Le Tout au Pluriel Magazine

Nous sommes vos yeux et vos oreilles

KIDNAPPING EXCLUSIVITE:-LE tout au pluriel magazine via une courtoisie du journal Gazette Haïti.

4 min read
Spread the love

Kidnapping: Liszt Quitel rejette les accusations portées contre lui et dément toute liaison amoureusement entre sa femme et le pasteur Michel
Liszt Quitel, ministre de l’Intérieur

Le ministre de l’Intérieur Liszt Quitel dans le collimateur du RNDDH pour son implication présumée dans le kidnapping du pasteur Jean Ferret Michel s’inscrit en faux contre les accusstions portées contre lui. Selon l’organisation, le pasteur aurait été kidnappé par des bandits du G9 sous les ordres du ministre
Dans un entretien exclusif accordé à Gazette Haïti, le ministre d’abord rejette les informations selon lesquelles sa femme entretiendrait une relation amoureuse avec le pasteur Michel et qu’il aurait ordonné son enlèvement pour se venger de lui. D’ailleurs, après avoir été informé du rapt, il affirme avoir été le premier à appeler la DCPJ afin qu’une enquête soit diligentée. Il reconnait que sa femme et le pasteur étaient amis, comme il l’est avec d’autres membres de l’église mais jamais il y a eu de soupçons de liaison amoureuse entre eux , a-t-il précisé. « Comment pourrait-je en être jaloux jusqu’à vouloir lui faire du mal, se demande-t-il. En Haïti, c’est la coutume. On ne comprend toujours pas qu’un homme et une femme puissent entretenir une relation amicale », se plaint Liszt Quitel.

Selon son récit, depuis 1998, lui et sa femme fréquentent l’Eglise Jesus Center et il y a toujours eu de bons rapports entre sa famille et celle du pasteur Jean Ferret Michel. Le couple a décidé de ne plus mettre les pieds à l’Eglise après qu’il a lui-même échappé à une tentative d’enlèvement en février 2021, alors qu’il s’apprêtait à garer sa voiture à l’entrée de l’église. A cette époque, il était membre du cabinet de l’ancien PM Jouthe Joseph.
il est important de souligner que Jesus Center est réputée une église de riches, donc attire l’attention des kidnappeurs. C’est aussi devant son entrée que la femme de Dimitri Hérard, ex chef de l’USGPN, a été enlevée.

Même si Quitel ne va plus à Jesus Center, lui et le pasteur sont restés toujours très proches, a-t-il insisté. Récemment, selon ce qu’il nous a confié, c’est lui qui aidait la TECINA dont le pasteur Michel est vice-président à toucher ses dettes pour la construction du building de la compagnie coréenne (HANCAE ) à la SONAPI. A ce moment là, Quitel occupait un rôle important à la SONAPI.

Selon ce que nous a fait savoir le ministre, après l’enlèvement du pasteur, la femme et les enfants de ce dernier étaient en contact avec lui. On lui avait demandé de l’aide financière vu que les ravisseurs avaient exigé 300 mille dollars de rançon. Il explique n’avoir pas eu le temps malheureusement de réunir la somme exigée, vu son implication dans les préparatifs du 17 octobre. Et cela n’aurait pas plu à la femme du pasteur qui a vite changé de ton lors d’une dernière conversation téléphonique. « Peut-être qu’ils estiment que, comme ministre, je devais pouvoir réunir l’argent de la rançon en un clin d’oeil », se questionne Liszt Quitel visiblement choqué par les accusations portées contre lui. Des accusations dépourvues de tout fondement, a-t-il poursuivi.

En plus de tout cela, le ministre de la justice croit être victime d’une machination politique. Selon lui, on le prend pour cible dans l’objectif d’affaiblir le premier ministre Ariel Henry dont il est présenté comme le bras droit. Il en veut pour preuve les premières accusations portées contre lui bien avant cette affaire, selon lesquelles il aurait donné entre 20 à 35 millions de gourdes au chef du G9 Barbecue pour faciliter l’accès du Pont Rouge au chef du gouvernement, à l’occasion de la commémoration du 215e anniversaire de l’assassinat du Père fondateur de la Patrie, Jacques Dessalines, le 17 octobre. « Si vous voyez la chronologie des accusations, cela fait partie d’un plan », dénonce-il.

Le ministre Liszt Quitel n’entend pas quiter son poste comme le lui demande le directeur exécutif du RNDDH. « Ce serait trop façile. C’est la même chose pour le premier ministre Ariel Henry. On l’accuse dans l’assassinat du président Jovenel Moïse et on lui demande de démissionner. Que ceux qui accusent apportent des preuves », a conclu le ministre de l’Intérieur qui occupe aussi le poste de ministre de la justice par intérim.

LE 23 OCTOBRE 2021

La rédaction De Ltp !!!
harrymichel122@gmail.com téléphone 50948438136.

Le tout au pluriel magazine nous sommes vos yeux et vos oreilles…

You may have missed