est pourquoi certains historiens et analystes politiques, se référant à notre histoire tourmentée, pensent qu’Haïti était mal parti. Opinion que je réfute, en objectant : on ne saurait reprocher à ces opprimés une quelconque précipitation quand on sait qu’ils s’employaient à casser les chaines qui les maintenaient en esclavage. Comme quoi la condition inhumaine qu’on leur imposait pouvait se négocier ! Pour ceux dont la noblesse emplit l’âme, la liberté ne se négocie pas, mais se conquiert. Au lieu de leur jeter l’anathème, je glorifie leur vaillance et leur voue une éternelle reconnaissance.

Nos turpitudes sociales et politiques ne sauraient seules expliquer, ni justifier nos échecs. A ces facteurs endogènes, on ne saurait ne pas ajouter des paramètres exogènes qui ont beaucoup pesé dans la balance de nos malheurs. Il importe de se rappeler les embûches et les entraves dressées sur le parcours de ce jeune Etat. Un Etat rebelle à l’ordre mondial, qui venait de vaincre l’armée la plus puissante du monde, et qui ambitionnait d’entrainer dans son sillage d’autres pays qui croupissaient encore sous le joug de l’esclavage. Une déculottée que les anciens colons Français et leurs alliés n’ont jamais pu digérer. Il nous en garde rigueur jusqu’à nos jours. Une telle hardiesse du nouvel Etat, face à la volonté des Puissances européennes de maintenir leur hégémonie sur leurs colonies américaines, et celle des Etats -Unis de préserver le système esclavagiste, fut lourde de conséquences. Pour cause, la France nous imposa une forte indemnité de 150 millions de francs- or, réduit à 90 millions, en réparation des pertes subies par les anciens colons. Les Etats -Unis nous coupèrent les vivres et nous isolèrent durant près de soixante ans. Ce ne fut qu’en 1862 qu’ils reconnurent notre indépendance.

Les deux principaux pourfendeurs de la République d’Haïti furent, incontestablement : La France et les Etats-Unis d’Amérique. Ils ont eu, chacun, à un moment de notre Histoire, à s’imposer dans la politique de l’Etat et à dicter leur volonté. En de telles circonstances, nous pouvons les rendre grandement responsables de certains de nos malheurs. Il serait fastidieux d’énumérer les faits, tant les données historiques attestent de leur implication contreproductive dans divers domaines.

En conséquence nous exhortons ces deux pays à reconsidérer leur position vis-à-vis de la République d’Haïti, en négociant, sur la base du respect mutuel et en guise de réparation des torts causés, un plan de reconstruction et de développement durant un processus à determiner, à l’instar du plan Marshall qu’avaient mis sur pied les Américains, après la seconde guerre mondiale, en faveur de l’Europe et du Japon. Cela nous permettrait de repartir d’un pas plus assuré. Et, ce serait justice.

N’est-ce pas cette destinée faite de défis et d’épreuves qui nous vaut ce karma ?

Robert Paret Sr
Pèlerin, octobre 2021.

LE 18 OCTOBRE 2021

LA RÉDACTION DE LTP !!!
harrymichel122@gmail.com téléphone 50948438136.

LE TOUT AU PLURIEL MAGAZINE NOUS SOMMES VOS YEUX ET VOS OREILLES…

You may have missed