Le Tout au Pluriel Magazine

Nous sommes vos yeux et vos oreilles

« Haïti est en train de boucler une boucle dans le mauvais sens », regrette l’ex-représentant de l’UNFPA en Haïti.

3 min read
Spread the love

Après trois ans de mission en Haïti, soit de 2018 à 2021, à la tête du Fonds des Nations unies pour la population, Yves Sassenrath dresse un bilan sans concession de la crise haïtienne tout en gardant l’espoir d’un possible renouveau.

Le tout au pluriel magazine via une courtoisie du journal
lenouvelliste.com

Du tremblement de terre de 2018 dans les départements de l’Artibonite, du Nord’Ouest et du Nord à son arrivée en Haïti au dernier séisme du 14 août 2021 ayant ravagé la péninsule du Sud, l’ex-représentant de l’UNFPA en Haïti dit avoir l’impression de vivre un « remake » des pires moments de notre histoire récente.

« La crise des carburants, le « peyi lòk », la Covid-19, entre autres crises multiformes, Haïti est en train de boucler la même boucle à chaque fois dans le mauvais sens. Je quitte Haïti avec un sentiment aussi déchiré que le pays qui m’a accueilli en 2018 », s’est désolé Yves Sassenrath au moment de faire ses valises pour le Mali.

Pour lui, « l’assassinat odieux du président Jovenel Moïse en juillet dernier en est la preuve, si besoin était, que la première république noire est en train de tourner dans le mauvais sens.»

En considérant les axes sur lesquels le Fonds des Nations unies pour la population travaille depuis trois ans sous sa direction, le constat reste le même.

« J’ai à l’égard de nos axes prioritaires le même sentiment que la situation globale du pays », a martelé le M. Yves Sassenrath dans un entretien exclusif accordé au quotidien Le Nouvelliste.

« Les données ne sont pas toujours disponibles pour mener des actions ciblées dans les domaines de la santé reproductive et sexuelle, et quand elles le sont, il y a toujours une crise qui empêche les différents organismes d’agir », a déploré l’ex-représentant de l’UNFPA en Haïti.

Les Nations unies, a souligné M. Sassenrath, sont en train de tout mettre en œuvre pour procéder à un recensement de la population haïtienne en incluant des questions qui permettront de mieux cerner les défis qui entourent la santé maternelle en Haïti.

Cependant, parmi les multiples problèmes, il estime que la non-disponibilité des ressources humaines est fondamentale.

« Toute une génération est sur le point de quitter Haïti. Il y a une étude qui parle de 65% des diplômés en Haïti qui sont à l’étranger. De notre côté, près de la moitié des sages-femmes que nous avons formées de concert avec le gouvernement ont quitté le pays. La réalité n’est pas différente pour les infirmières anesthésistes», a égréné M. Sassenrath dans le décompte de nos manquements avant de souligner que cela se ressent beaucoup plus dans les dispensaires des villes de province qui ont une grande carence en professionnels de santé qualifiés.

En dépit de cet amer constat, l’ex-représentant de l’UNFPA en Haïti garde l’espoir d’un lendemain rutilant de soleil à l’horizon.

« Quand je parle aux jeunes de la société civile un peu partout à travers le pays, je garde l’espoir que tout n’est pas perdu. Ce pays peut aller mieux comme c’est arrivé souvent dans son histoire. Pour cela, chacun doit assumer sa responsabilité, et les jeunes devraient avoir une plus grande place sur les tables de décision », a conclu M. Yves Sassenrath.

LE 23 NOVEMBRE 2021

LA RÉDACTION DE LTP !!!
harryesmichel344@gmail.com téléphone 50948438136.

LE TOUT AU PLURIEL MAGAZINE NOUS SOMMES VOS YEUX ET VOS OREILLES…

You may have missed