Le Tout au Pluriel Magazine

Nous sommes vos yeux et vos oreilles

Lutte fratricide sanglante entre les Martellystes et les Jovenelistes sous le regard malveillant de l’opposition bò Katedral !

18 min read
Spread the love

L’Enjeu aujourd’hui et plus que jamais, est dans le rapport des forces, dans le placement des pions sur l’échiquier politique.

D’année en année, de semaine en semaine, de jour en jour ; je suis plus convaincu que la crise haïtienne est essentiellement morale, éthique et spirituelle. Depuis tantôt trois années, je suis plutôt versé dans une approche métaphysique et spirituelle pour aborder les problèmes d’Haïti, et je fais de mon mieux pour ne pas tomber dans le canevas des salamistes qui indiquent la forme que tout analyste et penseur qui réfléchit sur Haïti doit prendre. Certains naïfs, surtout au sein de la Diaspora croyaient que Jovenel Moise était un superhomme qui, à lui seul faisait le malheur d’Haïti. Ainsi, ils ont cautionné toutes sortes de matraquague et même l’assassinat de ce dernier. Ils continuent de se battre avec l’ombre de Jovenel Moïse. Chers compatriotes, ne perdez pas le focus sur ce qui est essentiel. En ce présent moment en Haïti, les gangs font la loi. Il y a divers types de gangs ; il faut surtout surveiller les gangs politiques. La gangstérisation d’Haïti est une arme politique utilisée contre la population pour la tenir en cage. Il faut toujours se rappeler que le phénomène de gang prit naissance en Haïti avec Jean Bertrand Aristide où « Général Titi » fut le premier puissant chef de gang d’Haïti. Plusieurs rapports de centres de recherches ont prouvé la relation étroite entre les gangs et ladite bourgeoisie locale, et la classe politique. Je vous réfère au Rapport de HASOW, titre : « Gang Violence in Haïti ».

L’État haïtien en tant qu’entité légale a établi le système de gangstérisation. Les tout-puissants commerçants importateurs contrebandiers ont leurs gangs, les différents acteurs de la classe politique ont leurs gangs. Tout politicien actif et qui vit de la politique en Haïti contrôle des territoires, et c’est à travers les gangs qu’il exerce ce contrôle. Les Barcecue, Izo 5 Segonn, Ti Lapli, Chrisla, Lanmo san Jou et consorts sont des employés, des soldats qui peuvent être remplacés à tout moment. Nous vivons un cycle infernal expansif qui se perpétue. À partir de 1986, le cycle de violence est renforcé à travers le système politique appelé « Démocratie ». C’est une sorte de bamboche où tout le monde est roi, où les bandits ont pignon sur rue. Mais, en réalité c’est un petit groupe qui contrôle une grande majorité. Un homme, une femme, un Chef d’État, un Politicien, un tout-puissant importateur, un leader religieux, un Premier Ministre ne saurait être à lui seul un obstacle. C’est tout un système mafieux qui soutient l’impensable en Haïti. Personne n’est indispensable dans ce système salamique. Les bandits légaux de l’Occident qui sont les maîtres du système trouvent toujours un moyen pour le pérenniser.

Je trouve qu’il soit opportun d’offrir une analyse plus ou moins exhaustive aux jeunes et les inviter à faire leur propre recherche. L’objectif principal des États-Unis d’Amérique, du CORE GROUP est de maintenir Haïti dans une instabilité outrancière. Les gangs qui agissent à visière levée aujourd’hui est une arme de combat efficace. Le kidnapping est depuis tantôt trois années un outil essentiel pour intimider la population, forcer les éléments moyens qui sont issus de ladite classe moyenne à déguerpir. Vous souvenez-vous de cette lutte acharnée menée contre Jovenel Moïse durant ces quatre dernières années ? Je vous ai toujours rappelé que Jovenel Moïse ne devrait pas être la cible ; mais nous devrions regarder le grand tableau : le joyau de haut prix (Pamela White) qu’est Haïti avec ses ressources minières et pétrolifères. L’Ennemi sait que toutes les institutions républicaines sont ratiboisées, et tout ce qui pourrait être servi de rempart pour les Haïtiens et Haïti est neutralisé. Voilà pourquoi cette entité qu’on appelle « Diaspora » est affaiblie et occultée. Le Blanc puissant vampire sait que nous ne sommes pas en mesure de réaliser quoi que ce soit pour faire avancer la barque nationale. Aujourd’hui, mes ennemis ne sont pas ceux que je dénonce ; mais bien des éléments plus ou moins calmes qui cherchent à tout prix à monter la table festive pour partager le gâteau.

Les maîtres de l’Occident ont de grands centres de recherches qui mènent des études sur le comportement. Le Blanc sait que l’égo est une puissante arme qu’il peut toujours utiliser pour affaiblir et dominer les Noirs. C’est cette arme qu’on utilise en Afrique, en Haïti et dans la Diaspora Haïtienne; et cela marche. Chaque grand diplômé haïtien, surtout ceux qui ont réussi sur le plan matériel se voit être au timon des affaires, soit comme Chef d’État ou Premier Ministre. L’ego surdimensionné de nos frères et sœurs haïtiens est un mal qui n’a pas de remède en dehors de la Sainte Bible. La Sainte Bible dans sa totalité parle de l’égo et fournit un enseignement, une marche à suivre pour le subjuguer. Voilà pourquoi, les salamistes, sodomistes et hédonistes livrent une guerre acharnée contre la Sainte Bible et JÉSUS-CHRIST. Ils savent que si cette masse zombifiée arrivent à comprendre sa raison d’être, avoir une idée claire sur la métaphysique, et comprendre la trilogie « Corps-Âme-Esprit » ; elle pourra facilement sortir de l’halo salamique puant. La seule tentative qui a été menée pour alphabétiser le peuple haïtien a débuté avec la traduction de la Saint Bible en Haytien de 1968 à 1988, et ensuite avec la mise en place d’un Programme d’alphabétisation solide avec pour toile de fond les Enseignements de la Bible, de JÉSUS-CHRIST, qui ne sont pas « depaman » avec les valeurs universelles et celles de l’arrière-pays.

Aujourd’hui, nous vivons une crise morale, éthique et spirituelle. La Quitelgate a bien montré la semaine dernière à quel point la société haïtienne était pourrie jusqu’aux os. Le Ministre de l’Intérieur et a.i. de la Justice, Liszt Quitel est un cocufié abusé par un homme d’Église des années durant. Il arrive que dans cette nouvelle dynamique de kidnapper des leaders religieux qui sont réputés être riches, le Pasteur Bourreau Ferrer Michel a été kidnappé. Au lieu de dénoncer le comportement du religieux, et même fustiger la femme adultère ; on a préféré remuer le couteau de la honte dans la plaie du mari cocufié. Dans l’Haïti d’aujourd’hui, tous les hommes et femmes politiques ont échoué quand il s’agit de maintenir leur foyer, leur famille nucléaire. Un homme qui vit loin de son épouse ou une femme qui vit loin de son époux, et qui partage le lit conjugal moins de 150 jours dans une année est un irresponsable, un manfouben. La grande majorité des hommes politiques et maris de femmes politiques en Haïti sont des cocufiés. Dans l’Affaire Quitel, ce sont des prédateurs sexuels connus de la place qui sont montés au créneau pour le porter à démissionner. Quel témoignage ont ces différentes personnalités par rapport aux valeurs intrinsèques et à la moralité : Garry Pierre Paul Charles, Louco Désir, Pierre Espérance, et autres. Ce sont des éternels hédonistes « zozoliers » qui n’arrivent pas à contrôler leurs pulsions sexuelles. Ils ne sont pas innocents dans leur vendetta contre Liszt Quitel. C’est malheureux que nous ne saurons que fort tard ce qui s’est réellement passé dans le kidnapping du Pasteur Ferrer Michel. Est-ce que le Comité de l’église Jesus Center qui devrait depuis belle lurette, mettre à pied le pasteur Ferrer va pouvoir assumer son rôle ? Je veux me tenir sur ce cheval du respect, de la moralité, du sens de l’honneur et de l’éthique pour exposer cette lutte fratricide sanglante entre les Martellystes et les Jovenelistes sous le regard malveillant de l’opposition bò Katedral !

Humblement prosterné, je vous dis qu’il n’y aura jamais un « Accord Politique » entre les acteurs en présence et sur pied de guerre en Haïti pour résoudre ladite « Crise Haïtienne ». À travers de nombreuses publications durant ces dix dernières, j’ai beau expliquer ce point de vue. Il est nécessaire d’expliquer aux jeunes et moins jeunes ce qui se passe réellement en Haïti en ce présent moment. On perçoit l’Opposition face à PHTK (Martelly, Laurent Lamothe, Jovenel Moïse) sous un angle réducteur d’hommes et de femmes de gauche qui veulent rétablir l’ordre, l’unité nationale. Ce qui est faux. La vraie opposition face à PHTK est une opposition non-constituée, ou du plus non-institutionnalisée. L’opposition politique constituée des partis politiques dits de gauche, est une opposition Bò Katedral. Le Bò Katédralisme est un système salamique visant à leurrer les gens et les porter à embrasser le faux pour le vrai, à travers un discours subliminal zombificateur; en somme c’est vendre du vent, promouvoir le faire-semblant. C’est ce système que nous sommes appelés à démanteler! Les partis dits de gauche, mais qui sont en réalité « dwategoch » ont en commun cette vision cacaïque, encore dit « Lavalas ». Ces messieurs et dames ont été instrumentalisés dix à trente ans de cela pour faire ce que le PHTK est en train de faire aujourd’hui : salamiser Haïti. Pas la peine de discourir là-dessus, car les archives sont là. Les lavalassiens de toutes tendances confondues affichent un comportement de punaise de lit. Ils font du sabotage, car ils savent qu’ils ne retourneront jamais au pouvoir. Le Vicaire Jean Bertrand Aristide, parrain de la drogue, « Tizè pouvwa » croit qu’il peut retourner au pouvoir, et il a accès aux caisses de l’État via personne interposée.

Nous assistons à l’implosion du PHTK et les jeunes doivent se battre pour ne pas être les victimes comme c’est toujours le cas. Le Blanc de Washington D.C. a une stratégie de combat bien ficelée où Sun Tzu est évoqué et suivi à la lettre. Les naïfs ne comprennent jamais mes textes, même quand j’agis comme un enseignant patient. Après le passage de Michel Martelly au pouvoir et toutes les bavures commises et acceptées par les forces dites vives de la nation, je prends pour acquis que la lutte contre la corruption ne pourrait être gagnée sans une Révolution Spirituelle. Michel Martelly a tenté la politique de doublure d’Aristide par rapport à René Préval ; mais il été secoué, car Jovenel Moïse s’est agrippé au pouvoir et ne voulait pas honorer certains deals. Chers compatriotes, saviez-vous que depuis Mars-Avril 2019, Michel Martelly finançaient au même titre que certains commerçants affairistes « la troublay » comme le « peyi lòk », des manifestations et les mouvements « monte barikad ». Jovenel Moise était un téméraire, et Michel Martelly a eu pour son argent. Alors, il faut comprendre que la décision d’éliminer Jovenel Moïse était prise au sommet par le Blanc, Michael Martelly et les différents bluffeurs et racketteurs politiques de l’opposition constituée qui n’a aucune force réelle, sans oublier certains contrebandiers de la classe d’affaires. Le gros peuple victimisé n’arrive pas à comprendre ce qui se dessine sous ses yeux d’enfants. Les dilapidateurs des fonds Petrocaribe s’entretuent pour le contrôle du pouvoir politique. L’Enjeu aujourd’hui et plus que jamais, est dans le rapport des forces, dans le placement des pions sur l’échiquier politique.

Dès l’arrivée de Léon Charles en Haïti, j’avais écrit que la principale mission de ce dernier était de préparer le terrain pour un retour en force de Michel Martelly et de son protégé Laurent Lamothe. En effet, Léon Charles a renforcé le pouvoir des gangs, il a continué le processus de démantèlement de la PNH, et il a neutralisé certains gangs de l’opposition comme le gang « Fantôme 509 ». La guerre rangée entre les Martellystes et les Jovenelistes est un passage obligé pour déboucher sur l’hécatombe que souhaite le Blanc. Michel Martelly croit qu’il peut retourner au pouvoir ; les Jovenelistes, supportés par Laurent Lamothe veulent pousser des racines. C’est dans cette dynamique qu’il faut appréhender le « Quitelgate ». Les trublions de l’Opposition constituée deviennent des mercenaires au service, soit de Michel Martelly, soit de Laurent Lamothe. Je vais détailler les choses pour vous, chers lecteurs. Jovenel Moïse a perdu confiance en Ti Claude Joseph, après avoir su qu’il baisait sa femme, et Michel Martelly lui a imposé Ariel Henry. Aujourd’hui, au sein du gouvernement Henry, on distingue les Martellystes et les Jovenelistes. Il y a trois grands ministères régaliens : Économie et Finance, Intérieur, Justice. Mr. Boisvert est un Joveneliste patenté. Liszt Quitel, ancien conseiller du Président René Préval est un ami de longue date de Moise Jean-Charles ; il est le condisciple de Michel Martelly à Saint Louis Gonzague, et il est le patient d’Ariel Henry depuis belle lurette. Sans même l’affirmer, on considère Quitel comme un Martellyste qui contrôle deux ministères régaliens. Être Ministre de l’Intérieur est grand un acquis dans une année électorale. Le Ministre de la Justice contrôle la poursuite, a une certaine mainmise sur la PNH ; donc, Liszt Quitel est l’homme à abattre.

Ariel Henry a compris les motifs du Quitelgate et il n’a pas cédé aux chantages des machann mikwo maître-chanteurs et du leader politique, camouflé en défenseur de droits humains, Pierre Espérance. Une démission ou limogeage de Liszt Quitel serait bien la mise à mort d’Ariel Henry. Le « peyi lòk » en cours, orchestré par les révolutionnaires bò Katedral de l’Opposition, signataires de l’Accord Dezakò Montana et leurs gangs, est une tentative pour forcer Ariel Henry à mettre les clés de la primature sous la porte. Je veux clarifier pour vous qu’Ariel Henry est un agent du système peze souse qui fait un travail de sape contre les intérêts suprêmes de la nation haïtienne. Pa gen anyen ti nèg pap fè pou pouvwa. Ce sont les déshérités, les éternels orphelins, Pitit Dessalines qui paient les frais de cette lutte fratricide sanglante entre les Martellystes et les Jovenelistes. Ti nèg SDP yo ap brase Ariel Henry, Moise Jean-Charles a signé un pacte de non-agression avec Michael Martelly, et pour sceller ce pacte, il a proposé à l’ARN du fantoche Martelly, son principal secrétaire et fidèle serviteur, Eddy Jackson Alexis. Chers compatriotes, nous avons des jours sombres et même noirs devant nous, car Moise Jean Charles est un franc stratège et il sait qui tire les ficelles des principaux groupes de l’Opposition, et il est plus que prêt à affronter Jean Bertrand Aristide sur ce terrain de mafieux politiques. Quand Ariel Henry nomme Frantz Elbe, un Aristidien patenté comme DGPNH, il donne de la carotte aux lavalassiens qui croient qu’ils vont pouvoir utiliser cette force répressive à leur gain ; mais ils oublient que les véritables « mèt beton », sont les gangs de rue, tels « G9 an Fanmi et alliés », « 400 Mawozo », et autres.

Chers compatriotes, ouvrez grands vos yeux, car le Bò Katédralisme est patent. Qui aurait cru que le FBI, l’agence d’investigation la plus puissante au monde ferait bèkatè face à « Lanmo san jou » et le gang « 400 Mawozo », un simple quidam. Nou pran nan FBI Bò katedral, menm jan nou pran nan Demokrat Bò katedral ak Blan Meriken, Blan peyi CORE GROUP yo. Aujourd’hui, Haïti a deux dirigeants qui sont de véritables salamistes, Lanmò San Jou et Barbecue. Les élites répugnantes et salamiques ont fait choix d’eux pour assurer la transition. Malheur à ceux qui prônent les élections générales dans ce climat de grande violence endémique.

Refleksyon Sabatik 22 Oktob 2021: Haïti ap vanse sou wout liberasyon !

Vle pa vle; wè pa wè; Ariel Henry tou fini ak opozisyon an. Koulye a, teren lib pou Jovenelis yo ak Matelis yo batay. Mwen te pran san m aprè peyi lòk 6, 7 Jiyè 2018 pou m te eksplike tout nèg k ap fè politik fatra ann Haïti; politisyen kou nèg ki kontwole aktivite lajan nan peyi a, nou rive nan yon fen kote pral gen yon renesans. Nèg ki pi entèlijan yo kontakte m pou yo aprann plis ; e mwen te eksplike yo.

Jovenel Moïse se dènye Prezidan eli Haïti konnen. Menm lè w ta wè yo fosè fè eleksyon; se nad marinad. Epi ; m ap tou avèti nou; 90% moun ki pral kandida alaprezidans la se masisi pedofil. CORE GROUP la ap fè yon dènye tantativ pou rekipere bagay yo; men se fo mouvman. Lè moun ki pran pòz pwofèt yo ap di pral gen anpil moun k ap mouri; Haïti pral chanje; anpil ladan yo pa konprann mekanis chanjman sa. Koulèv sou bitasyon pap ka bay nèg pouvwa ankò. Si nou kwè m manti; mande Moïse Jean Charles ak Augustin Saint Cloud.

Prezidan Jovenel Moïse kite yon blòk nòt kote misye dekri an detay tout eksperyans li fè soti nan Chanm Komès Twou Di Nò; rive 7 Jiyè 2021, jou yo ansasinen li. Jovenel fè yon sèl erè, e se sa ki voye misye ale pi rapid; misye te koute yon bann malfektè ki t ap ankouraje li rantre nan biznis fè sakrifis moun. Desten rete desten. Yon nèg gen pouvwa pou l modifye desten li yon sèl fason : si li anbrase Limyè, kite fè move zak. Ou te mèt konsilte e peye tout gwo majisyen ki genyen ; ou pa fouti efase dèt kamik ou.

Anvan ansasinay Jovenel Moïse ; gen bagay kèk etranje ak gwo majisyen te konn ap di m sou Haïti mwen pot ko vle kwè; men se aprè lanmò Jovenel Moïse, mwen rann mwen kont pwofesi yo ap akonpli. M ap bay ti jeunes yo, sitou sa k panse y ap fè politik yo yon poul: depi se moun k ap klame yo kontan Jovenel Moïse mouri e k ap krache sou kadav li, tout gen pou yo konnen yon fen trajik. Gen yon fenomèn ki pral rive : anpil moun pral temwanye sa ki te pase nan dènye 30 tan sa yo ; sitou nan peryòd Prezidans Jovenel Moïse la; y ap bay tout verite ki te kache. Pa gen moun k ap akize bandi legal ak kriminèl; se yo k ap di ak bouch yo sa yo fè ; e ki sanksyon yo merite.

Gen yon bagay Haïtiens koumanse konprann : gen yon konplo moun ki di yo elit peyi a rantre ladan l ak etranje; e se frap sa n ap pran depi apre sansinay ki fèt sou Anperè a. Pèp la ap swiv. Dechoukaj k ap vini an, se tankou yon boulvari van ki pral soufle ; yon veritab van tanpèt ki pral desounen kèk moun e k ap fè sa k te zonbi yo reveye. Pa gen kote yon bandi legal ap kache pou yo pa jwenn ou. Nou mèt gen milyon ki sere ; depi se sou do pèp la nou fè yo; n ap vomi yo. Pap gen machann mikwo ki pou defann bandi ; pap gen òganizasyon Dwazimen k ap la ni oze pran chans pou defann kriminèl. Se ann Haïti moun tou pa tou sou latè pral konprann sa k yon demokrasi reyèl, sa k vrè lajistis ki san fòs kote.

Lanmò ansasinay Jovenel Moïse ki pat yon inosan ; men ki aksepte sò li ak kouraj ; se finisman tout te tentennad bandi t ap fè depi 1806 anndan peyi sa. Pa kite se visye ki fè w pèdi gras ou. Gen yon verite ki absoli nou dwe konnen, repete li tout tan: gen yon KREYATÈ ki kreye Linivè e li pa nan patipri ; li bay chak moun chans yo; e li bay chak moun yon zouti ki rele konsyans pou yo konekte ak li. Gwo palto masisi pedofil nan monn sa mèt fè sa yo vle ; yo pap fouti kraze latè ni detwi moun ki dwe rete vivan. Si w Haïtiens, ou pa kwè nan lanfè ak paradi ; ou dwe fè yon ti chita pou w reflechi. Si w Haïtiens, ou di dyab pa egziste ; ou dwe fè yon ti vwayaj konsyans pou w wè si w pa zonbi.

Nan eksperyans pa m kòm nèg ki gen yon ti konpreyansyon sou Labib ak metafizik ; pa janm gen yon peyi sou latè ki gen otan nanm malveyan e ki sakaje menm jan ak Haïti. Labib toujou di ; se moun ki pwòch ou, moun ki konnen w, moun ou fè konfyans k ap leve kont ou. Se yon reyalite n ap viv la ann Haïti. Pa koute nèg k ap envite w rantre nan politik ni rantre nan sèk okilt nan moman yo la. Haïti sou bouton otomatik; l ap rive kote l dwe rive a. Lè bandi yo reyalize tout bon vrè y ap peri pou mechanste yo fè ; y ap mande anraje, y ap pase men pran tout sa ki fèb. Nou wè ak ki rapidite kèk gwoup leve kanpe pou manje tou kri Minis Enteryè a ; he byen, mande tèt nou sa k fè moun sa yo ap jwe ak lavi malere ak malerèz yo mete nan esklavaj fòse.

Labib di; Ellen Gould White reprann menm pawòl la nan liv « Tragédie des Siècles »: mechan yo tout kote; men nan tan lafen an, y ap rasanble menm kote. Kit ou se Vodouyizan, kit ou se Pwotestan, kit ou se Katolik, kit ou nan Lekòl Mistè tankou Franmasonri ; gen yon verite ki kenbe : se moun ki onore Lavi ak Renmen ki nan Verite. Se mache kontre Renmen ak Lavi k ap bannou yon lòt peyi. Lanfè a pa lòt bagay ke rayisman ak mechanste ; Paradi a pa lòt bagay ke kè nan men, solidarite ak renmen. Tande zanmi; pa janm bouke fè byen; pa fè moun abi; pa fè mal pou w ka defann klan pa w. Tout moun fèt ak yon zouti regilatè yo rele konsyans ; se li ki pèmèt ou konnen si w nan fènwa ak si w nan limyè. Ou mèt gen sèlman Dis Kòb Konsyans ; li ka pèmèt ou wè klè.

Tripotay la fini ; pale anpil la fini : mechan yo ap mache kontre ; bon moun yo ap mache kontre. Pa kite moun fè w anbrase fatalite kòmkwa anyen pap chanje sou latè, ou kondane pou w viv sou fatra. Anpil bandi atake Labib poutèt yon sèl rezon: yo pa ka efase mòdlavi santibon Kris la pwone. Nou toujou di li ; e n ap repete li chak jou : se imoralite, mank etik, feblès espirityèl ki fè n ap soufri nan monn nan; sitou ann Haïti. Moman an rive pou moun ki nan limyè kanpe ak lanp yo nan men yo pou pouse fènwa fè bak !

Pa gen sekrè nan fè kola : sa w fè, se li w ap wè! Menm baton ki bat chyen nwa a, se li k ap bat chyen blan an; pa gade sou diskou, gade sou zak moun ap poze. Malfektè a gen yon jan li ye; moun ki nan limyè a, gen yon jan li ye. Lit pou liberasyon peyi Dayiti makonnen ak lit kont imoralite, vye vis sal kou fè masisi, mank etik, fè tout kalite kòripsyon. Sonje ti pawòl sa: L’habit ne fait pas le moine.

Bon Sabbat !

Aujourd’hui, personne n’est à l’abri du kidnapping, même les agents étrangers dans tous les recoins du pays. Les piranhas et les vampires sont sur pied de guerre, et le peuple est livré à jouer à la roulette russe. Chers compatriotes, nous sommes dans un labyrinthe, et toute voie de sortie mène à l’abysse. Entretemps, les hâbleurs de la Diaspora, experts en « press releases » et « pétitions » continuent à déblatérer en espérant que le Département d’État Américain viendra leur remettre la clé de délivrance. Haiti pran nan fo Revolisyonè, Elit ak Dyaspora Bò katedral ! Qui vivra verra, qui mourra sur les barricades salamiques « chira ».

HAYTI VAINCRA !

NAMASTE ! SHALOM !

Kerlens Tilus 10/26/2021
Snel76_2000@yahoo.com
Tel : 631-639-0844

LE 29 Octobre 2021

La rédaction De Ltp !!!
harrymichel122@gmail.com téléphone 50848438136

LE TOUT AU PLURIEL MAGAZINE NOUS SOMMES VOS YEUX ET VOS OREILLES..

You may have missed