octobre 16, 2021

Le Tout Au Pluriel Magazine

Nous sommes vos yeux et vos oreilles

POURQUOI LES JEUNES HAÏTIENS BOURDENT-ILS LA POLITIQUE ?

5 min read

Warning: Attempt to read property "post_excerpt" on null in /srv/disk5/3553831/www/letoutauplurielmagazine.com/wp-content/themes/newsphere/inc/hooks/hook-single-header.php on line 67
Partagez cet article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

 

Par Me. CLERVEAUX Estéker

De la politique, c’est la catastrophe.
Dès leur plus jeûne âge, on apprend aux jeûnes à avoir peur de la politique. Oser parler de politique à la famille, ou dans d’autres milieux, c’est dégainer toutes les forces du mal contre soi. C’est le résultat du comportement des acteurs sur la scène politique qui priment leurs intérêts sur ceux de l’ensemble de la population, depuis les périodes d’antan. Les luttes pour le pouvoir, la corruption, les coups bas etc… sont entre autres, les éléments qui teintent cette sphère et laissent des mauvais goûts dans l’encrage de l’ensemble de la société. Il faut donc avoir beaucoup d’audacités pour s’y intégrer, pour le meilleur et pour le pire. Cela constitue un blocage qui suscite des réticences certaines de la part des jeûnes, qui évoluent déjà en toute vulnérabilité et fragilité, du fait d’être l’objet de toutes formes de manipulations de différents acteurs dans la sphère politique.

En fait, ce n’est pas les jeûnes qui bourdent la politique. Ce sont les dirigeants politiques qui bourdent les jeunes. Est-ce qu’il y a vraiment une véritable politique chez les partis d’aller vers les jeûnes. ? Il est à noter que les partis politiques sont organisés pour cibler les gens âgés. Ils n’ont pas des structures adaptées ni aux jeunes ni aux femmes. Et donc, c’est la politique qui bourde les jeûnes et les femmes dans ce pays.Mais non, ce sont les dirigeants politiques qui les bourdent par peur de perdre leurs place dans la politique moderne. La dépolitisation des jeûnes est un constat qui dure depuis plus d’une décennie. L’idée que les jeûnes seraient éloignés de la politique et ne feraient preuve que de peu d’intérêt à son égard est assez largement répandue. Pourtant, si l’on peut constater chez eux une crise du crédit accordé à nos instances représentatives et à la classe politique, les jeûnes ne se distinguent pas du reste de la population.

En réalité, les jeûnes ne se désintéressent pas de la politique, ils s’y intéressent autrement. La jeunesse d’aujourd’hui ne vit plus les mêmes expériences que les générations précédentes : la société, les repères idéologiques et les grandes problématiques ont changé. Par conséquent le rapport à la politique n’est plus le même, il s’exprime autour d’attentes nouvelles, dans la recherche de nouvelles formes et par des modes d’action renouvelées, qui continuent de témoigner cependant, d’un attachement profond aux valeurs républicaines et démocratiques.

De ma part , peu de jeûnes se reconnaissent dans l’une des formations qui composent la scène politique. Ils préfèrent adhérer à une ONG plutôt qu’à un parti politique. Les mouvements socio-culturels de jeunes fleurissent comme des champignons en Haïti. C’est-à- dire que les jeûnes se retrouvent plus dans le travail associatif que dans le politique. Le discrédit jeté sur certains partis politiques après l’expérience de l’alternance ajoutée à une classe politique vieillissante qui refuse le renouvellement générationnel et qui rejette tout apport de sang neuf en sont des illustrations probantes.

« Il est temps d’aider les nouveaux dirigeants à consolider la démocratie. La jeunesse doit alors cesser d’être observatrice, elle doit être partie prenante à la gestion de la chose publique. Nous devons faire des critiques, oui! Mais des critiques constructives et innovantes,en proposant des pistes de solutions. Nous voulons vraiment que nos élus actuels en majorité des jeunes, votent des lois qui rentrent dans le cadre du changement au pays. Que des jeûnes qui seront nommés en plus dans des institutions travaillent avec professionnalisme pour faire la différence »

La jeunesse, est une force, il est temps qu’elle soit impliquée dans la gestion du pays en apportant chacun et chacune sa contribution à l’émergence d’Haïti, oû les habitants ont tous les mêmes droits. Cet engagement réciproque entre dirigeants et dirigés, est une potion magique pour éviter les échauffourées qui ont émaillées la république d’Haïti.
Il faut renouveller la classe politique, et de la gestion de la chose publique et c’est ainsi que nous assistons depuis près de vingt ans maintenant à l’accession de plus en plus des jeûnes à des postes de responsabilité tantôt comme ministres ou mandataires des grandes entreprises. Mon souhait en tant que défenseur de la jeunesse haïtienne , c’est de mettre des nouvelles énergies dans la gestion de l’État pour pouvoir donner une nouvelle impulsion et changer les choses.

Il est à remarquer aujourd’hui que les jeunes se réunissent de plus en plus au sein des mouvements citoyens.Nous avons tous remarqué cela. En principe les mouvements citoyens ont pour mission et vocation d’éveiller la conscience citoyenne de la jeunesse et poursuivre un combat noble qui doit être celui de la démocratie, de l’emploi des jeunes… Mais, il est à constater aussi de nos jours, que la plupart de mouvements citoyens sont liés à des partis politiques x ou y. Cela dénature complètement ce combat de la jeunesse. Il faudrait que le combat de ces mouvements ait pour finalité les intérêts des jeûnes.

Ceux qui façonnent le microcosme politique aujourd’hui, c’est les jeûnes. Les politiques recourent à eux en les mettant au devant de la scène lors de manifestations non pas pour faire passer les préoccupations de la jeunesse de l’avant mais pour leurs intérêts. En tant que leader des jeunes nous nous devons de dénoncer cela, et conscientiser nos semblables pour dire que la jeunesse haïtienne ne doit pas être utilisée comme marchepied pour des fins politiciennes. Le jeûne doit aspirer à créer des emplois, à être dirigeant de haut niveau. Nous ne pouvons que l’encourager en ce sens.

▪Me. CLERVEAUX Estéker
▪Défenseur de la jeunesse
▪Le fils du Nord-ouest.

Commentaire de Romane Désir, rdt de:LE TOUT AU PLURIEL MAGAZINE! Ce sujet est d’une importance capitale pour la nation haïtienne. Il doit être lu et partagé par nous tous. Oui! Les politiciens traditionnels ont fait beaucoup de maux à leur pays en excluant la jeunesse haïtienne de la politique. Mais, je dois dire aux jeûnes qu’ils sont 500 millions de fois plus intelligents que leurs aînés dans toutes les sciences de nos jours, il faut qu’ils prennent conscience et courage pour accepter cette réalité; et, s’engager avec bravoure pour faire de leur pays un paradis – un lieu où il fait bon vivre pour toutes et tous.

Un profond remerciement à Clerveau Estéker pour ce joli article. Continuez à cogiter Jeûne écrivain.

Tous droits réservés, 29 Janvier 2020