dim. Fév 16th, 2020

Le tout au pluriel

Magazine socio-culturel

La durée du mandat présidentiel est-elle si importante?

4 min read
Spread the love

Souvent on entend à la radio des hommes politiques ( adversaires du pouvoir) mettent l’accent dans leurs interventions sur le contenu du mandat d’un Chef d’État plutôt que sur sa durée. En effet, ces Chefs de Partis en calquant sur cette théorie (du contenu et de la durée du mandat) veut à travers l’évocation, attirer l’attention du public sur les promesses ou du moins les programmes sur lesquelles le Président s’était fait élire, façon pour eux de piquer la conscience de la population sur sa situation de vie exécrable.

Mais au fond, le mandat compte-t-il vraiment pour les gens, ou s’intéressent-ils aux seuls résultats qui pourraient découler de ce mandat? Où s’attachent-ils aux deux à la fois ? En effet, dans ce contexte du troisième année de mandat du Président Moïse, dont les festivités sont prévues pour ce 7 février, il faut tenter d’éclaircir la question.

Dans l’histoire d’Haïti, rare sont les Chefs d’État qui arrivent à conjuguer progrès et temps de mandat, où dans les meilleurs des cas, à arriver à dégager un discours d’entente nationale, dans lequel la société se retrouve entièrement-ou tout au moins que celle-ci se fasse l’artisan de la stabilité, en cherchant l’équilibre politique et sociale dans le pays. Non, ces conditions dans la plupart des cas ne se sont jamais réunies. Ce n’est pas le plus fort des haïtiens. Et parce que ces préalables ne sont pas d’actualités, diriger devient un casse-tête pour les Présidents.

Hors, au même moment où se pose la question de cohabitation entre acteurs politiques et de la nécessité d’une conjoncture propice au développement économique, la population, elle, entre ces deux courants de pensées, à tendance à toujours trancher. Et en dernier ressort, c’est souvent le départ du Président qui lui parraisse comme la meilleure solution, étant donné que ses besoins en nourriture, en eau potable, en électricité, etc… se font de plus en plus pressants.

Pourtant dans ce souci de besoin de résultats, et qui est normal dans le cadre de l’alternance politique, quelque chose d’autres échappent à certaines personnes qui croient avoir beaucoup de défenseurs de sa cause. Et c’est là où le bât blesse. C’est que, distinguer les personnalités, et autorités politiques qui mènent réellement une bataille pour le changement des conditions de vies de la population est problématique. Très souvent les acteurs ne sont pas toujours ce qu’ils prétendent être. De toute façon, ces acteurs contribuent soit à la réalisation de la crise, soit à sa détérioration. Mais au moins, tous y jouent sa partition.

Pour revenir sur la question de départ, il faut dire qu’aucun développement économique ne va s’opérer dans le pays, si tous les acteurs n’arrivent pas à s’entendre sur un plan de paix durable qui permettra à l’économie de s’aggrandir sur le temps.Tous les analyses démontrent que le développement et la stabilité politique vont de pair. On ne peut pas les disloquer. Tant qu’on ne veut pas admettre cette réalité, on ne pourra pas avancer non plus.

Si la durée du mandat d’un Président importe peu à la population, mais néanmoins la stabilité devrait le tenir à coeur, et ceci, en dépit de tous les avis négatifs qu’on aurait pu émettre sur la gouvernance de tel Chef d’État.

Ralph Thierry Cadet

E-mail : ralphthierrycadet@yahoo.fr

Commentaire de Romane Désir, rédacteur de LTP:

Sans doute la stabilité politique est nécessaire pour un pays y compris la durée du mandat d’un élu ( président, parlementaire, Maire ect……). Mais, le peuple est souverain. Il est l’unique patron de ses dirigeants politiques. Quand un élu ne peut pas délivrer ses promesses, quand il ne peut pas bien faire la gestion de sa politique pour le bien-être de la population, son mandat n’a plus d’importance parce qu’il n’est pas au dessus des intérêts de la nation.

Quand un employé de la l’administration privée est incapable de produire positivement pour l’avancement de l’entreprise qu’il travail, le patron lui licencie toujours, il en est de même pour un élu qui est un employé public.

Merci pour ce texte collègue Ralph Thiérry.

Tous droits réservés, 07 Février 2020


Spread the love

Laisser un commentaire